Bilan

En 2010, mon iPod diffuse de la cave au grenier

Quel est le nombre de PC qui sont installés chez vous? Le nombre d'écrans, de baladeurs, de chaînes stéréo, de radios ou encore de radios-réveils? Et pourquoi est-il impossible de puiser dans l'une de ces sources pour la diffuser dans une autre pièce et de contrôler cette diffusion de n'importe où dans la maison? Ne serait-il pas plus confortable d'avoir une commande dans chaque pièce pour écouter n'importe où de la musique puisée dans Internet, stockée dans un PC ou un iPod ou dans sa bibliothèque de CD?Difficile de trouver la solution dans les rayons électroniques des grandes surfaces. Pourtant, certains fabricants ont pris conscience de la demande latente pour diffuser de la musique dans toutes les pièces. Ainsi, le concept de multiroom ou de multizone commence à s'imposer. Prédite depuis plusieurs années, la domotique entre enfin dans les foyers via la musique. Tour d'horizon des solutions.La famille M Budget (à partir de 700 francs) La plupart des amplificateurs de home cinéma ou de chaînes hi-fi peuvent desservir une seconde zone d'écoute. Il est même possible d'écouter la radio, un CD ou un DVD dans six pièces différentes avec l'amplificateur SS6VC Speaker Selection de Sonance relié par câble à des enceintes. C'est la solution la moins chère: environ 700 francs auxquels il faut ajouter le câblage. Il n'est cependant pas possible de contrôler la musique dans chaque pièce avec ce système alors que c'est un des gros avantages du multiroom. Il faut revenir dans la pièce principale pour utiliser des télécommandes dont l'ergonomie ne correspond pas toujours à cette utilisation multizone.Seconde possibilité, à environ 2000 francs (plus le câblage), le système A-Bus de Resound. A partir du système central, on trouve ici autant de sorties que souhaitées vers chaque pièce. Dans chacune d'elles, un clavier de commande mural servira ensuite d'amplificateur à partir duquel on relie les enceintes. SelonAlban Amouroux, de la société Multiroom.fr, «c'est la solution multipièces filaire la plus accessible». Toutefois, car l'on n'a pas forcément envie de tirer des fils partout, le système Streamium (environ 500 francs par pièce) de Philipsest connecté au réseau sans fil wi-fi de la maison. Il est cependant avant tout conçu pour se connecter aux radios Internet et à la musique stockée sur son PC. De même, Bosepropose un système d'enceintes sans fils télécommandés pour étendre à chaque pièce la source de son home cinéma (RoomMate, environ 900 francs par pièce). Mais dans les deux cas, ces produits restent incompatibles avec ceux d'autres marques. En outre, Barberi Giordanod'AudioVisuel BGmet en garde: «Les systèmes sans fil sont souvent peu fiables à cause des ondes de la téléphonie mobile, de la radio ou encore du wi-fi qui les perturbent.»Cet installateur genevois évoque l'adaptation possible à la maison des systèmes utilisés dans les commerces avec des amplificateurs 100 volts multicanaux (de 400 à 1000 francs). Cela consiste à relier sa chaîne hi-fi ou son home cinéma à cet ampli et brancher ensuite à ce dernier les enceintes disposées dans chaque pièce. Sans oublier de les équiper d'un potentiomètre pour le son et d'une cellule pour chaque télécommande. Guido Barbieri estime que l'on peut s'en sortir pour environ 1000 francs par pièce avec des enceintes simples. Le 100 volts nécessite toutefois le recours à un électricien professionnel pour l'installation. Et on ne pourra pas différencier les sources pour écouter par exemple un CD dans le salon et la radio dans une chambre.La famille Mélomane (à partir de 4500 francs)Pour les mélomanes, des marques comme Loewe, Bose ou Bang & Olufsen ont développé des systèmes multiroom propriétaires avec des possibilités d'extension à l'infini. Leur système de base est aujourd'hui généralement un home cinéma. En amont, le boîtier de l'amplificateur-lecteur est normalement équipé d'une prise auxiliaire sur laquelle on peut brancher une dock d'iPod, un PC, voire un lecteur vinyle et même les trois avec un boîtier qui démultiplie les entrées auxiliaires. Mais si elles ne sont pas de la marque de ces fabricants, ces sources périphériques ne pourront pas être commandées avec les télécommandes du système multiroom. Sauf en ce qui concerne l'iPod chez Loewe, impossible de naviguer dans la bibliothèque musicale de son PC depuis la cuisine. En aval, le choix est encore plus restreint. Les enceintes comme les cellules de commandes font forcément partie du système de la marque. Certes, la qualité et le design sont au rendez-vous, mais le prix aussi: 10 000 francs et plus.Moins cher (4500 francs sans le câblage), on trouve divers systèmes pour créer une extension multizones à son installation existante (de 4 à 8 sources) quelle que soit la marque et pour 4 à 32 pièces. Le système C-Series de Russound, l'Essentia de NuVo, les amplis ZR 4 et 6 de Niles ou bien encore la gamme MZC de SpeakerCraftpermettent de construire une installation dont la qualité