Bilan

Des avions supersoniques plus rapides que le Concorde

Héritier du Concorde, le Baby Boom de Virgin promet de relier Londres à New York en 3h15, en volant à Mach 2,2. Les projets de nouveaux avions supersoniques se multiplient actuellement.
  • Présenté au Salon aéronautique du Bourget, le XB-1 est développé par Boom Technology et Virgin Atlantic, la compagnie de Richard Branson.

  • Surnommé le Baby Boom, ce jet supersonique doit relier Londres et New York en 3h15.

  • Sur le Baby Boom, les prix des billets devraient s'établir autour de 2500 dollars.

  • L'exploitation commerciale du Baby Boom est prévue pour 2023.

  • La société Aerion Corp travaille au développement de l’appareil AS 2.
  • L'AS 2 est un jet d’affaire de 12 places qui doit atteindre la vitesse de Mach 1,5.

  • L'intérieur luxueux de l'AS 2 est conçu pour une clientèle de milliardaires.

  • La Nasa a mandaté Lockheed Martin pour construire un « Quiet Supersonic Technology X-Plane » (QueSST).

  • La compagnie britannique Hypermach Aerospace travaille quant à elle à un jet d’affaires de 36 places.

  • Réalisation de prestige franco-britannique, le Concorde n'a jamais réussi à couvrir ses coûts.

  • Retiré du circuit en 2003 après 27 ans de service, le Concorde a aujourd'hui des héritiers supersoniques dopés par les nouvelles possibilités de la technologie du 21e sciècle.

Il s’appelle XB-1. Son surnom : Baby Boom. Présenté au Salon aéronautique du Bourget, ce nouveau jet supersonique a été développé par la start-up américaine Boom Aerospace. Fibre de carbone, composants en impression 3D, aile delta, nez pointu, moteurs General Electric et avionique Honeywell : ce triréacteur de 51 mètres de long volera à 2,2 Mach ou 2330 km/h, soit 200 kilomètres de plus que le Concorde. A cette vitesse, la distance entre Londres et New York est parcourue en 3h15 au lieu de 7 heures.

« XB-1 est l’avion civil le plus rapide du monde, le premier jet supersonique développé par une société privée », a souligné le CEO Blake Scholl. Le premier vol est prévu en 2018, suivi deux ans plus tard de l’avion commercial dont la mise en service se profile pour 2023. Le prix du billet doit s’établir autour 2500 dollars, l’équivalent d’un ticket en business sur les avions actuels. La société a levé 41 millions de dollars pour ce projet et a déjà reçu 76 intentions d’achat dont 10 de la part de Virgin Galactic, la compagnie de Richard Branson, par ailleurs partenaire pour les tests en vol supersonique.

Lire aussi: Les 10 avions qui ont révolutionné l'aviation

D’autres entrepreneurs rêvent aussi de vols supersoniques comme le millionnaire texan Robert Bass, héritier d’une fortune pétrolière. Sa société Aerion Corp travaille au développement de l’appareil AS 2, un jet d’affaires de 12 places qui doit atteindre la vitesse de Mach 1,5, soit une fois et demi la vitesse du son. Son premier vol est envisagé pour 2023.

Toujours aux Etats-Unis, la Nasa a mandaté Lockheed Martin pour construire un « Quiet Supersonic Technology X-Plane » (QueSST). Une ébauche de l’appareil a déjà été testée en 2015, après avoir été emmenée à 30 kilomètres d’altitude par un ballon.

La compagnie britannique Hypermach Aerospace travaille quant à elle à un jet d’affaires de 36 places dont l’exploitation commerciale est envisagée pour 2018. Les investisseurs du Golfe suivent de près ce projet. La firme de transport Netjets a déjà commandé 20 de ces appareils.

Lire aussi: Les 10 avions les plus rapides du monde

Mis hors service en 2003, le Concorde a transporté durant 27 ans ses passagers au-dessus de l’Atlantique à deux fois la vitesse du son. Réalisation de prestige, l’appareil franco-britannique n’a jamais réussi à couvrir ses coûts. Avec des billets valant l’équivalent de 20 000 euros, l’avion a volé la plupart du temps à moitié vide. La rentabilité de la ligne n’a semble-t-il jamais été un souci primordial pour les responsables de l’époque.

Si l’avion supersonique civil revient sur le devant de la scène aujourd’hui, c’est que l’essor de l’industrie spatiale et des technologies autorisent de nouveaux acteurs à se lancer sur ce marché, explique nickancenter.org. La percée des capacités à concevoir des appareils à partir de simulations informatiques a joué un rôle crucial. Des moteurs plus puissants conjugués à des matériaux plus performants comme la fibre de carbone rendent la conception de nouveaux avions accessible à de petites équipes, pour des coûts de développement nettement moins élevés que par le passé.

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."