Bilan

L’innovation est à la portée de tous

Pas besoin de génies dans une équipe. Encourager la génération d’idées est une question de méthode et de comportement. Les deux auteurs d’un livre sur le sujet donnent leurs conseils.
  • Maureen Steele: «Le style de management a un impact direct sur le potentiel d’innovation.»

    Crédits: Dr
  • Cristina Bianchi encourage le partage de connaissances et d’expériences.

    Crédits: Dr

«Il n’est pas nécessaire d’être un coach professionnel ou un innovateur-né pour utiliser le coaching afin d’encourager l’innovation», affirment Cristina Bianchi et Maureen Steele, coautrices d’un livre sur le sujet*. Selon ces deux spécialistes résidant dans le canton de Vaud, tout le monde peut être novateur. Il suffirait d’adopter la bonne attitude et de s’investir afin de développer les compétences requises. Une bonne nouvelle en perspective!

Publié l’année dernière, peu de temps avant le début de la crise du franc, leur livre tombe à pic. Car à l’heure où la Suisse s’interroge sur la façon de se «réinventer» pour rester compétitive au niveau international, avoir des outils de coaching en main pour stimuler l’innovation et la créativité au travail pourrait s’avérer être particulièrement utile.

«Nous avons réalisé que nos clients suisses et internationaux sont sous pression de faire plus avec moins, explique Maureen Steele. En ces temps difficiles, encourager une culture où l’on pense «plus grand» et solliciter la contribution de chacun à la génération d’idées et au processus d’innovation n’est pas qu’un choix: c’est une obligation.»

Alors, par où faut-il commencer?

1. Démystifier l’innovation

Tout d’abord, il faut démystifier l’innovation, conseillent les deux coachs. Celle-ci n’est due ni à des génies solitaires, ni à la chance, ni à des processus entièrement fluides et sans restriction. Elle ne se produit pas uniquement dans des centres de recherche ou des «think tanks» et elle ne coûte pas toujours des montants astronomiques. Voilà qui la rend déjà plus accessible.

2. Adopter la bonne attitude

Ensuite, il faut prendre conscience que les innovateurs partagent certains comportements que l’on peut adopter, comme par exemple être un observateur curieux, se poser des questions sur soi-même et sur les autres, écouter attentivement, oser être créatif et faire les choses différemment, ou encore prendre des risques et toujours essayer de tirer des leçons de ses erreurs.

Bien qu’aucun de ces comportements, pris de manière individuelle ou collective, ne garantisse que l’on innove avec succès, il est très peu probable que sans eux on puisse même envisager de le faire, avertit Maureen Steele. Le site web des deux coautrices** offre la possibilité d’évaluer soi-même ses comportements en tant qu’innovateur, en moins d’une minute!

3. Devenir un coach

Troisièmement, il est important de «rentrer dans le rôle du coach» (par exemple en questionnant les gens et en les écoutant attentivement, grâce aux techniques de coaching, plutôt qu’en leur dictant ce qu’ils doivent faire) et comprendre l’impact subséquent que cela a sur l’innovation. Dans leur livre débordant de conseils et de cas concrets, les coautrices expliquent comment poser les bonnes questions au bon moment, se concentrer sur ce qui a réellement été dit ou encore se concentrer sur l’important. Plus on pratique, plus on gagne en confiance, encouragent-elles, affirmant qu’il est tout à fait possible d’adopter ce rôle de coach de manière informelle et d’essayer de l’utiliser le plus souvent possible comme style de communication.

4. Un travail de tous les jours

Enfin, s’assurer d’organiser consciemment et régulièrement des conversations de «coach» en pratiquant l’écoute attentive, la paraphrase pour être sûr d’avoir bien compris, en posant des questions ouvertes, ainsi qu’en donnant des retours d’opinion constructifs. «Le style de management et le niveau de participation de toute l’organisation dans le processus de décision ont un impact direct sur le potentiel d’innovation d’une société», constate encore Cristina Bianchi. La diversité est-elle par exemple encouragée au sein de la société? Les erreurs sont-elles perçues comme quelque chose à éviter à tout prix ou comme une opportunité d’apprendre?

L’innovation est encouragée quand on intègre la recherche de nouvelles idées dans le travail quotidien d’une organisation, quels que soient le département ou la fonction, remarquent encore nos interlocutrices. Un penseur innovant souvent cité comme ayant revitalisé la manière dont les affaires sont conduites tous les jours est Alan George Lafley, CEO de Procter & Gamble, note Maureen Steele.

«Nous voyons l’innovation comme un processus social, a-t-il déclaré dans un article écrit en 2008 avec le célèbre consultant indien Ram Charan. Pour réussir, les leaders devraient voir l’innovation non pas comme quelque chose de spécial que seules les personnes spéciales font, mais comme quelque chose qui peut devenir une routine et une méthode, en exploitant les capacités de personnes ordinaires…» 

Et en Suisse?

Qu’en est-il alors de la Suisse, un pays qui trône régulièrement en tête des classements internationaux sur l’innovation? Pour Cristina Bianchi, la Suisse est loin de se reposer sur ses lauriers. Au contraire, le pays est plus actif que jamais dans sa recherche pour encourager l’innovation.

«Nos clients basés ici ont une conscience aiguë du fait que le label Swiss made n’est plus suffisant. L’excellente qualité peut facilement se trouver en dehors de la Suisse et à un prix beaucoup moins élevé. Il n’y a aucune complaisance quant au succès qu’ils ont eu jusqu’à présent, juste une détermination à continuer de trouver de nouvelles façons de se différencier de la concurrence. Et pour ce faire, le partage de connaissances et d’expériences à tous les niveaux d’une entreprise est un passage incontournable.» Si le coaching en tant que style de communication peut déclencher le potentiel créatif caché des gens, autant s’en servir!  

*  Cristina Bianchi and Maureen Steele, «Coaching for Innovation: Tools and Techniques for Encouraging New Ideas in the Workplace», Palgrave MacMillan, 2014.
**  Sur internet: www.coachingforinnovation.com

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."