Bilan

Ebuzzing et Teads deviennent un géant de la vidéo publicitaire

En fusionnant avec Teads, Ebuzzing rejoint les leaders mondiaux de la pub sur le web. Déjà implanté dans le monde entier, le groupe européen spécialisé dans la publicité vidéo doit entrer au Nasdaq en 2015.

L'alliance de PIerre Chappaz (à gauche) et Loïc Soubeyrand débouche sur la formation d'un leader mondial de la publicité vidéo sur le web.

Fondateur d’Ebuzzing, Pierre Chappaz (54 ans) est un entrepreneur français hyperactif établi à Genève. Il est connu de nos lecteurs en tant que blogueur chez bilan.ch. Ce natif de Toulon est l’un des fondateurs du comparateur de prix Kelkoo, acquis par Yahoo! en 2005. Puis il a lancé Wikio, un moteur de recherche dans les blogs et contenus médias. Plus tard en 2007, il crée Ebuzzing, actif dans la publicité vidéo. La société fusionne avec Wikio en 2009 et Ebuzzing se renforce d’année en année en tant que régie publicitaire pour la vidéo sur le web. Au total, le groupe a levé un investissement de 34 millions d'euros, auprès notamment de Lightspeed Ventures, Gimv, TF1 et de Pierre Chappaz lui-même, avant de fusionner avec Teads.

Une audience d’un milliard d’internautes


Avec quelque 26 000 éditeurs partenaires dans une quarantaine de pays, Ebuzzing touche un milliard d’habitants dans le monde. Et Teads apporte au groupe son réseau mondial d'éditeurs Premium, utilisateurs de sa plateforme, dont Le Monde, The Economist, Financial Times, Reuters, La Repubblica, El Pais, Axel Springer, Nikkei, etc...

Au sein de la nouvelle entité, Pierre Chappaz devient président et CEO de Ebuzzing and Teads, tandis que Loïc Soubeyrand (28 ans) reste CEO de Teads. Loïc Soubeyrand a cofondé Teads en 2011 et en a fait avec son équipe un acteur international de l’Ad Tech. L’entreprise occupe une trentaine de collaborateurs à Montpellier, avec pour investisseurs Partech Ventures et Elaia Partners.

Un potentiel en train de se concrétiser


L’Ad Tech est un créneau dont l’énorme potentiel commence à se concrétiser. “La migration de la publicité hébergée par la télévision vers le web a débuté avec le transfert de quelque 3% des budgets. C’est le segment publicitaire dont la croissance est la plus forte. Les dépenses totales doivent passer de 5 milliards de dollars en 2013 à 8 milliards en 2015”, indique Pierre Chappaz.

Or, pour l’heure, le Net ne dispose pas de contenus vidéo en quantité suffisante pour accueillir les annonceurs. Aujourd’hui, la publicité vidéo part en priorité vers Youtube, où elle est associée à des clips pas forcément de la meilleure tenue, ce qui retient notamment l’industrie du luxe d’utiliser ce vecteur. “Chez Ebuzzing and Teads, nous travaillons justement à offrir des solutions nouvelles aux annonceurs pour diffuser leurs publicités vidéo dans les médias”, poursuit Pierre Chappaz. Ces solutions qui permettent de diffuser les vidéos, non plus dans des contenus vidéo mais au cœur des articles dans les médias, sont dénommées Outstream.

Dans ce domaine méconnu, le groupe Ebuzzing and Teads se distingue en offrant une exposition adéquate aux multinationales et autres annonceurs globaux. En Suisse, Teads gère par exemple les publicités vidéo qui apparaissent dans les articles des sites web du Temps, de La Tribune de Genève, de l'Agefi, du Tages Anzeiger, de la NZZ, etc. 

“L'outstream constitue 70% de notre activité. Son atout principal : il permet aux éditeurs qui ne produisent pas forcément de contenus vidéo de créer leur propre inventaire publicitaire vidéo, avec des formats peu intrusifs et innovants. Une publicité outstream rapporte environ 15 fois plus qu'une bannière classique et elle permet de monétiser tous les types de contenus”, affirmait Loïc Soubeyrand dans journaldunet.com, fin 2013.

Offensive aux Etats-Unis

 

Très bien implanté en Europe, Ebuzzing a des antennes à New-York, Miami et Mexico, ainsi qu'en Corée du Sud. Pierre Chappaz veut mettre fortement l'accent sur les Etats-Unis. “Curieusement, les acteurs locaux américains se sont très peu intéressés à ce domaine. Nous arrivons avec une expertise appréciable par rapport à la concurrence.”

Ebuzzing and Teads emploie 300 collaborateurs dans une dizaine de pays, dont une centaine de développeurs en France. Le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 70 millions de dollars en 2013 et mise sur 100 millions de dollars pour 2014.

Pour financer la croissance, Ebuzzing and Teads vise une entrée en bourse au marché américain des valeurs technologiques Nasdaq pour 2015. Une IPO réussie aurait valeur de consécration mondiale.

Si dans le domaine de l’innovation et de la technologie, l’ambiance est plutôt à l’atermoiement en France, force est de constater que l’Ad Tech constitue un fleuron de l’excellence hexagonale. “Notre Recherche et Développement est basée en France à Montpellier, Toulouse et Paris, nuance Pierre Chappaz. Mais Ebuzzing and Teads est en fait un groupe européen car la firme est domiciliée au Luxembourg, je vis à Genève, et nous employons des équipes commerciales dans le monde entier.”

 

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."