Bilan

Economisez sur vos opérations de change

La fintech B-Sharpe propose des transactions sur les devises avec une marge de 70% inférieure à celle pratiquée par les banques traditionnelles.

Le mot «fintech» est à la mode, on l’utilise pour qualifier la moindre start-up dans le domaine financier. Certains ont des idées, certains les mettent en pratique, mais ce n’est pas toujours simple, pour le consommateur lambda, de voir comment cette nouvelle révolution va réellement changer sa vie, votre vie, notre vie. 

Alors que la fintech a réellement commencé à faire parler d’elle depuis le début de l’année, il y a des «fintechs» qui vous donnent du concret depuis bien plus longtemps. 

Des coûts dissimulés

L’autre jour, je pars en week-end au pays de François, juste avant de sauter sur l’autoroute, je passe à la banque retirer des euros, 1000 euros, au débit de mon compte en francs suisses. Cours de change euro-franc: 1,12. Le week-end se passe, je reviens avec mes 1000 euros, ayant principalement utilisé ma carte de crédit, je reverse donc l’argent sur mon compte, cours de change: 1,08! 

Par contre, quand vous demanderez à votre banque ce qu’elle prend comme frais pour le change, elle va vous répondre d’un air dégoûté: «Mais nous ne prenons aucun frais mon bon monsieur, juste l’écart entre l’offre et la demande!»  En effet, techniquement ce n’est pas faux, sauf qu’un tel écart s’apparente plus à de l’usure qu’à un geste commercial. Jean-Marc Sabet, CEO de B-Sharpe, est un «précurseur financier» depuis des années. En son temps, il avait déjà été impliqué dans les débuts du trading online à l’époque où la fintech n’était même pas un concept. Il y a trois ans, il a décidé de jouer dans la cour des banques. 

«Disruptif»

C’est là que le côté «disruptif» prend tout son sens. Le concept de B-Sharpe est simple. Vous ouvrez un compte chez eux, vous leur transférez l’argent que vous souhaitez changer, et ils vous renvoient la monnaie que vous souhaitiez acquérir. Le tout avec une marge de 70% inférieure à celle que vous prendra votre chère banque habituelle.

La société B-Sharpe vit grâce au volume généré par ses clients et réduit donc massivement les «coûts dissimulés» des opérations sur devises. Actuellement, elle vous propose une vingtaine de monnaies différentes et vient même d’ouvrir la possibilité de traiter du renminbi chinois. 

La fintech a fait son arrivée dans les changes il y a trente-six mois et les choses vont changer plus vite qu’on ne le pense. Pour le consommateur, il aura le choix entre économiser de l’argent sur TOUTES ses opérations de change ou laisser sa banque se faire plaisir sur la marge. 

Un dernier exemple si tout cela ne vous paraît pas clair: «Vous êtes le patron d’une PME qui change 50 000 francs suisses en euros tous les mois» avec le système B-Sharpe. A la fin de l’année, vous aurez économisé 4584 euros. Alors, cet argent, vous le voulez? 

* Fondateur du site investir.ch

Thomas Veillet*

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Rise of the machines
Les bons et les mauvais chasseurs

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."