Bilan

Etre plus compétitifs grâce au numérique

Pour pouvoir survivre ou pour régater face à la concurrence étrangère, les entreprises suisses ont de plus en plus recours à un outil efficace: la digitalisation. Exemples de transitions réussies.

HollyStar a su s’adapter à la chute des DVD en passant à la VOD (photo: le dernier opus de «La planète des singes»).

Crédits: Dr

Les entreprises exportatrices romandes ont déjà largement adopté la numérisation. C’est ce qui est ressorti des discussions du forum «Exportez demain!», organisé à Lausanne par Switzerland Global Enterprise (S-GE). «C’est un élément fondamental pour les PME suisses», affirme Sylvain Jaccard, responsable de S-GE pour la Suisse romande. La logique est simple: la concurrence est rude sur les marchés internationaux. Le franc fort et le coût de la main-d’œuvre suisse obligent les firmes helvétiques à trouver des moyens de réduire les dépenses. Qu’elle soit utilisée pour simplifier les processus ou pour améliorer les relations clients, la digitalisation améliore la compétitivité. 

Par exemple, les produits de Sensile Technologies indiquent la quantité de gaz ou de pétrole dans un conteneur. Ils permettent aux fournisseurs de réduire leurs coûts de livraison et au client de connaître ses stocks, afin que le ravitaillement ait lieu au moment optimum. Pour le CEO de l’entreprise vaudoise, Cédric Morel, «cela a un coût, mais la productivité est augmentée». 

«Certains marchés ont déjà fait la transition numérique. Le secteur des machines-outils, plus conservateur, prend conscience de l’importance de s’y mettre», lance Sylvain Jaccard. Il met toutefois en garde: le besoin du client doit rester au centre de la réflexion. La numérisation est un outil qui doit tenir compte du modèle d’affaires, des marchés ainsi que de l’historique de la firme. 

Certains domaines sont d’ailleurs en retard à ce niveau. Cédric Morel cite la santé, l’administration, ou encore l’énergie. La transition doit être douce, selon le directeur de S-GE de Suisse occidentale, car l’entreprise continue à vivre durant le passage d’un modèle à un autre. Les deux principaux coûts concernent l’infrastructure et les ressources humaines. La transition numérique nécessite de former les employés et d’engager des personnes qui connaissent bien la technologie. 

«L’ADN de la société change»

Dans les marchés disruptifs, les collaborateurs doivent s’adapter, comme en témoigne la mutation de HollyStar. La plateforme de streaming suisse a été rachetée par le groupe Sky au mois de mai, après avoir opéré une conversion complète il y a quelques années. L’entreprise s’appelait alors dvdfly et louait des DVD livrés par la poste. La transition numérique, les dirigeants y ont pensé et y ont investi. Mais «le DVD a baissé plus vite que prévu, avec une chute de près de 30% par an», raconte Eric Grignon.

En désaccord avec des actionnaires qui croyaient encore en la reconquête du DVD,  Eric Grignon a quitté l’entreprise en 2012, avant de revenir un an plus tard en tant que CEO. Sa mission: finir la transition vers la VOD. Après plusieurs levées de fonds et le développement de la technologie du streaming, HollyStar est parvenue à s’imposer sur le marché suisse, avec des sacrifices. «C’est l’ADN de la société qui change, souligne Eric Grignon. Nous avions 15 personnes en logistique, nous en avons maintenant 10 en IT.» 

Tandis que dans d’autres secteurs, c’est davantage la nature du travail qui se transforme. «Nous avons les mêmes employés. Ils peuvent en faire plus avec l’automatisation», se réjouit Cédric Morel.  

Garciarebecca1
Rebecca Garcia

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Rebecca Garcia a tout juste connu la connexion internet coupée à chaque téléphone. Elle a grandi avec la digitalisation, l’innovation et Claire Chazal. Elle fait ses premiers pas en journalisme sportif, avant de bifurquer par hasard vers la radio. Elle commence et termine ensuite son Master en journalisme et communication dans son canton de Neuchâtel, qu’elle représente (plus ou moins) fièrement à l’aide de son accent. Grâce à ses études, elle découvre durant 2 mois le quotidien d’une télévision locale, à travers un stage à Canal 9.

A Bilan depuis 2018, en tant que rédactrice web et vidéo, elle s’intéresse particulièrement aux nouvelles technologies, aux sujets de société, au business du sport et aux jeux vidéo.

Du même auteur:

A chaque série Netflix son arôme de cannabis
Twitch: comment devenir riche et célèbre grâce aux jeux vidéo

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."