Bilan

Ces objets disparus ou ressuscités de la hightech

Nokia 3310, NES, ou montres-calculatrices, ils sont les ancêtres évincés de la route de l'évolution technologique. Petit tour d'horizon de quelques objets oubliés ou mythiques.
  • Dans les années 1980, la VHS s'impose comme la norme de la vidéo grand public, lisible et enregistrable par un magnétoscope au moyen d'un support cassette.

    Crédits: DR
  • Le baladeur cassette a été créé en 1977 par l'inventeur allemand Andreas Pavel, sous la forme d'une ceinture stéréo. Deux ans plus tard, la société japonaise Sony commercialise à grande échelle le célèbre "Walkman", se présentant comme le créateur du dispositif.

    Crédits: AFP
  • Grand oublié de l'histoire des lecteurs-enregistreurs audio portatifs, le Mini-Disc a été lancé par Sony en 1992.

    Crédits: Sony
  • La disquette connaît plusieurs versions, des premiers "floppy disks" (par opposition au disque dur) mesurant 20 cm de large (à gauche), à la disquette dernier-cri de 3,5 pouces (à droite), qui reste l'un des symboles de l'informatique domestique des années 1990.

    Crédits: DR
  • Distribuée à l'international en 1985, la NES de Nintendo prédomine pendant une dizaine d'années jusqu'à l'arrivée des jeux à 16 bits.

    Crédits: WSJ
  • Le succès de la Game Boy, lancée par Nintendo en 1989, est en grande partie dû au célèbre jeu Tetris.

    Crédits: AFP
  • Le bipeur a connu un succès mitigé et éphémère, avec l'arrivée des SMS et le développement de la norme GSM dans les années 2000.

    Crédits: DR
  • Carton immense au moment de sa sortie en 2000, le modèle 3310 réputé indestructible, marque la prédominance de la firme finlandaise et le début de la génération Nokia.

    Crédits: DR
  • Premières montres digitales pouvant stocker des données, les montres-calculatrices apparaissent dans les années 1980. Munies d'un clavier et cumulant les fonctions calculatrice, répertoire téléphonique et agenda, les chronographes les plus connues sont les séries Databank de la firme japonaise Casio.

    Crédits: AFP

Nokia 3310, NES, ou montres-calculatrices, ils sont les ancêtres évincés de la route de l'évolution technologique. Disparus, en danger d'extinction ou en passe de renaître, ces incontournables furent eux-aussi hightech en leur temps, voici plusieurs dizaines d'années. Petit tour d'horizon de quelques objets oubliés ou mythiques.

La VHS, ancêtre du DVD

Le système vidéo domestique, mieux connu sous son acronyme anglophone VHS (Video Home System), naît dans les années 1970 de la firme japonaise JVC. Précurseur du DVD, la VHS désigne la norme d'enregistrement sur une bande magnétique d'un demi pouce. Dans les années 1980, elle s'impose comme la norme de la vidéo grand public, lisible et enregistrable par un magnétoscope au moyen d'un support cassette. La VHS décline dans les années 2000 avec le développement des formats numériques (CD, DVD).

Baladeur et mini-disc, ancêtres du mp3

Le baladeur cassette est créé en 1977 par l'inventeur allemand Andreas Pavel, sous la forme d'une ceinture stéréo. Deux ans plus tard, la société japonaise Sony commercialise à grande échelle le célèbre "Walkman", se présentant comme le créateur du dispositif. En 2004, au terme d'un combat juridique de vingt-cinq ans, la firme reconnaît avoir repris l'idée de A. Pavel, et solde le litige en versant plusieurs millions d'euros à ce dernier. Bien qu'évincés par le CD et les lecteurs Discman, la cassette audio et les baladeurs connaissent un regain d'intérêt de nos jours, portés par la vague néo-rétro. La tendance ne passe pas inaperçue aux yeux de Disney et de Marvel, qui sortent en 2014 la bande originale du film "Guardians of the Galaxy" au format cassette audio.