sera, en définitive, déterminée par le choix des enceintes. Alban Amouroux attire cependant l'attention sur l'inconvénient de ces systèmes: «Il faut tirer des câbles vers les claviers muraux ou les récepteurs de télécommande et vers les haut-parleurs. Ce sont donc des solutions qu'il vaut mieux prévoir lors de la construction ou de la rénovation de la maison.»La famille «bricoleur numérique» (à partir de 1800 francs)La dématérialisation de la musique dans un ordinateur suggère aux bricoleurs numériques d'enregistrer leurs CD sur un disque dur une bonne fois pour toutes. Et de n'acheter leurs musiques que sur des sites comme iTunes, de l'écouter gratuitement sur une Web radio, voire de la télécharger gratuitement et légalement sur des sites comme Deezer.com.Mais, ensuite, comment l'écouter dans toute la maison sous sa forme numérisée, tout en ayant la possibilité de choisir un morceau ou un autre dans sa bibliothèque musicale depuis n'importe où?Si l'idée de mettre en ligne plusieurs ordinateurs séduira peut-être les passionnés d'informatique prêts à passer de longues nuits à fouiller les forums spécialisés, Sonoset Logitech avec la Squeezebox ont cependant imaginé des solutions beaucoup plus simples et évolutives.Plus facile à installer, mais 80% plus cher que la Squeezebox, le système Sonos ne nécessite pas forcément de PC. Il est relié au Web par le réseau de la maison ou par un appareil (le bridge) qui diffuse, dans un mode wi-fi propriétaire, vers tous les haut-parleurs du système. Divers amplis servent aussi de passerelle (sans fil ou non) vers les installations existantes telles que les enceintes et les chaînes hi-fi. On peut contrôler Sonos avec une télécommande dédiée ou même avec un iPhone qui s'utilise de plus en plus comme une bibliothèque musicale.La Squeezebox Duet de Logitech propose à peu près les mêmes fonctionnalités, mais elle nécessite cependant un PC pour installer le logiciel Squeeze Center et, sans doute, un peu plus de connaissances informatiques. Contrairement à Sonos, l'ajout de nouvelles zones nécessite, par exemple, de les associer aux logiciels. Même chose lorsque l'on souhaite synchroniser ou désynchroniser certaines pièces. Ce n'est cependant pas sorcier d'autant que le fabricant a développé son propre forum utilisateurs (tout comme Sonos). En plus, la présence du PC permettra l'intégration du système à d'autres outils de domotique. Alban Amouroux estime à 3500 francs une installation Sonos pour quatre pièces et à 1800 francs celles de Logitech pour une solution similaire.La famille haut de gamme (à partir de 10 000 francs)S'il est possible d'écouter et de contrôler la musique dans chaque pièce de la maison, pourquoi ne pas aller plus loin? Par exemple en installant des systèmes capables de contrôler aussi les écrans de TV pour diffuser un DVD dans des pièces différentes, de régler l'éclairage, la température, les stores, notamment.Creston AdagioetAMXhome sont à la base de tels systèmes. Avec eux, on pilote n'importe quel produit électronique de n'importe quelle marque au sein du réseau de la maison. Depuis chaque télécommande ou écran mural d'une pièce, l'utilisateur obtient un accès à sa bibliothèque musicale. Et, il peut aussi lire ses e-mails, surfer sur Internet, modifier le thermostat, vérifier la température de la cave ou de la piscine ou encore brancher l'alarme. Un principe que Barberi Giordano suit. Il s'apprête à lancer un Dom Int AV Center. Cet appareil inclut dans un réseau piloté par des écrans tactiles une multitude de sources telles que PC, Internet, dock d'iPod, bibliothèque musicale et cinématographique. Et, il les diffuse vers n'importe quels supports. «Comme le système est relié au Web, il est encore possible de brancher un téléphone IP dans n'importe quelle pièce», précise Barberi Giordano.Ces solutions de domotique demeurent cependant chères. Il faut compter sur un budget d'au moins 10 000 francs et cela peut monter très vite en fonction de la configuration choisie.La famille gadget (à partir de 4500 francs)Pour les amoureux de gadgets, le fabricant japonais Nikkoa converti le robot le plus célèbre de la galaxie, R2D2, à la domotique. Doté de fonction de navigation grâce à des senseurs qui évitent les pièges de son environnement, comme les marches d'escalier ou les meubles, ce petit robot est équipé d'un projecteur capable de diffuser un film ou des jeux vidéo (Wii, PlayStation, Xbox) dans toutes les directions, de gauche à droite et du sol au plafond.Livré avec une télécommande, le robot est accompagné d'un sabre laser qui sert aussi de téléphone passant par Internet (Skype). Ce gadget, en quelque sorte ultime, avale CD et DVD dans son lecteur, embarque une webcam, se connecte par wi-fi au Web pour diffuser de la musique. Ce qu'il peut faire aussi à partir d'une dock station intégrée pour iPod. Son prix? Environ 4500 francs. Aux dernières nouvelles, il faudra attendre un peu car Nikko est en rupture de stock.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."