Bilan

En chaque horloger sommeille un grand enfant

Dans le supermarché de l'horlogerie de luxe, on a poussé les mouvements squelette sortis pour Halloween pour mettre en bonne place les pièces serties. Les fêtes de fin d'année approchent et tout est fait pour faciliter la tâche du Père Noël. Mais il se pourrait bien cette année qu'il soit attiré par une autre allée du magasin, pas très éloignée de l'entrée non plus: celle des montres ludiques. En chacun de nous sommeille un enfant, dit le dicton populaire. Et chez une poignée d'horlogers, il ne s'est carrément jamais endormi! Vaisseaux spatiaux, dessins animés ou jeux d'enfants: leurs sources d'inspiration renvoient l'acheteur au môme qu'il était, pour son plus grand plaisir. A l'approche de Noël, Luxes par Bilan est allé faire son shopping au rayon jouets de la très haute horlogerie. Un rayon qui connaît un succès grandissant, même si les prix de ces babioles varient entre 74000 et 630000 francs.

Eloge de la science-fiction

Sur l'étagère réservée aux vaisseaux spatiaux, un objet intrigue au premier coup d'oeil. Entre avion furtif et tête de squale, la forme du boîtier ne rappelle rien qui ne soit connu sur la planète horlogerie. Sous une glace imposante, les heures se lisent à l'aide de plots pivotants et les minutes grâce à des aiguilles rétractables. Mais c'est au dos que le spectacle est le plus passionnant: lorsqu'on agite la masse oscillante, deux turbines se mettent en mouvement à la surface du boîtier, agissant tels des freins pneumatiques. Un système de régulation du remontage automatique absolument inédit, qui a donné son nom à cet objet peu commun: UR-202 Turbine Automatic, créé par deux grands gamins, Felix Baumgartner et Martin Frei, cofondateurs de la marque Urwerk. «Ma source d'inspiration préférée est la science-fiction, reconnaît sans ambages Martin Frei, artiste designer de formation. C'est un monde qui mêle la fantaisie à une technicité extrême.» Un discours immédiatement relayé par son alter ego, l'horloger Felix Baumgartner: «Depuis nos débuts, nous essayons de proposer une alternative au diktat d'une tradition horlogère pure et dure, figée. Nous jouons et invitons les amateurs d'Urwerk à faire de même avec nous.» Et cela marche, parfois au-delà des espérances. Felix Baumgartner poursuit: «L'un de nos clients nous a raconté que sa femme pensait que la UR103 (une réalisation précédente, ndlr), avec la forme particulière de sa glace saphir, avait un capot comme une voiture, que l'on pouvait décalotter suivant l'humeur!»

Une passion pour Goldorak

Juste à côté, sur la même étagère, un autre engin fait soudain pétiller les yeux. Deux tourelles surplombent une plate-forme au plancher transparent sous lequel oscille un rotor en massif. «Je me suis inspiré des navettes spatiales de Thunderbirds, de Star Wars et de Goldorak», raconte Maximilian Büsser, patron de MB & F. Son croiseur intergalactique à lui, il l'a nommé Horological Machine N° 3, ou HM3. Il est sorti des ateliers d'on ne sait quelle étoile le 15 octobre dernier, et nourrit d'étranges ressemblances esthétiques avec le Faucon Millenium, mythique vaisseau de Han Solo (Harrison Ford) dans la saga Star Wars. Mais Maximilian Büsser, qui confesse une énorme passion pour Goldorak, n'a pas fait que construire un ovni. Techniquement très élaborée, cette montre est équipée d'un mouvement placé à l'envers, de manière à avoir la masse oscillante dessus. Un système ingénieux de roulements à billes en céramique se charge de transmettre l'énergie du fond jusqu'aux deux cônes tronqués, qui indiquent respectivement les heures et les minutes. La date est indiquée sur un grand cercle tournant autour du rotor en forme d'astéro-hache, arme fétiche de Goldorak. Une forme que l'on retrouve également dans l'indication jour/nuit visible sur le sommet du cône des heures. «A chaque fois que je cite Goldorak devant un client, se dessine un grand sourire, même chez ceux qui paraissent les plus blasés ou les plus sérieux», s'amuse le patron. Cent exemplaires de la HM3, en version Sidewinder (les cônes perpendiculaires au bras) ou Starcruiser (parallèle au bras) seront livrés en 2009.

