Bilan

L’écran numérique détrône le téléviseur

Pour la première fois de leur histoire, les Américains passeront davantage de temps sur internet que devant leur télévision. Une révolution qui touchera bientôt la Suisse.
  • Le temps passé sur la toile a doublé en Suisse entre 2007 et 2011. Crédits: Eric Audras/Onoky/Corbis
  • Crédits: Eric Audras/Onoky/Corbis

Les supports numériques détrôneront la télévision! Pour la première fois, les Américains passeront en 2013 davantage de temps devant leur ordinateur ainsi que sur leur tablette et leur smartphone que devant le petit écran. Tel est le résultat d’un sondage réalisé pour mesurer la consommation de médias auprès de personnes âgées de plus de 18 ans et publié récemment par le cabinet eMarketer.

Selon celui-ci, les Américains consacreront en moyenne chaque jour 5 h 16 aux supports numériques et regarderont la TV pendant 4 h 31. Ces données tiennent compte des consommations qui peuvent se superposer: on utilise de plus en plus  souvent plusieurs supports (télévision et smartphone, etc.) simultanément.

Cette rupture est capitale. Car la télévision joue un rôle-clé aux Etats-Unis depuis de nombreuses décennies. Néanmoins, celle-ci, prise isolément, reste le support le plus fort. 

Cette révolution ne surprend pas Gilles Marchand, directeur de la RTS. «Il faut toutefois distinguer le poste TV et les contenus TV. La distribution classique sur le téléviseur fixe est et sera de plus en plus concurrencée par les écrans mobiles. Mais les contenus, eux, sont de plus en plus regardés, partagés et commentés.» Et d’ajouter: «La télévision devient elle-même un support numérique et interactif. Nous venons de lancer la nouvelle plate-forme de TV connectée.» Le câble et la IPTV proposeront cela prochainement à large échelle.

C’est entre 2011 et 2013 que le tournant historique s’est produit. Les tablettes et les smartphones ont modifié en profondeur les habitudes en raison de l’explosion des ventes d’appareils. Le nombre d’utilisateurs de smartphones s’est envolé de 92 à 140 millions, alors que 38% des Américains disposent désormais d’une tablette, contre 10% en 2011.

Conséquence: ces derniers surferont cette année 2 h 21 en moyenne par jour sur l’ensemble des supports digitaux mobiles contre 48 minutes en 2011. A l’inverse, au cours de la même période, le temps passé devant un ordinateur fixe et portable et devant une télévision a diminué de respectivement 14 et 3 minutes. De même, la lecture de la presse écrite (édition papier) a aussi reculé (moins 12 minutes). 

Impact sur les publicités

La Suisse est aussi touchée. Selon les chiffres publiés ce printemps par la RTS, l’audience de la TV (toutes chaînes confondues) a baissé: de 162 minutes par jour en 2010 à 151 minutes en 2012.

Ce qui contraste avec l’évolution de la consultation d’internet: le temps passé sur la toile a doublé de 40 à 80 minutes entre 2007 et 2011. Et cette tendance s’est à coup sûr poursuivie depuis lors en raison de la hausse des ventes de smartphones et de tablettes. Entre février 2012 et février 2013, leur taux de pénétration du marché a fortement augmenté, respectivement de 48 à 58% et de 14 à 27%. 

L’impact de ce nouveau mode de consommation des médias s’accroîtra sur la publicité et l’e-commerce. «Il est évident que cela posera à terme un sérieux problème du côté des recettes publicitaires. Elles représentent 25% de nos moyens et nous en avons besoin pour assurer le mandat public tel que le précise la concession», admet Gilles Marchand. 

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."