Bilan

Des applis qui vont changer vos assiettes

Evaluer instantanément la valeur nutritionnelle d’un aliment, son contenu calorique ou encore éviter le gaspillage: les applis «food» connaissent un engouement croissant.

Leur impact auprès du public est tel qu’elles amènent parfois industriels et distributeurs agroalimentaires à revoir leur copie. C’est le cas de l’appli Yuka qui, après trois ans d’existence, serait utilisée par 15% de la population française pour contrôler la qualité de ses aliments. Conséquence de son succès, l’enseigne de distribution Intermarché a annoncé il y a quelques mois modifier la recette de près de 900 préparations au score nutritionnel décevant.


Acheter des produits sains

Yuka Indubitablement, Yuka incarne la success story des applications sur l’alimentation auprès du consommateur européen. Armé de son seul smartphone, l’acheteur peut scanner le code-barres d’un aliment et voit apparaître sur l’écran un score nutritionnel facile à interpréter (de vert foncé pour «excellent» à rouge «mauvais»). La notation est basée sur trois critères pondérés: qualité nutritionnelle (60% de la note), présence d’additifs (30%), certifications et labels reconnus (10%).

Une vue détaillée sur la composition de l’aliment (ou produit cosmétique ou d’entretien) est proposée. Points forts et faibles du produit sont listés, et d’autres choix sont proposées aux produits affichant un score nutritionnel bas.

Malgré l’aspect chronophage du scan systématique, ainsi que certaines interrogations sur le choix – présumé arbitraire – de certains produits recommandés, Yuka continue de séduire. Présente en Suisse depuis avril 2019, l’application annonçait à son lancement helvétique plus de 75% des produits de consommation courante déjà listés.

Gratuite

Disponible dans l’AppStore et dans GooglePlay

Compter les calories

Foodvisor Si le compteur de calories fait partie des apps «historiques» à succès (on pense notamment à MyFitnessPal), Foodvisor propose une approche multicanal simplifiée qui redonne un coup de jeune au concept. En effet, à partir d’une simple photo, l’intelligence artificielle reconnaît l’aliment proposé dans plus de 90% des cas. A l’épreuve du test, même la viande transformée est identifiée. Glucides, lipides, protéines sont instantanément visualisables ainsi que l’apport calorique global. Instantanément mais grossièrement, dans la mesure où l’application donne un poids standard à l’aliment. Rectifier manuellement les quantités (lorsque l’on peut les évaluer) s’avérera nécessaire. Outre la saisie manuelle et la photo, le scan du code-barres peut représenter une alternative intéressante d’identification.

La possibilité d’intégrer l’activité sportive, de concevoir son propre régime, voire de parler avec une diététicienne (option premium) offre d’aller plus en avant. Avec cependant la contrainte de penser systématiquement à renseigner tout ce que l’on mange.

Gratuite, inclus des achats intégrés

Disponible dans l’AppStore et dans GooglePlay

Lutter contre le gaspillage

Too good to go Selon l’association Food Waste, pas moins d’un tiers des denrées alimentaires consommables en Suisse seraient jetées, soit environ 300 kilos par an et par personne. Un gaspillage auquel tente de s’attaquer l’app Too good to go, lancée mi-2018 en Suisse. Il suffit de renseigner son domicile (ou d’activer la géolocalisation) pour se voir proposer des «paniers surprises» d’aliments, souvent au tiers du prix, parmi lesquels faire son choix. Le paiement s’effectue via la plateforme, ne reste plus qu’à aller chercher son repas composé d’invendus destinés à être jetés. Parmi les quelque 2000 fournisseurs de la plateforme en Suisse, des boulangers, épiceries, mais aussi des entreprises de la restauration (dont Tibits) et depuis peu Eldora, première enseigne de restauration collective à rejoindre l’aventure.

En forte croissance, l’application affichait déjà en octobre 2019 plus de 540 000 téléchargements en Suisse et revendiquait avoir «sauvé» 590 000 repas depuis son lancement.

Gratuite

Disponible dans l’AppStore et dans GooglePlay

Valoriser ses fonds de frigo

Frigo Magic Commerçants et industriels ne sont pas les seuls à pouvoir agir contre le gaspillage alimentaire. L’app Frigo Magic en a pris acte et propose de tirer le meilleur parti du contenu de son réfrigérateur, particulièrement quand l’inspiration vient à manquer. On sélectionne un élément principal, un légume par exemple, autour duquel une vingtaine ou une trentaine de recettes peuvent être choisies. Il est recommandé de faire au préalable un inventaire le plus exhaustif possible des placards et réfrigérateur et de l’inscrire dans Frigo Magic pour un matching optimal. Toutefois, en cas contraire, des éléments de substitution à la recette originale peuvent être proposés au fur et à mesure (type de farine différente, par exemple) en fonction des éléments manquants en réserve. Une souplesse qui convaincra l’utilisateur, malgré une présence publicitaire un peu lourde et difficilement évitable, ainsi que la récurrence des logos de marques associés aux produits.

Gratuite

Disponible dans l’AppStore et dans GooglePlay

Joan Plancade
Joan Plancade

JOURNALISTE

Lui écrire

Diplômé du master en management de l’Ecole supérieure de Commerce de Nantes, Joan a exercé pendant sept ans dans le domaine du recrutement, auprès de plusieurs agences de placement en France et en Suisse romande. Collaborateur externe pour Bilan, Il travaille en particulier sur des sujets liés à l’entreprise, l’innovation et l’actualité économique.

Du même auteur:

Les sociétés de conseil rivalisent avec l’IMD
Comment la sécurité se déploie aux frontières entre la France et la Suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."