Bilan

Comment stocker ses cryptomonnaies?

Acheter des cryptomonnaies est une chose, les conserver en est une autre. Beaucoup de personnes se mordent les doigts après avoir perdu ou s’être fait dérober leur clé. Présentation des gestes basiques à adopter.

«Si vous perdez votre clé, vous êtes mort», assure Adrien Treccani, CEO de la fintech Metaco.

Crédits: François Wavre/lundi13

Un cinquième des bitcoins créés serait perdu et irrécupérable, soit l’équivalent d’environ 20 milliards. C’est du moins ce qu’avançait l’an dernier le Wall Street Journal. «Si vous perdez votre clé, vous êtes mort», résume Adrien Treccani, CEO de la fintech Metaco. Selon les cas d’utilisation, différents niveaux de sécurité sont appliqués pour le stockage d’avoirs cryptographiques. On parle alors de cold wallet (hors ligne) ou de hot wallet (en ligne) dans le jargon des initiés. Cependant, à chaque niveau de température correspond une accessibilité différente. Le tout est de trouver un équilibre entre disponibilité et sécurité. «C’est comme avoir de l’or sous un matelas dans sa chambre, facile d’accès, ou le mettre dans un coffre protégé par des gardes», image Adrien Trecani.

Différents types de stockage

L’une des solutions préconisées réside en des stockages physiques. Ledger ou Trezor sont des références en la matière, leurs cold wallets ressemblant à des clés USB. Pour y accéder, il suffit de renseigner le seed (passphrase en général composée de 12 à 24 mots), qui sera noté à un endroit connu exclusivement du possesseur. Encore faut-il ne pas perdre le fameux sésame ni le laisser à la portée de tous. «Il y a eu pas mal de scandales», se souvient Yann Isola, product manager au sein de Swissquote. Fin mars, une fausse extension de Ledger pour le navigateur Chrome a permis à des voleurs d’acquérir 2,5 millions de dollars. Il demandait aux utilisateurs d’entrer leur clé.

Des solutions en ligne existent également, avec des sites comme MyEtherWallet, MetaMask ou Jaxx. Là encore, il est question de soigneusement conserver ses mots de passe. L’erreur humaine est encore bien présente dans l’univers des cryptos. Ainsi, un investisseur raconte son expérience sur MyEtherWallet: «J’ai voulu mettre comme mot de passe une phrase qui était présente sur le site, dans une sous-section. Je suis tombé sur le portefeuille de quelqu’un d’autre.»

Ces dernières années ont été propices au développement de solutions de portefeuilles sécurisés et faciles d’utilisation. «S’assurer que ses mots de passe sont bien cachés tout en y ayant accès à tout moment peut être difficile, souligne Yann Isola. Des solutions élégantes comme Argent Wallet gagnent à être connues pour leur facilité d’utilisation, leur système de récupération d’accès et leur intégration à la finance décentralisée (DeFi).»

Et les institutions?

«Les institutions financières ne se limitent pas à un type de stockage, mais cumulent plusieurs approches», lance Adrien Treccani. Une banque peut choisir d’effectuer ses grosses transactions avec une sécurité accrue, en ayant recours à des portefeuilles hors réseau et à des machines spécifiques. «C’est très problématique à utiliser dans la vie quotidienne», raconte le CEO de Metaco.

Yann Isola ajoute que les hardware security modules (appareils électroniques considérés comme inviolables) sont usuels. «Il y a une redondance de ces produits entre eux, il faut garantir que les clés soient accessibles. Si une clé est activée, toutes doivent l’être.» Le délai de validation de dépôts ou retraits s’élève à trois jours chez Swissquote. «Nous avons une politique de sécurité stricte», confie le product manager. Il existe par contre des procédés d’automatisation, et cela dépend de la blockchain choisie.

Garciarebecca1
Rebecca Garcia

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Rebecca Garcia a tout juste connu la connexion internet coupée à chaque téléphone. Elle a grandi avec la digitalisation, l’innovation et Claire Chazal. Elle fait ses premiers pas en journalisme sportif, avant de bifurquer par hasard vers la radio. Elle commence et termine ensuite son Master en journalisme et communication dans son canton de Neuchâtel, qu’elle représente (plus ou moins) fièrement à l’aide de son accent. Grâce à ses études, elle découvre durant 2 mois le quotidien d’une télévision locale, à travers un stage à Canal 9.

A Bilan depuis 2018, en tant que rédactrice web et vidéo, elle s’intéresse particulièrement aux nouvelles technologies, aux sujets de société, au business du sport et aux jeux vidéo.

Du même auteur:

A chaque série Netflix son arôme de cannabis
Twitch: comment devenir riche et célèbre grâce aux jeux vidéo

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."