Bilan

Etes-vous plutôt Tinder ou Bumble, la nouvelle app qui monte?

La cofondatrice de Tinder Whitney Wolfe a lancé une nouvelle application de rencontre baptisée Bumble. Avec pour vocation de donner le pouvoir aux femmes lors de la rencontre amoureuse, l'application connaît un succès planétaire.
  • Après avoir quitté Tinder, Whitney Wolfe a créé Bumble avec un focus sur les femmes.

  • La communauté Bumble est connue pour réunir des professionnels de haut vol.

  • Bumble compte après trois ans déjà quelque 17 millions d'utilisateurs.

  • Basée à Austin (Texas), la compagnie emploie 70 personnes dans le monde.

Vous êtes McDo ou Burger King ? Mac ou PC ? Et bien maintenant, vous devez choisir entre Tinder et Bumble. Alors que les applications de rencontres géolocalisées ont révolutionné la vie amoureuse de la génération Y voici déjà quelques années, un nouveau jalon vient d’être franchi par Bumble, le réseau qui veut donner le pouvoir aux femmes. Au-delà de son argumentaire féministe Bumble est aussi connu pour réunir des professionnels de haut vol. Vous avez bien davantage de chance de mettre la main sur un manager de hedge fund ou une cheffe des ressources humaines sur Bumble qu’ailleurs. Si Tinder s’est forgé une solide réputation dans le fun, Bumble semble davantage orienté vers les relations durables.

Lire aussi: Tinder, la révolution sexuelle de la génération Y

Sur Bumble, il s’agit toujours de sélectionner les candidats à une rencontre par un glissement de l’index vers la droite ou la gauche (swiping). Mais ce sont les femmes qui doivent faire le premier pas. Les utilisatrices ont 24 heures pour envoyer un message aux personnes avec qui la sélection a été mutuelle (match). Passé ce délai, le contact disparaît. Un encouragement pour les femmes à s’habituer à faire le premier pas. Cette procédure est paradoxalement aussi une façon de soulager la pression sur les garçons dont on attend sur Tinder qu’ils lancent la conversation. L’application offre encore la possibilité de transformer un match en relation d’amitié platonique grâce à une fonctionnalité BFF (Best Friend Forever) si l’utilisatrice le préfère.

Cofondatrice de Tinder puis victime de harcèlement

Bumble a été créée en 2014 par Whitney Wolfe (28 ans). Dès ses débuts, cette brillante entrepreneuse s’est heurtée au sexisme. Cofondatrice de Tinder, la jeune femme a quitté la compagnie en 2012 en déposant une plainte pour harcèlement sexuel. Après s’être séparée de son compagnon Justin Mateen également cofondateur, elle a eu à subir les persécutions de son ex dans le cadre de son travail. Un arrangement dont les conditions n’ont pas été révélées a été trouvé par la suite. Dépossédée de la compagnie qu’elle avait contribué à bâtir, elle quitte la Silicon Valley pour Austin (Texas) avec le projet d’ouvrir un « juice bar » et sombre dans la dépression.

Lire aussi: Tinder, Grindr, Badoo, l’heure de la monétisation a sonné

Whitney Wolfe est alors contactée par millionnaire russe Andrey Andreev, fondateur du site de rencontre Badoo. Celui-ci souhaite connaître ses projets pour y investir. Les entrepreneurs s’entendent sur la création d’une application de rencontre qui a pour vocation de répondre en priorité aux attentes des femmes. Avec pour slogan «Be nice or leave», l’application bloque automatiquement les indésirables qui enverraient messages et photos déplacés. C’est aussi le premier développement qui vérifie la véracité des photos d’identité afin d’éviter les faux profils.

Déjà 17,5 millions d'utilisateurs

En trois ans seulement, Bumble a fédéré une communauté de 17,5 millions d’utilisateurs et leur nombre est toujours en croissance, alors que le leader mondial Tinder n’est pas très loin devant avec 25 millions d’inscrits.

Basée à Austin, la compagnie emploie 70 personnes dans le monde, des femmes essentiellement. Le modèle économique: l’application de base est gratuite mais plus de 10% des utilisateurs actifs paient 9,99 dollars par mois pour accéder à des services premium. En octobre, Whitney Wolfe va lancer BumbleBizz, un réseau professionnel où débusquer un partenaire d’affaire ou de nouveaux talents. La compagnie anticipe 150 millions de chiffre d’affaires pour 2018. Ce printemps, Bumble a décliné une offre de rachat du Match Group (Tinder, OkCupid, Match.com) haute de 450 millions de dollars, selon Forbes.

Lire aussi: Binder, le Tinder pour rompre une relation depuis son smartphone

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan et community manager pour le site bilan.ch, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."