Bilan

Dacuda, élu meilleur entrepreneur suisse

La start-up alémanique doit cette première place à l’invention d’une souris-scanner révolutionnaire.

«Scanner un texte ou un graphique avec sa souris d’ordinateur? C’est maintenant possible grâce à Dacuda. Cette entreprise, fondée par quatre anciens étudiants de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), a mis au point une technologie révolutionnaire. Appelée Slam Scan, elle permet un véritable copier-coller d’un support papier à une version électronique que l’on peut ensuite éditer sur son ordinateur (lire Bilan N° 5 du 14 mars 2012). La start-up remporte la phase finale du Prix Strategis devant Winterthur Instruments et Scandit.

La souris-scanner

 

«Une caméra capable de capturer 30  images par seconde est placée sous la souris d’ordinateur, explique Michael Born, CFO de l’entreprise, toutes les photos de la zone parcourue sont alors assemblées par un logiciel pour créer une seule image, une reproduction parfaite du papier scanné.» La start-up basée à Zurich a su convaincre le géant LG Electronics d’intégrer cette technologie dans un produit destiné au grand public.

De cette collaboration est née la souris-scanner LSM-100, qui fait désormais partie de la gamme LG disponible dans le commerce. «Nous avions un contrat exclusif avec LG pendant un an, ajoute Michael Born, l’année est maintenant écoulée et nous préparons de nouvelles collaborations avec des partenaires aux Etats-Unis et en Asie, comme par exemple la marque King Jim au Japon.»

Une croissance rapide

 

Créée en 2008, Dacuda devient une société anonyme l’année suivante. Il lui faut à peine deux ans pour passer du stade d’une idée à un produit qui se vend dans le monde entier. Aujourd’hui, la petite entreprise compte une vingtaine de collaborateurs. «Nous souhaitons que la technologie Slam Scan soit un standard pour toutes les souris d’ordinateur», annonce le CFO. Cette PME très ambitieuse prépare déjà des innovations passionnantes pour les dix-huit prochains mois. Ces nouveautés étendront encore le spectre d’activité de cette start-up en adaptant la technologie Slam Scan à de nouvelles plates-formes comme, par exemple, les téléphones mobiles.

«Gagner un tel prix est toujours flatteur, dit Michael Born, cela montre la reconnaissance de notre travail aux yeux du public et booste notre capacité à recruter de nouveaux collaborateurs.» Cette victoire profite à Dacuda sur deux plans: la notoriété et la couverture médiatique liées à cet événement ainsi qu’un financement de 50 000 francs.

Attaquer le marché des smartphones

 

«Cet argent sera investi dans nos nouveaux projets, se réjouit Michael Born, nous sommes déjà en train d’adapter la technologie du Slam Scan aux smartphones et ce nouveau financement nous donnera un élan supplémentaire pour attaquer un marché sur lequel nous ne sommes pas encore présents.» Cette PME a un avenir très prometteur. Dans quelques années nous posséderons, peut-être, tous un scanner dans notre poche.

71 candidatures pour l’édition 2012

Le Prix Strategis 2012

Depuis vingt ans, HEC Espace Entreprise décerne le prix de l’entrepreneuriat romand. Cette année, la compétition franchit la barrière du Röstigraben et s’ouvre à toutes les start-up suisses. «Nous avons vu les choses en grand, se réjouit Edgar de Picciotto, étudiant et responsable de l’organisation du Prix Strategis, pour cette première compétition au niveau national, pas moins de 71 candidatures nous sont parvenues.» Les entreprises ont été évaluées selon trois critères: l’innovation, la réalisation et l’expansion de leur produit. 2e place: Winterthur Instruments Andors Bariska, CEO de la société, et Nils A. Reinke ont inventé un appareil capable de mesurer l’épaisseur d’un revêtement pendant le processus de production. Baptisé CoatMaster, ce système est doté de nombreux capteurs infrarouges et réalise des mesures sur tous types de matériaux comme le plastique, le bois ou la céramique. «Le système CoatMaster peut être intégré à une nouvelle chaîne de production ou à une chaîne déjà existante», précise Andors Bariska. Cette start-up, qui est une société spin-off de l’Université des sciences appliquées de Zurich (ZHAW), est dédiée au développement et à la commercialisation de systèmes de mesure dans le domaine industriel. 3e place: Scandit Cette start-up basée à Zurich a développé une technologie permettant de lire les codes-barres à l’aide des caméras présentes sur les téléphones mobiles, les iPads ou les tablettes. «La lecture de ces codes-barres est maintenant accessible à tous, puisque tout le monde possède un smartphone», explique Samuel Mueller, CEO de l’entreprise. Développée par une équipe du MIT et de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich, la technologie Scandit est utilisée par plus de 2000 licenciés dans 50 pays du monde entier. Cette PME composée de douze employés a déjà reçu plusieurs prix aux Etats-Unis, notamment à Boston et en Silicon Valley.

Crédits photos: Dominic Büttner/Pixsil

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."