Bilan

Google Glass, la fin d'une tendance

Père du projet, Sergey Brin a été vu sans ses Google Glass sur le nez. De nombreux autres signes font douter du succès du produit. Néanmoins, cette invention doit rester un jalon dans le progrès technologique, selon notre expert.

Cofondateur de Google et père du projet des Google Glass, Sergey Brin a été vu une cérémonie organisée par la NASA sans ses Google Glass sur le nez.

Le Net ne parle plus que de ça depuis trois jours: les Google Glass seraient un flop. Père du projet, le cofondateur de Google Sergey Brin a été vu récemment à un événement organisé par la NASA sans son fameux accessoire sur le nez.

Reuters dévoile que sur 16 développeurs d'applications en relation aux Google Glass, neuf ont déclaré qu'ils avaient mis fin à leur projet ou abandonné tout développement. Les lunettes proposées à un public restreint d’”early adopters” pour 1499 dollars sont maintenant revendues pour moitié prix sur eBay.

En outre, ces six derniers mois, Babak Parviz, Adrian Wong et Ossama Alami, trois des ingénieurs les plus impliqués dans le développement des Google Glass, ont quitté le navire. Quant à la date de commercialisation, elle reste dans le vague alors que la sortie du gadget était annoncée pour 2014.  

Trois questions à Antoine Verdon, directeur de Centralway Ventures à Zurich, cofondateur du réseau Sandbox et blogueur chez bilan.ch.

De nombreux signes indiquent que les Google Glass sont un flop. Quel est votre avis?

C'est vrai que l'excitement autour des Google Glass est retombé, mais cela ne veut pas dire que cette technologie va disparaître. Les Google Glass ont une batterie qui tient à peine deux heures, un écran minuscule et des fonctionnalités restreintes. Elles ne sont pas encore prêtes pour une diffusion auprès du grand public.

Les Google Glass vont-elles être orientées vers des utilisations professionnelles uniquement?

La possibilité d'augmenter la réalité en lui superposant une couche virtuelle va peut-être se développer dans des milieux professionnels que ce soit pour les pilotes, les chirurgiens et les policiers, avant d'être disponible pour le grand public. Il reste encore aussi à définir quelle en sera la forme définitive, si ce sera des lunettes, des lentilles de contact ou encore un masque.

Est-ce un échec pour le géant tout puissant Google qui a déjà consacré des millions de dollars au projet?

Je reste persuadé que les Google Glass sont ce que le Newton est à l'iPhone: un premier prototype d'une technologie qui va prendre beaucoup d'importance au cours des prochaines années. Rappelez-vous, cet assistant personnel numérique a été mis sur le marché par Apple au début des années 1990 et abandonné en 1998. Mais il préfigurait les écrans tactiles qui ont fait le succès des smartphones et des tablettes.

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."