Le Mini-Disc, en revanche, ne connaît pas le même enthousiasme que la cassette. Grand oublié de l'histoire des lecteurs-enregistreurs audio portatifs, le Mini-Disc a été lancé par Sony en 1992. Petit disque magnéto-optique protégé à l'intérieur d'une disquette en plastique, il combine les formats analogique de la cassette audio et numérique du CD. Succès commercial au Japon, la technologie Mini-Disc reçoit un accueil mitigé en Occident, où elle est davantage utilisée comme alternative onéreuse au dictaphone. La concurrence des CD et l'essor des lecteurs mp3 éclipsent rapidement l'appareil de Sony. Malgré une tentative de retour en 2004, le Mini-Disc tire officiellement sa révérence en 2013.

La disquette, symbole de l'informatique des années 1990

Précurseur des CD et des supports amovibles de stockage de données numériques, la disquette est lancée par IBM en 1967, initialement comme dispositif de stockage de micro-programmes. Le petit disque connaît plusieurs versions, des premiers "floppy disks" (par opposition au disque dur) mesurant 20 cm de large, à la disquette dernier-cri de 3,5 pouces, qui reste l'un des symboles de l'informatique domestique des années 1990 popularisée par les PC. Le développement des CD et plus tard des clés USB, rend la disquette obsolète dans les années 2000. En 2010, Sony, dernier constructeur de disquettes, annonce officiellement l'arrêt de la production.

NES et Game Boy, les consoles Nintendo

Après l'apogée des jeux d'arcade, l'industrie du jeu vidéo subit une crise dans les années 1980 avec le développement des PC et l'inondation du marché par des jeux de faible qualité. En 1983, Nintendo offre un second souffle au jeu vidéo en sortant la NES au Japon. Distribuée à l'international en 1985, la NES prédomine pendant une dizaine d'années jusqu'à l'arrivée des jeux à 16 bits, comme son successeur la Super Nintendo ou la MegaDrive du concurrent Sega. Encore aujourd'hui, certains jeux de la NES sont repris et adaptés sur de nouvelles consoles. En 1989, Nintento réalise un second coup de génie avec la sortie de la Game Boy, console de jeux vidéo portable incontournable des années 1990. Son succès immédiat est en grande partie dû au célèbre jeu Tetris. La Game Boy originale donne naissance à la Game Boy Pocket en 1996, la Game Boy Color en 1998, la Game Boy Advance en 2001, tous ancêtres de la Nintendo DS et de ses dérivés.

La génération Nokia

Au temps où les téléphones mobiles ne disposaient que de la fonction d'appel, il y avait... les bipeurs. Petit boîtier servant à afficher un numéro à rappeler - depuis une cabine téléphonique -, ou pour les versions plus évoluées à recevoir sous forme de texte un message dicté à un service de radiomessagerie, le bipeur a connu un succès mitigé et éphémère, avec l'arrivée des SMS et le développement de la norme GSM dans les années 2000.

Dans l'histoire des téléphones portables, le Nokia 3310 a marqué toute une génération. Carton immense au moment de sa sortie en 2000, le modèle réputé indestructible, marque la prédominance de la firme finlandaise. 126 millions d’exemplaires ont été vendus jusqu’en 2006, date d’arrêt de production. 14 ans plus tard, alors que Nokia se fait racheter par Microsoft, la société Lekki remet le 3310 - et son jeu le Snake - au goût du jour.

Casio et ses smartwatches des années 1980

Premières montres digitales pouvant stocker des données, les montres-calculatrices apparaissent dans les années 1980. Munies d'un clavier et cumulant les fonctions calculatrice, répertoire téléphonique et agenda, les chronographes les plus connues sont les séries Databank de la firme japonaise Casio. Surfant sur la vague de nostalgie jamesbondienne ou sur la tendance hipster, l'équipementier sportif Puma propose en 2013 une version revisitée de la montre, conservant le design du pavé numérique.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."