Bilan

J'ai essayé la Tesla, ce bolide électrique

D'habitude, quand un constructeur fait essayer à des journalistes un nouveau modèle, il choisit au pire un garage, au mieux un circuit exotique.

Se retrouver sur les places de parc d'une société de gestion de fortune, Wall Street à Lausanne, pour tester la Tesla est alors un brin déroutant. Mais qu'y a-t-il de normal avec ce roadster électrique?

La preuve par Porsche

D'habitude, quand un constructeur fait essayer à des journalistes un nouveau modèle, il choisit au pire un garage, au mieux un circuit exotique. Se retrouver sur les places de parc d'une société de gestion de fortune, Wall Street à Lausanne, pour tester la Tesla est alors un brin déroutant. Mais qu'y a-t-il de normal avec ce roadster électrique?

 

La preuve par Porsche

Premières impressions: avec sa ligne basse héritée du châssis de la Lotus Elise, le bolide californien n'a rien des pots de yogourt sans permis qui ont longtemps défini la voiture électrique. La direction est dure au créneau - «pas d'assistance pour gagner du poids», précise le représentant de la marque, Simon Rochefort - mais souple dès que c'est parti. Et pour partir, ça part: de 0 à 100 km/h en 3,9 secondes. Les accélérations et, surprise, les décélérations sont bien celles d'une sportive. Bien sûr, ce qui passionne, c'est la motorisation électrique. La Tesla a été conçue pour apporter la preuve que ce mode de propulsion vaut bien celui d'une Porsche. La récupération d'énergie lors de la décélération, le système de refroidis- sement des batteries et celui de traction, conçu pour éviter le patinage à l'accélération, diminuent les défauts classiques des voitures électriques avec 400 km d'autonomie (250 en mode pied au plancher) et accroissent leurs avantages: moins de 1 franc les 100 kilomètres, plus de services. Tiens, puisque l'on parle du prix... 150000 francs le modèle! Si Simon Rochefort explique que, pour les sportives exclusives, le prix n'est pas forcément l'argument principal, on a le hoquet des non-habitués. En y réfléchissant, ce n'est donc pas pour un plein dix fois moins cher que les Suisses sont déjà les deuxièmes clients de Tesla en Europe. Emilio Hernandez, cofondateur de Wall Street, donne une bonne idée de leurs motivations. Lui-même a commandé deux Tesla pour remplacer Mercedes et BMW de fonction, car il veut une flotte tout électrique. Ce gérant, qui a eu l'idée de démocratiser le sur-mesure de la gestion de fortune en utilisant des produits structurés et en collaborant avec Transparency International, est à la recherche d'une image positive pour sa société. A 36 ans, il achète des Tesla pour faire partie d'une histoire. Celle de ce monde qui vient et qu'annonce la biographie du fondateur de la marque.

De la techno culture

Elon Muskest milliardaire à 34 ans avec la revente de Paypal à eBay pour 1,5 milliard, puis serial entrepreneur avec SolarCity et SpaceX. Son nouvel objectif: vendre 100000 Tesla par an d'ici à 2012. Omniprésente dans la voiture, c'est cette culture d'entrepreneur high-tech qui séduit Emilio Hernandez, à l'instar des autres clients, beaucoup de créateurs d'entreprises. Comme, dans cette culture, l'IPO n'est pas loin de l'innovation, il y voit un dernier avantage: connaître par l'expérience une boîte qui prépare une entrée en Bourse potentiellement fracassante.

Tech SUPPORT Question à James Miners de High Power Lithium. Q Comment les batteries évolueront-elles?

R Tesla a utilisé environ 6000 batteries de laptop de 2 ampères/heure chacune. Plus grosses, les prochaines batteries auront 100 ampères/heure. Il en faudra moins, d'où une réduction de prix. En matière d'autonomie, les gens auront le choix d'adapter leurs batteries à leurs besoins et de faire des upgrades avec l'évolution de la technologie.

E-TUYAUX Ils ont investi dans l'électrique Warren Buffett

Le gourou d'Omaha a placé 232 millions de dollars dans le capital du fabricant chinois de batteries BYD.

Google

Le fonds RechargeIT investit chez Aptera et ActaCell.

John Doerr

Le financier derrière Cisco et Google s'est engagé dans une société qui diminue par trois le temps de charge des batteries.

Illustration: © Laurent Bazart

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."