Bilan

Comment lira-t-on demain?

Jusqu’au 11 juillet, The Book Lab présente les livres de demain, à l’EPFL de Lausanne. Les projets présentés témoignent d’une petite révolution dans le rapport à la lecture.
  • Navigator, par Michael Flückiger : un livre dont le contenu selon la rapidité avec laquelle on le feuillette. Une technologie utile pour parcourir intuitivement de grandes bases de données.

    Crédits: Photo : Camille Andres
  • Drunk book publishing, MA Students in media design. L'histoire du vieil homme et de la mer revisitée : un capteur intégré permet de détecter le taux d'alcoolémie du lecteur ; en fonction de ce taux, une écriture invisible apparaît et laisse deviner une seconde histoire, bien plus sombre...

    Crédits: Photo : Camille Andres
  • Series Edition, MA Students in Media Design : ici un projecteur est relié à un iphone où une application permet de dérouler une histoire. L'engin dessine des ciels étoilés et des constellations, sur les murs des chambres de tous-petits. Chaque mouvement du projecteur donne à voir un nouveau ciel et une autre partie de l'histoire.

    Crédits: Photo : Camille Andres
  • Once upon a tale, par Benjamin Ben Kemoun, Praiya Chinagarn, Andrea Rovescalli, Guillaume Vautier. Une histoire interactive pour tablettes tactiles, qui, sur la base des contes de Perrault, permet de changer de personnages ou de décors au fil de chaque histoire. Et de créer ainsi une histoire sur-mesure, parmi des milliers de possibilités.

    Crédits: Photo : Camille Andres
  • IDNA, Sylvain Joly and Emilie Tappolet. Un film animé sur des lunettes 3D, permettent de s'immerger dans l'histoire, comme dans un jeu vidéo et de la percevoir sous de nombreux angles différents. Chaque mouvement de l'utilisateur révèle une nouvelle scène de l'histoire. L'appareil s'utilise avec un casque qui raconte l'histoire.

    Crédits: Photo : Camille Andres
  • Basel School of Design. 4 tomes de 1300 pages chacun : c'est ce qu'il est nécessaire pour rendre compte d'une seconde sur Twitter, par 5522 utilisateurs. Dans son projet Basil.js la Basel school of design a réfléchi à la communication visuelle et aux possibilités de rendre visible le "big data".

    Crédits: Photo : Camille Andres

Le livre n’est pas mort, et son futur est plutôt réjouissant. C’est le message qui ressort de l’exposition The Book Lab, créé par swissnex San Francisco, hub d’innovation entre la Suisse et les Etats-Unis. Déjà présenté outre-Atlantique en octobre, The Book Lab s’est enrichi de nombreuses créations depuis, et propose aujourd’hui onze projets de plusieurs artistes suisses.Tous issus des hautes écoles suisses : Universités de Berne ou Zurich, Head Genève, Ecole de design de Bâle...

Leurs projets sont bien plus que des simples e-books améliorés : livre-coussin, ouvrage qui réagit aux haleines alcoolisées, dispositif de lunettes en trois dimensions reliés à des casques, outil d’édition qui permet de mettre en page soi-même son ouvrage... Ces innovations ont un impact direct sur la façon dont le lecteur aborde une histoire (voir notre diaporama).

« On est loin du livre électronique avec un peu d’interactivité », confirme Douglas Eric Stanley, professeur au sein du master Media Design à la HEAD Genève, dont plusieurs élèves présentent des projets à Book Lab. « Ici, l’interactivité fait partie intégrante de l’écriture, et du processus narratif. »

Adapter la narration au lecteur

Les auteurs de projet ont cherché à repenser la narration, par différents biais. « Une histoire peut avoir différentes facettes, par lesquelles ont peut entrer, ou différents points de vue, comme le montrent les fameux ouvrages ‘le livre dont vous êtes le héros’, il y a aussi différentes débuts possibles », détaille Douglas Eric Stanley. « C’est comme une boule de cristal, il y a différentes possibilités pour voir l'image. » Et plusieurs images possibles !

L’objectif de ce chercheur est de permettre, à terme, la création d’un logiciel facilitant le travail des designers qui pensent ces nouveaux objets de lecture, pour modifier et adapter l’écriture en fonction du projet, sans nécessairement faire appel à des ingénieurs, comme c'est le cas aujourd'hui.

Le design narratif est l’enjeu des livres de demain, il permet de repenser les histoires, les aborder différemment et surtout, les adapter aux envies et aux pratiques de chaque lecteur. Comme cet ouvrage qui, grâce à un complexe système de capteurs et de projecteur, propose un contenu différent, selon la manière dont on tourne ses pages. Ou ce livre audio, qui propose au lecteur différentes actions pour le faire participer à l'histoire (courir, marcher, se cacher, s'accroupir...).

Les applications concrètes et la commercialisation ne sont pas une illusion. Pour certains projets, elles sont déjà en cours, notamment pour « Once upon a tale », un projet qui permet au lecteur de modifier un conte, en introduisant par exemple un nouveau personnage, par exemple Blanche-Neige à la place du Petit Chaperon rouge. Ce sont les éditions Volumiques, à Paris, qui diffuseraient ce projet.

Présenté dans le cadre de la Conférence internationale pour les humanités digitales, qui se tient la semaine prochaine, l’exposition The Book Lab a été invitée par Frédéric Kaplan, responsable des humanités digitales à l’EPFL, elle reste visible jusqu’au 11 juillet au Rolex Learning Center.

Camille Andres

JOURNALISTE

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."