Bilan

Des start-up suisses à l'assaut de Berlin

Dix start-up innovantes ont été sélectionnées pour participer à la 2nd Swiss Venture Day dans la capitale allemande. Elles ont pu rencontrer d’éventuels investisseurs.

La cafétéria de la Betahaus. Un lieu où les startupers se retrouvent pour échanger des idées.

Crédits: Alp ICT

Wooga, Zalando, eDarling ou encore Groupon... Toutes ces success stories internationales ont vu le jour dans l’un des quartiers branchés de Berlin. Quelques start-up suisses prometteuses, triées sur le volet, ont été invitées lundi dernier à plonger dans cet environnement à la pointe de l’innovation digitale lors de la 2nd Swiss Venture Day. Goodwall, Attrackting ou encore Qipp ont ainsi participé à cette journée organisée par le CTI Invest, Alp ICT, Berlin Partner et le capital-risqueur Earlybird.

Les entrepreneurs helvètes ont d'abord découvert le projet ambitieux «Factory», à quelques pas de Mauerpark, lieu symbolique avec ses quelques vestiges du Mur. Cet espace de travail émergent ouvrira ses portes le 11 juin prochain. Collaboratif, créatif et connecté, il accueillera entre autres des entreprises accomplies comme la plateforme de distribution audio SoundCloud et l'application 6wunderkinder. Avec ses six bâtiments, ses 16 000 m2 de bureaux, son centre de recherche et son réseau de mentors, cette fabrique de start-up est également un stimulateur de projets qui offre un environnement vivifiant pour les jeunes pousses de tous horizons.

Autre cadre mais même énergie, l’espace de coworking Betahaus à Kreuzberg. Ce lieu du «do it yourself» ne devrait pas manquer d’attirer les compagnies qui souhaitent se lancer en Allemagne. «En Suisse, la scène digitale est fragmentée, alors qu’ici les entreprises travaillent ensemble. Le but de cette mission économique est d’évangéliser nos entrepreneurs aux méthodes berlinoises», explique Didier Mesnier, secrétaire général d'Alp ICT.

En quête d’investisseurs Outre-Rhin

Puis les dix start-up se sont principalement déplacées pour se présenter aux investisseurs allemands, rassemblés dans les locaux d’Earlybird. Durant tout l’après-midi, les entrepreneurs suisses ont pu, un à un, exposer leur projet de manière interactive. A l'image des conférences TED. Tous cherchent à récolter entre 1 et 2 millions de francs pour passer à la prochaine étape de leur modèle d’affaires. «Hélas, peu d’investisseurs étaient réunis cet après-midi pour nos pitchs. Mais le déplacement reste utile, car je vais peut-être créer une synergie avec un compatriote», précise Christophe Lukundula, CEO de Kireego, une plateforme qui met en relation les commerces.

En fait, l’événement a été quelque peu secoué. «Nous avons dû changer le lieu de la manifestation qui était prévue à l’ambassade suisse il y a tout juste une semaine. Contrairement à l’édition passée, nous avons eu de nombreux différends avec l’équipe sur place, qui, je trouve, n’avait pas du tout l’esprit start-up», confie Jean-Pierre Vuilleumier de CTI Invest. Earlybird et ses ventures capitalistes ont sauvé la situation in extremis, rassemblant une poignée d’investisseurs. Qu’à cela ne tienne, la cuvée 2014 satisfait les organisateurs. Et une troisième journée aura d’ores et déjà lieu en novembre. En parallèle, Alp ICT met en place un séjour similaire à Londres, pour les FinTech, soit les start-up actives dans la finance digitale. Les candidatures pourront être déposées dès fin juin.

 

 

 

Jade Albasini

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."