Mickey et compagnie

Sur le rayonnage d'en face, à hauteur d'yeux d'enfants, le Père Noël reconnaîtra tout de suite les oeuvres écarlates du créateur de sa propre montre, la Tourbillon Santa Claus d'Alain Silberstein. Avec son cadran en émail cloisonné et son mouvement Lemania, elle a été réalisée à un seul exemplaire en 1999. Trois en plus tard, cette pièce fut achetée aux enchères à Genève pour la modique somme de 165000 francs par un mystérieux inconnu... «Le langage des couleurs et des formes, propre aux enfants, est universel, confie Alain Silberstein. Mes montres racontent des histoires qui sont comprises dans le monde entier.» Parisien d'origine, installé à Besançon (F), cet architecte d'intérieur et designer de formation vend quelque 1000 pièces mécaniques de différentes collections par an, essentiellement en Asie et en Russie. Au même niveau, deux pas plus loin, trône Mickey, bien assis sur un tourbillon. Impossible de ne pas rire. Pour ses 80 ans, Gérald Genta a gratifié son garde-temps anniversaire - un magnifique tourbillon entièrement manufacturé à heure rétrograde - de la présence de son personnage fétiche. «C'est une famille princière, au début des années 1980, qui avait demandé à Gérald Genta de réaliser une montre avec Mickey au milieu, raconte le patron de la marque Gérald Roden. Ce décalage entre haute horlogerie et Disney avait fait un incroyable tabac à l'époque.» Depuis, la petite souris est devenue l'icône de la manufacture, qui produit régulièrement des séries de 100 ou 200 pièces à son effigie. «Il existe un véritable réseau de ces montres Mickey, s'étonne presque Gérald Roden. Des gens téléphonent souvent pour connaître les nouveautés ou s'enquérir de ventes aux enchères.»

Automate et jeux de hasard

«Au fond de l'allée, sur un présentoir central, les vendeuses ont placé de petits cartons à côté des montres: «Ne pas toucher». Une précaution frustrante mais utile, tant il est difficile de résister à l'attrait de ces jouets. A commencer par Il Giocatore Veneziano, une oeuvre d'art signée Daniel Rothoù l'affichage de l'heure est aussi superflu que le chocolat dans les oeufs Kinder Surprise. Car sur ce garde-temps hors du commun, le spectacle est ailleurs. A la demande ou de concert avec le mouvement répétition minutes sonnant les heures, les quarts et les minutes, un personnage automate peint à la main s'anime à la lueur d'une chandelle qui vacille. Durant huit secondes environ, le petit joueur vénitien inspiré du Caravage lance les dés et vous interroge sur le résultat. Il suffit à la fin de le lui demander, à l'aide d'un poussoir, pour qu'il lève les bras et découvre les dés. Pas moins de 504 combinaisons rendent l'issue difficile à deviner. Un régal pour les amateurs de hasard, qui ne seront que 42 dans le monde à pouvoir acquérir cette série ultralimitée.

Bandit manchot et jackpot

Aux dés, Girard-Perregauxpréfère le bandit manchot. La Vintage 1945 Jackpot Tourbillon est, en plus d'une pièce de haute horlogerie, un chef-d'oeuvre de miniaturisation. Il se raconte même que, pour sa réalisation, la marque chaux-de-fonnière n'a pas hésité à démonter entièrement une véritable machine à sous pour la reproduire. Le mécanisme se déclenche en tirant un levier sur le côté droit du boîtier. Une crémaillère monte alors le long du mouvement pour aller actionner les trois rouleaux d'or, chacun d'eux portant les cinq symboles: pique, coeur, carreau, fer à cheval et cloche. En redescendant, la crémaillère active les stoppeurs qui arrêtent les rouleaux un à un en faisant retentir simultanément une sonnerie. Sur les 125 combinaisons possibles, seules les trois cloches alignées représentent le jackpot.

Boîte à musique et juke-box

Il est tard, le magasin va fermer. Du pied du présentoir nappé de flocons de neige en polyester surgit soudain une mélodie connue. En un instant, l'inconscient appelé à la rescousse ressort à tour de bras odeurs de tartes chaudes et images de chambre d'enfant. Dans un coffret en bois rappelant une boîte à musique retentit une montre musicale, la Primo 4 de la manufacture horlogère Mermod Frères. Quatre mélodies différentes personnalisées sont gravées dans autant de minidisques situés aux points cardinaux. En actionnant le bouton-poussoir à 8h, le mécanisme de lecture s'enclenche, faisant pivoter les disques vers le clavier à lames, à la manière d'un juke-box. Un double fond fait office de caisse de résonance, rendant l'acoustique parfaite pour quelques secondes d'une nostalgie délicieuse. A côté des sources d'inspiration traditionnelles que sont le sport ou l'histoire, l'enfance et le jeu promettent un avenir radieux à la haute horlogerie. De plus en plus décomplexée, celle-ci explore des univers a priori non familiers. Avec un succès indéniable. S'il est vrai qu'un enfant sommeille en chaque adulte, le monde est à ceux qui sauront les réveiller.

Photo: Horological machine n°3 et IL Giocatore Veneziano / © D.R.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."