Bilan

Guide pour Pokémon Go: le métier qui attire en Espagne

Où va s'arrêter la folie Pokémon Go? Le raz-de-marée planétaire provoqué par ce jeu sur mobile en réalité augmentée atteint l'univers des carrières: des milliers de candidats ont postulé en quelques jours pour des jobs de guides Pokémon Go proposés par un tour-operator.

Junior Travel propose des postes de guides pour la chasse aux Pokémon.

Crédits: Image: DR

C'est d'ores et déjà le phénomène de l'année dans l'univers digital: le jeu Pokémon Go développé par le studio Niantic sur la base des personnages imaginés par Nintendo est l'app la plus téléchargée sur smartphone cette année. En quelques semaines, le jeu qui combine réalité augmentée, géolocalisation, émulation entre joueurs et mobilité via le smartphone a conquis plus de 100 millions de joueurs à travers le monde en à peine plus d'un mois. Les revenus pour les concepteurs sont à la hauteur de ce succès public: 6,6 millions de dollars par jour pour Niantic (spin-off de Google), soit 4000 dollars par minute.

Lire aussi: Tinder, Pokemon Go, Snapchat: les recruteurs innovent

Rapidement, de nombreux autres acteurs économiques ont réalisé le potentiel que représentait l'app pour eux. Et dans de nombreux secteurs, ils ont entrepris de profiter de la vague, soit pour développer de nouvelles solutions de recrutement, soit pour attirer les touristes dans leur ville, à l'instar du buzz planétaire créé par Bâle Tourisme avec son clip Pokémon Go The Revenge diffusé voici moins de dix jours et visionné plus de 100 millions de fois déjà sur les réseaux sociaux et YouTube.

Démissions et recrutements

Mais du côté des joueurs aussi, l'impact est majeur. Chaque jour, les médias de nombreux pays se font l'écho de congés sabbatiques voire de démissions de salariés qui renoncent temporairement voire définitivement à leur emploi pour aller chasser les Pokémon. Des exceptions certes, mais qui témoignent de l'engouement massif (et qui frise parfois la déraison) pour ce jeu. C'est justement en constatant cette folie et ces cas extrêmes de vocations de chasseurs de Pokémon que le tour-operator espagnol Junior Travel a ouvert jeudi 4 août des postes de guides-moniteurs pour la chasse aux Pokémon.

Lire aussi: Bâle déclenche la folie avec sa vidéo Pokémon Go Revenge

Payés 30 euros par jour dans un pays où le salaire moyen mensuel brut est de 1640€, les guides-moniteurs auront pour missions de renseigner et accompagner les chasseurs de Pokémon qui viendront dans les différentes villes pour leur quête. Pour cela, ils devront allier des qualités très différentes: sens de l'orientation, contact facile avec les autres joueurs, et surtout avoir atteint le niveau 20 dans le jeu (qui en comporte 40). Des caractéristiques qui semblent correspondre à de nombreux candidats: 2000 candidatures seraient arrivées au siège de Junior Travel à Grenade en quelques jours.

«Nous recevons trois ou quatre candidatures à la minute. Le garçon qui s'occupe des ressources humaines est un peu débordé», a confié à l'AFP Antonio Barragan, patron de Junior Travel. Pour les heureux élus, les groupes se composeront de 25 à 30 joueurs à guider à travers différentes villes pour les aider à repérer leurs proies. Du côté des clients, chacun devra s'acquitter d'un forfait de 18 à 43€ pour la journée. Soit une marge confortable pour l'agence de voyage.

Séjours itinérants aux USA et week-ends en Espagne

Mais ces «chasses» à la journée n'ont pas suffi à une autre agence. Felices Vacaciones a conçu un programme bien plus ambitieux: un séjour de 11 jours aux Etats-Unis, à travers différentes villes et différents états pour aller trouver des Pokémon rares. C'est ainsi que certaines proies permettront aux joueurs européens de se distinguer: le Pokémon Tauros n'est ainsi disponible qu'aux Etats-Unis. D'autres professionnels du secteur misent davantage sur l'incoming que sur l'outgoing (destination locale plutôt que voyages vers l'étranger): Weekendesk a imaginé des pokescapades, des courts séjours dans des villes côtières espagnoles où tout est pensé pour faciliter la quête des joueurs.

Alors que l'Espagne se remet encore difficilement de la crise (le taux de chômage tourne autour de 20%), elle veut s'appuyer sur le tourisme pour se relancer. Et surfer sur la vague du jeu en ligne le plus populaire de l'histoire.

Lire aussi: Le Romand qui concurrence Pokémon Go

«»

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."