Bilan

L’américain DigiCert ouvre une succursale en Suisse

De Google à Facebook en passant par Baidu ou Youtube: tous ces portails font appel à l'américain DigiCert pour sécuriser leurs sites. Ce géant mondial implante une succursale en Suisse, à Genève.

La sécurité des sites web est au coeur des stratégies en ligne et l'américain Digicert se positionne comme l'un des leaders mondiaux en la matière.

Crédits: AFP

Le spécialiste de la sécurité en ligne DigiCert a récemment créé une succursale en Suisse, plus précisément à Genève. L’information a été confirmée par l’entreprise américaine, qui précise qu’elle souhaite se rapprocher de ses clients dans la région et procèdera à des recrutements. Aucun objectif chiffré n’a été articulé, mais on sait que cette structure genevoise a également pour but de servir une clientèle européenne, donc d’avoir aussi un rôle de hub.

Lire aussi: Les conseils d'administration plus soucieux de cybersécurité

Si le nom de DigiCert est peu connu du grand public, c’est que ses technologies sont un peu partout «en arrière plan». L’entreprise sécurise tous les jours plus de 26 milliards de recherches internet. Elle compte parmi ses clients le top ten du classement Global Alexa, soit les sites internet les plus fréquentés au monde. On y retrouve sans surprise des noms comme Google.com, Youtube.com, Facebook.com ou encore Baidu.com.

Sécuriser le web et l’internet des objets

L’entreprise américaine créée en 2003 connaît une accélération de sa croissance. Basée dans l’Utah et en Californie, elle aurait  plus de 100'000 clients, dont les plus grandes multinationales. Concrètement, DigiCert est spécialisé dans la certification et la sécurisation de communications en ligne, notamment à travers des outils d’authentification et de cryptage. Elle intervient en fait comme tiers de confiance, pour sécuriser les échanges d’information, à travers des protocoles standardisés.

Lire aussi: Cyberattaques: la défense se précise

Dans le quotidien d’un internaute, il s’agit par exemple de la mention «https» dans les barres de recherches internet, qui elle même peut aussi être de couleur verte, signalant un processus sécurisé. Lors de connexions e-banking, l’usage de protocoles SSL/TLS apparaît également comme un signe de connexion sécurisée. Au delà des sites internet, DigiCert connaît également un fort développement avec la montée et puissance de l’internet des objets et l’industrie 4.0.

Acquisitions stratégiques chez Symantec et Verizon

Les informations sur l’entreprise sont limitées car elle n’est pas cotée en bourse, mais détenue en majorité par l’entreprise de capital risque Thoma Bravo. On imagine une certaine surface financière, DigiCert ayant annoncé il y a quelques semaines l’acquisition des activités de sécurité de sites internet du géant américain Symantec, pour près d’un milliard de dollars. L’opération devrait être finalisée au troisième trimestre 2018. UBS Investment Bank et Credit Suisse ont notamment participé au financement de l’opération, aux côtés de banques américaines.

Il y a deux ans, DigiCert avait par ailleurs fait l’acquisition de l’activité CyberTrust Enterprise SSL d’un autre grand groupe américain, Verizon. D’après le site d’informations techworld, cette nouvelle acquisition chez Symantec va avoir un impact majeur sur l’entreprise, qui devrait passer d’un peu plus de 200 collaborateurs aux Etats-Unis à plus de 1000, une fois l’acquisition finalisée.

Lire aussi: Les cyberattaques, un risque pour la confiance dans le numérique

Marjorie Thery
Marjorie Théry

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."