Bilan

Concurrence, vidéo, vente en ligne: Facebook est-il has-been?

Le réseau social touche moins les adolescents mais affiche toujours des revenus en hausse. Parmi ses relais de croissance: la vidéo, notamment en direct, qui peine cependant à décoller en Suisse.
  • Les interactions (commentaires et réactions) sur les vidéos live sont dix fois plus importantes que sur les autres formats de vidéos proposés par Facebook.

    Crédits: Kateryna Trysh
  • Les interactions (commentaires et réactions) sur les vidéos live sont dix fois plus importantes que sur les autres formats de vidéos proposés par Facebook.

    Crédits: Mantas Hesthaven

«Facebook, c’est un truc de vieux maintenant, les ados n’y sont plus». Vraiment? Un étude E-marketer prévoit qu’en 2017, Facebook perdra 3,4% de ses utilisateurs 12-17 ans. Il est vrai que le réseau social s’érode parmi cette tranche d’âge qui lui préfère Snapchat, Instagram et WhatsApp. Mais, faut-il le rappeler, ces deux derniers outils, en plein essor, appartiennent… à Facebook.

Lire aussi: Facebook caracole, Twitter mord la poussière

Si, aux Etats-Unis, le déclin auprès des adolescents est marqué, en Europe et en Suisse, ce n’est pas le cas. «Contrairement aux idées reçues, les jeunes en Suisse sont toujours sur Facebook, mais comme observateurs, consommateurs, alors qu’ailleurs ils publient davantage de contenus», observe David Labouré, consultant en médias sociaux. «Ils reviendront sans doute vers Facebook qui développe toujours davantage de fonctionnalités, toujours plus spécifiques». Dernière arrivée en Suisse: Marketplace permet depuis août d’acheter/revendre des objets dans un rayon géographique défini.

97% des revenus issus de la publicité

Facebook reste donc un outil incontournable de communication digitale. «C’est encore la plateforme la plus utilisée par toutes les tranches d’âge en Suisse», souligne David Labouré. Et si le groupe de Mark Zuckerberg croît avant tout en Asie et en Inde, il n’est cependant pas en déclin dans notre pays: sa croissance a été de 6% entre 2016 et 2017 et il y revendique au total 3,8 millions d’utilisateurs (3,5 millions sur mobile, dont 2,7 millions l’utilisent au quotidien). Au niveau mondial, le groupe californien a franchi au printemps la barre des deux milliards d’utilisateurs actifs par mois et revendiquait fin juillet un revenu en hausse de 45%, tracté par ses recettes publicitaires (+47% à 9,2 milliards de dollars).

Lire aussi: Facebook lance "Watch", son nouveau service vidéo

La publicité –parfaitement ciblée puisqu’elle repose sur la grande quantité de données recueillies par Facebook- représente 97% des revenus de Facebook, et 5% des dépenses mondiales en la matière. La vidéo, et notamment l’outil Live, support idéal pour les annonceurs est donc un relais de croissance évident. Avec sa plateforme Watch déployée aux Etats-Unis pour le moment, l’objectif de Facebook est clairement de concurrencer YouTube et Netflix.

L’essor relatif du live

Watch proposera du contenu exclusif produit par Facebook, mais à terme, l’idée est bien de faire «de chaque utilisateur un producteur qui pourra soumettre ses vidéos à sa communauté… et être sélectionné par Facebook pour figurer sur Watch», estime Catherine Daar, experte marketing spécialisée sur Facebook Live. Pour le moment l’outil, introduit en Suisse, reste peu utilisé par les entreprises et les particuliers. «Peut-être en raison d’un côté introverti», analyse Stéphane Koch, expert en stratégie numérique. Grâce aux algorithmes de la plateforme, ses contenus ‘live’ sont largement ‘poussés’ auprès des utilisateurs.

L’outil Live offre un potentiel énorme aux entreprises, estime Catherine Daar: «il permet de sonder sa communauté en temps réel, donner un visage à une marque, répondre à des questions, afficher sa transparence. Il faut l’utiliser pour des visites de coulisses, des rendez-vous avec des experts ou une présentation produit…» Avec les risques d’imprévus que cela comporte. Mais la professionnelle en est convaincue: d’ici un à deux ans, la vidéo sera un mode d’expression standard et l’outil Live se développera en Suisse. A voir. En matière numérique, les spécificités culturelles peuvent être tenaces.

Lire aussi: Facebook: les recettes de pub augmentent plus que prévu

Camille Andres

JOURNALISTE

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."