Bilan

Jeux vidéo: Genève double son audience à la Gaming Convention

Quelque 11’500 personnes ont afflué à la Geneva Gaming Convention du 22 au 24 septembre. Soit le double de l'audience de l'édition 2016. L’événement comportait tournois, concours de déguisements, jeux vidéo exclusifs en Suisse ou encore studios indépendants.
  • Plus de 11'500 participants à la Geneva Gaming Convention du 22 au 24 septembre.

    Crédits: Harley Anderegg
  • Les amateurs de cosplay étaient de la partie.

    Crédits: Harley Anderegg
  • Trois jours de découverte des dernières pépites des studios de jeux vidéo.

    Crédits: Harley Anderegg
  • Au web corner pendant la Geneva Gaming Convention.

    Crédits: Harley Anderegg

Si certains Genevois ont croisé des personnes avec leur ordinateur et écran dans un carton ou d’autres habillés comme s’ils sortaient d’un jeu vidéo, c’est normal. La Geneva Gaming Convention a eu lieu du vendredi 22 au dimanche 24 septembre à Palexpo. L’événement est divisé en deux pôles. Il y a d’un côté la LAN (les tournois) et de l’autre la convention, qui comprend des jeux vidéo présentés pour la première fois en Suisse, des stands, des conférences ou encore des espaces consoles. Le tournoi avait lieu sur différents jeux, toute personne ou équipe intéressée pouvait s’y inscrire.

Lire aussi: Twitch: comment devenir riche et célèbre grâce aux jeux vidéo

Au final, quelque 400 joueurs ont fait le déplacement pour s'affronter, ils venaient de Genève, de Fribourg, de Zurich ou encore de l’étranger. Si ce sont des Français qui ont remporté le trophée sur Counter Strike, les équipes helvétiques n’ont pas démérité puisque Servette Geneva eSports a remporté le tournoi sur Rocket League, Lausanne eSports a terminé à la seconde place de la compétition Overwatch et les E-LVETS ont gagné le trophée Hearthstone. Dans la salle de Palexpo, l’ambiance était amicale. Les joueurs ont amené leur propre ordinateur pour s’affronter. Certains viennent avec un PC portable premier prix, d’autres disposent d’une tour valant plus de 3000 francs. Après une victoire ou une défaite, les adversaires se serrent la main, discutent de leur match et des erreurs qui ont été commises.

L'industrie du gaming a dépassé celle du cinéma

Au programme des conférences: des débats autour de la place du jeu vidéo dans la société. Pour les organisateurs de l’événement, il est important de poser les questions de base, afin d’amener un véritable débat. La discussion autour des métiers du jeu vidéo a bien rempli cette fonction, la salle était remplie. Les conférenciers ont rappelé que l’industrie du gaming a dépassé celle du cinéma. Aux parents qui disent à leur enfant « Ce n’est pas une carrière rentable », ils répondent que beaucoup travaillent dans le milieu, en étant commentateurs, monteurs vidéo, programmeurs ou artistes. Eric Leguay, qui intervient régulièrement à l’Université de Poitiers, soulevait que les formations artistiques ou informatiques permettent de bifurquer vers d’autres métiers. « Elles ne sont pas exclusives » annonçait Eric Leguay.

Le reste de la convention était lui destiné aux petits et grands. Des jeux comme Dragon Ball FighterZ étaient présentés pour la première fois en Suisse par Sony, qui disposait de presque 300 mètres carrés. Le public a pu assister à plusieurs tournois et concours et des personnalités connues du milieu des jeux vidéo ont répondu présent. De quoi faire survivre la convention ? Nicolas Pidancet président de la GGC, l’espère. Il attendait au moins 15’000 visiteurs durant le week-end, 11’500 sont venus. Un chiffre moins élevé que prévu, mais qui ouvre tout de même la porte à une troisième édition. Des discussions à ce sujet auront lieu prochainement.

Lire aussi: Miniclip, le discret géant du jeu vidéo de Neuchâtel

Garciarebecca1
Rebecca Garcia

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Rebecca Garcia a tout juste connu la connexion internet coupée à chaque téléphone. Elle a grandi avec la digitalisation, l’innovation et Claire Chazal. Elle fait ses premiers pas en journalisme sportif, avant de bifurquer par hasard vers la radio. Elle commence et termine ensuite son Master en journalisme et communication dans son canton de Neuchâtel, qu’elle représente (plus ou moins) fièrement à l’aide de son accent. Grâce à ses études, elle découvre durant 2 mois le quotidien d’une télévision locale, à travers un stage à Canal 9.

A Bilan depuis 2018, en tant que rédactrice web et vidéo, elle s’intéresse particulièrement aux nouvelles technologies, aux sujets de société, au business du sport et aux jeux vidéo.

Du même auteur:

A chaque série Netflix son arôme de cannabis
Twitch: comment devenir riche et célèbre grâce aux jeux vidéo

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."