Bilan

Comment la RTS réinvente le #19h30

Le TJ engage la conversation avec son audience toute la journée à travers son fil Twitter. Une expérience qui vise à accroître son audience.
Présentateur du 19h30, Darius Rochebin est très présent sur Twitter où il montre aussi les coulisses du journal. Crédits: dr

C’est un beau succès pour la RTS. Début septembre, les équipes de l’info de la Télévision romande ont lancé le hashtag 19h30. Le but: impliquer le public tout au long de la journée dans la préparation du téléjournal à travers Twitter.

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec les réseaux sociaux (mais qui ne l’est pas encore?), en cherchant #19h30 sur Twitter vous verrez la rédaction du TJ au travail: photos, présommaire, vidéos et tweets bien sûr des journalistes, une manière de comprendre ce qui sera traité le soir. 

«Les gens utilisent Twitter comme un fil d’agence pour l’actualité immédiate», s’enthousiasme Darius Rochebin. Le journaliste star de la chaîne a complètement intégré les réseaux sociaux dans son travail quotidien, percevant un moyen d’impliquer d’avantage le public. «Ce qui marche le mieux, c’est l’information. Les gens apprécient certes les commentaires et les tweets états d’âme mais ces derniers n’ont pas le même impact.»

L’interactivité est au centre de l’opération: l’audience peut s’interroger, solliciter des sujets et même suggérer des questions avant une interviewe

Toute la rédaction s'y est mise

Au-delà du présentateur du TJ, toute la rédaction s’est convertie à ce nouvel outil. Pour Bernard Rappaz responsable de l’info à l’ancienne TSR, «nous voulions montrer les coulisses du journal . Des études démontrent un lien très fort entre Twitter et la TV. Nous avons arrêté l’expérience du deuxième écran car il n’y avait pas de résonance avec le canal naturel. Là, tweeter permet de dissocier dans le temps la consultation des nouvelles et cela devrait permettre d’accroître encore l’audience du TJ.»

Une expérience qui demande une bonne dose de remise en cause des professionnels de l’info: «Le TF a toujours un côté grand-messe et notre public approuve notre hiérarchie de l’info et nos choix, poursuit Bernard Rappaz. Mais cela ne doit pas nous empêcher d’engager la conversation avec lui à travers les nouveaux canaux et se faire challenger.»

Pour l’instant, peu de chiffres existent encore, mais des centaines de retweets favoris s’affichent d’ores et déjà de manière publique sur les interventions liées à #19h30.

Stéphane Benoit-Godet

<p>Rédacteur en chef du Temps, (ex-rédacteur en chef de Bilan)</p>

Lui écrire

Depuis le 1er janvier 2015, Stéphane Benoit-Godet dirige la rédaction du quotidien Le Temps. Il était le rédacteur en chef de Bilan de 2006 à 2015. Auparavant, il a travaillé pour les quotidiens La Tribune de Genève et Le Temps 1998-2003), journal dont il a dirigé la rubrique économique (fin 2000 à mi-2003). Juriste de formation, Stéphane a fait ses études en France à l'Université d'Aix-Marseille III. 

 

 

Du même auteur:

«Les concentrations dans la presse ne font que débuter»
Comment la Silicon Valley écrit un nouveau chapitre de l’histoire: les cleantechs

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."