Bilan

Happn, l’appli française qui veut supplanter Tinder

Lancée début 2014, cette application cartonne depuis cet été avec déjà 700 000 utilisateurs. Analysant en priorité la géolocalisation, elle permet de retrouver des inconnus que vous avez croisés dans la rue sans avoir osé leur parler.

Déjà présente à Paris, Londres, Berlin et Barcelone, Happn a été lancée début octobre à New York.

Vous avez déjà épuisé toutes les possibilités de contacts offertes dans le fameux rayon maximum de 160 kilomètres offert par Tinder ? Bonne nouvelle, voici une nouvelle application qui va vous ouvrir un nouveau terrain de chasse. Happn vous permet de retrouver les inconnus que vous avez croisés dans la rue ou de nouer des relations avec les gens qui fréquentent les mêmes lieux que vous.

Comme sur Tinder, l’utilisateur s’inscrit par l’intermédiaire de son compte Facebook, mais au lieu de se baser sur les informations des profils Facebook pour mettre faire correspondre deux individus, Happn analyse en priorité la géolocalisation, les déplacements et les lieux fréquentés.

Sur l’écran du smartphone, l’application vous propose les photos des utilisateurs que vous avez croisés, un compteur vous indique même combien de fois. Peut-être une chance d’y retrouver la fille ou le garçon avec qui vous venez d’échanger un long regard sans oser lui adresser la parole.

Il y a aussi la possibilité de découvrir des habitants du quartier qui vous ressemblent. Comme sur Tinder dont le modèle est devenu la référence, vous glissez le doigt vers la gauche ou vers la droite pour agréer une personne. Et si elle a fait de même sans que vous le sachiez, Happn vous met en contact.

Créée au début 2014 par trois Français dont Didier Rappaport, un ancien de Dailymotion, l’application réunit déjà 700 000 utilisateurs à Londres, Berlin et Barcelone, dont 30 000 à New York où elle a été introduite début octobre. Elle a commencé à se répandre comme une traînée de poudre cet été. Soutenue par la société de capital-risque Alven Capital, la société n’a pas encore développé de modèle économique mais promet qu’aucune bannière publicitaire ne viendra déranger la communauté

Happn se profile comme un passe-temps hautement addictif. De quoi se surprendre à passer des heures au supermarché à guetter les regards pour s’enquérir de qui on retrouve sur l’application.

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."