Bilan

Ces formations à prix discount pour les PME

CoorpAcademy, le spin-off de l’EPFL dans la formation massive en ligne pour les entreprises, se base sur ses succès avec les grands groupes pour rendre les MOOCs accessibles aux PME.
  • Fort de ses succès dans la formation en ligne pour les grandes entreprises comme Engie, CoorpAcademy lance une offre à partir de deux euros pour les PME. 

  • CoorpAcademy propose un cours en ligne sur la transformation digitale à deux euros.

    Crédits: Image: DR
  • Les modules prévoient que les employés puissent se lancer des défis sur leurs connaissances.

    Crédits: Image: DR

C’est le CAC 40 ! La liste de clients de CoorpAcademy que déroule Jean-Marc Tassetto, le cofondateur avec Arnauld Mitre, Frédéric Benichou ainsi que le professeur de l’EPFL Pierre Dillenbourg, rassemble les fleurons de la Bourse française: Schneider Electric, Renault, Société Générale, Cap Gemini, Engie, Pernod-Ricard, L’Oréal… En deux ans, la petite start-up sélectionnée par Bilan dans «Les 50 start-up dans lesquelles investir » en 2014 a déjà développé plus de 20 plateformes dédiées pour la formation continue de 200'000 utilisateurs individuels pour de grands groupes français mais aussi suisse comme Nestlé pour son Alimentarium.

Fort de cette crédibilité mais aussi de cette expérience, Jean-Marc Tasseto veut maintenant s’adresser au marché des PME. Pour commencer un cours massif en ligne sur l’économie numérique est vendu 2 euros aux PME dans une version 40 questions/3 vidéos et 80 euros pour une version complète (1700 questions, 210 vidéos). «Notre objectif est de mettre ces outils jusqu’à présent réservé aux grandes entreprises à la portée des PME avec un coût de moins de 100 francs par an et par apprenant», explique l’entrepreneur.

Un modèle universitaire

A la base, CoorpAcademy, qui emploie 35 personnes entre Lausanne, Paris et un nouveau bureau à New York, a adapté aux entreprises le modèle des cours massifs déployés sur internet par les grandes universités comme l’EPFL. Le campus lausannois vient de franchir la barre du million d’étudiants en ligne. Les besoins des entreprises sont tout aussi énormes. Non seulement pour la formation des cadres ou des employés mais pour tous ceux qui participent à l’écosystème d’une entreprise. Comment, par exemple, former les vendeurs d’un grand distributeur partenaire à vos nouveaux produits? Et au-delà comment former les utilisateurs eux-mêmes avec des produits toujours plus sophistiqués?

Les modules d’apprentissage, mélange de cours en vidéos, de QCM, d’exercices, de jeux, de défis, etc. semblent une réponse adaptée entre autres parce que leur massification rend leurs coûts supportables, y compris pour des PME et même des start-up. «Le marché de ces technologies éducatives (EdTech) est bien plus important que ce que nous l’avions d’abord pensé. Et il progresse plus rapidement», affirme Jean-Marc Tassetto.

Grandes manœuvres

La formation continue est un marché de six milliards d’euros rien qu’en France et qui atteindrait de 100 à 150 milliards de dollars dans le monde. Or, les produits numériques ne représentent encore que 5% de ce marché. Et encore, il s’agit souvent de modules de première génération qui n’utilisent pas les derniers outils, streaming vidéo, réseaux sociaux pour le travail collaboratif, gamification, etc. développés par les MOOCs.

Signe de l’intérêt que suscite ce marché, deux spécialistes américains viennent d’être repris par des grands groupes : Lynda.com par Linkedin pour 1,5 milliards et CrossKnowledge par l’éditeur Wiley. CoorpAcademy, qui a levé récemment 3,2 millions de francs auprès de Debiopharm Investment et du  fonds français Nextstage n’atteint certes pas pareille valorisation. Mais sa stratégie d’éteindre son offre de MOOCs sur mesure pour entreprises en s’appuyant, entre autres, sur le savoir-faire de l’EPFL confirme son énorme potentiel. D’autant plus que ses formations se révèlent aussi un excellent moyen pour tout un chacun d’augmenter son employabilité.  

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."