Bilan

Des Google Glass expérimentées par la police de New York

Et si les enquêteurs new-yorkais dépassaient en technologie les célèbres Experts des séries TV? Le NYPD va recevoir plusieurs paires de Google Glass pour en tester les potentialités dans les enquêtes.
  • Les policiers de New York pourraient être les premiers à utiliser les Google Glass.

    Crédits: Image: AFP
  • Les lunettes connectéespourraient permettre aux patrouilles d'avoir accès aux fichiers des personnes disparues, des suspects, aux casiers judiciaires...

    Crédits: Image: AFP
  • Les Google Glass sont toutefois gourmandes en énergie et cela pourrait freiner leur usage en raison de la faible autonomie des batteries.

    Crédits: Image: AFP
  • A San Francisco aussi, la police étudie l'expérimentation des Google Glass.

    Crédits: Image: AFP
  • Les pompiers de New York veulent eux aussi se servir des lunettes connectées pour s'aider dans leur action.

    Crédits: Image: AFP

Jusqu'à présent, seules les unités de police scientifique avaient réellement basculé dans un univers technologique. Pour les enquêteurs traditionnels, l'équipement n'avait que très peu évolué. La police de New York, le célèbre NYPD, pourrait basculer dans le XXIe siècle grâce à Google. Le géant du web a en effet décidé de confier plusieurs paires de ses lunettes connectées, en phase de développement, afin de voir quelles pourraient en être les applications les plus utiles aux services de police de Big Apple.

«On a reçu quelques Google Glass et on est en train de les essayer sur le terrain, pour voir si elles ont un quelconque intérêt dans le travail d'enquête, surtout pour les patrouilles de police», explique un cadre de la police de New York. Pas question toutefois d'un partenariat entre Google et le NYPD: les services de police n'ont pas contacté directement la firme de Menlo Park, mais sont passés par un programme d'expérimentation des lunettes connectées, «Google Glass Explorer», qui met des exemplaires du produit à disposition de testeurs voulant développer des applications ou vérifier les fonctionnalités de l'objet.

Un programme qui n'est pas gratuit: chaque exemplaire est mis à disposition contre 1500 dollars. L'expérimentation des lunettes par la police newyorkaise devrait donc se révéler juteuse pour Google. Car si les 34'000 policiers de la cité ne seront pas équipés, le nombre de testeurs devra tout de même être conséquent pour que leurs conclusions soient valables.

Accès aux bases de données et rédaction des rapports

Mais justement, dans quels domaines les Google Glass pourraient-elles être utiles aux policiers? Les quelques informations distillées par les responsables du NYPD laissent envisager une utilisation par diverses équipes, aussi bien des brigades spécialisées que des patrouilles sur la voie publique. Grâce à leur connexion internet, les Google Glass pourraient donner accès aux bases de données et fichiers (suspects, personnes disparues, casiers judiciaires...) et faire gagner un temps précieux aux officiers.

De même, l'activiation des commandes vocales permettrait également un gain de temps pour les rapports. Les fonctions photo et caméra pourraient également servir. Par contre, Google n'a pas encore validé l'utilisation de certaines applications dont les fonctions représenteraient un avantage certain pour les policiers, dont la reconnaissance faciale des personnes.

L'initiative newyorkaise n'est pas isolée: à l'autre bout du pays, les homologues de San Francisco étudient un projet similaire. Susan Merrit, directrice technique du département de police de San Francisco, se montre enthousiaste: «Les applications possibles sont potentiellement énormes». Les lunettes connectées viendraient en complément des smartphones Samsung Galaxy S4, dont les patrouilles de la cité californienne sont équipées depuis quelques mois.

Les pompiers aussi intéressés

Pour les Google Glass, un écueil demeure toutefois. Et il est de taille: la miniaturisation de l'objet a réduit l'autonomie de sa batterie. Avec une utilisation modérée, l'usager peut s'en servir pendant trois à quatre heures avant de devoir les recharger. Mais s'il fait usage de la vidéo ou d'autres fonctions gourmandes en énergie, ce temps pourrait chuter sous l'heure.

Toujours à New York, un autre service public pourrait imiter les policiers: les pompiers du NYFD ont imaginé leur expérimentation, sous la houlette de Patrick Jordan, pompier et développeur d'applications. Selon lui, les lunettes connectées pourraient fournir aux soldats du feu nombre d'informations cruciales (plans d'une maison, proximité des bornes à incendie, présence de substances dangereuses) qui pourraient faciliter leurs missions.

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."