Bilan

Facebook et WhatsApp ne répondront plus aux demandes de Hong Kong

Facebook et son service de messagerie WhatsApp ont annoncé lundi qu'ils ne répondraient plus aux demandes d'informations relatives à leurs utilisateurs émanant du gouvernement et des autorités de Hong Kong, dans un souci de faire respecter la liberté d'expression.

Facebook souligne qu'il s'appuie sur une procédure mondiale pour répondre aux requêtes des gouvernements pour obtenir des informations sur des utilisateurs.

Crédits: AFP

Cette décision s'appliquera "en attendant une nouvelle évaluation" de la récente loi sur la sécurité nationale imposée à Hong Kong par la Chine, ont indiqué les deux réseaux dans des communiqués séparés.

Hong Kong, ex-colonie britannique rétrocédée à la Chine en 1997 à condition de conserver certaines libertés, bénéficie d'un accès Internet illimité contrairement à la Chine continentale, où Google, Twitter et Facebook sont par exemple bloqués.

Mais la semaine dernière, le Parlement chinois a adopté une législation sur la sécurité nationale de Hong Kong, ouvrant la voie à des changements radicaux et à un potentiel virage autoritaire.

"Nous pensons que la liberté d'expression est un droit humain fondamental et soutenons le droit des personnes à s'exprimer sans craindre pour leur sécurité et sans redouter d'autres répercussions", a indiqué un porte-parole de Facebook.

Le texte adopté par le régime communiste de Pékin vise à réprimer la subversion, la sécession, le terrorisme et la collusion avec les forces étrangères, en réponse au mouvement de contestation lancé l'an dernier contre le pouvoir central dans l'ancienne colonie britannique.

Il est très controversé car il viole, selon ses détracteurs, le principe "Un pays - deux systèmes" censé garantir à l'ancienne colonie britannique des libertés inconnues ailleurs en Chine.

Facebook souligne qu'il s'appuie sur une procédure mondiale pour répondre aux requêtes des gouvernements pour obtenir des informations sur des utilisateurs.

L'examen de chaque demande tient compte à la fois de la politique interne de Facebook, des lois locales ainsi que des normes internationales concernant les droits de l'homme.

"Nous suspendons l'examen des demandes du gouvernement concernant les données des utilisateurs de Hong Kong en attendant une évaluation plus approfondie de la loi sur la sécurité nationale, y compris (...) des consultations avec des experts internationaux des droits de l'Homme", a détaillé le porte-parole de Facebook.

Vendredi, le Haut-Commissariat aux droits de l'Homme de l'ONU s'est dit "alarmé" par les arrestations effectuées à Hong Kong en vertu de cette nouvelle loi.

'Droit à une conversation privée'


De son côté, WhatsApp souligne que "les gens ont le droit d'avoir une conversation privée en ligne".

Il rappelle que son cryptage de bout en bout protège quotidiennement les messages de 2 milliards de personnes dans le monde.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."