Bilan

Business: l’Asie donne une leçon à Facebook

Les réseaux sociaux asiatiques prouvent qu’il existe d’autres modèles d’affaires que le financement par la publicité. Une piste qui éclaire les milliards investis dans le rachat de WhatsApp…

Le site de messagerie KakaoTalk a peu à peu intégré de nombreuses fonctionnalités.

Crédits: Dr

Lorsque l’on observe les réseaux sociaux américains, on constate que leur rentabilité est basée sur l’exploitation des données privées des utilisateurs. C’est notamment le cas de Facebook. Instagram, Twitter ou WhatsApp sont de plus en plus prisés mais ne reposent sur aucun modèle d’affaires solide.

En rachetant Instagram pour 1 milliard de dollars en 2012, puis WhatsApp pour 19 milliards début 2014, Mark Zuckerberg a provoqué la stupéfaction. Certes, il défend sa place de leader mais beaucoup se demandent comment un tel investissement peut être justifié.

Une partie de la réponse se trouve du côté de l’Asie. Autrefois «pros de la copie», ces pays ont une longueur d’avance lorsqu’il s’agit de tirer profit des réseaux sociaux. Ils montrent qu’il n’est pas indispensable d’espionner les utilisateurs pour être profitable. 

Prenez KakaoTalk en Corée. A l’origine, c’est une simple messagerie homologue de WhatsApp. Conçue nativement pour les mobiles, Kakao a intégré de nombreuses fonctionnalités: appels gratuits, partage de photos, abonnement à des flux d’actualité, jeux. Puis viennent les coupons de réduction, qui poussent à se rendre au magasin le plus proche pour consommer.

Il est aussi possible d’acheter des produits, des jeux en ligne au café Starbucks. Tout est intégré et simple, et les résultats sont encourageants. Fin 2013, la chaîne coréenne Paris Baguette a vendu 400  000 gâteaux via Kakao. Ce modèle d’affaires rusé illustre bien les synergies possibles entre monde réel et virtuel.

En Chine, c’est WeChat qui suit cette stratégie de monétisation de l’accès à ses membres. Depuis janvier 2014, les utilisateurs peuvent réserver et payer un taxi directement depuis l’application. Après un mois d’existence, le service affichait 21 millions de demandes (!), et autant de microcommissions prises sur chacune des transactions.

La dernière addition à WeChat est une section «Gestion de fortune» qui permet d’envoyer en un clic de l’argent vers des fonds d’investissement. Un succès: 130 millions de dollars ont été investis le premier jour d’existence du service.

Vie privée mieux préservée?

Kakao et WeChat sont d’excellents augures pour Mark Zuckerberg. Vus sous cet angle, les 450 millions d’usagers qui communiquent via WhatsApp sont une manne attrayante!

Mais pour avoir une chance de monétiser leur attention, il faut suivre le modèle asiatique et créer des fonctionnalités commerciales. Liées au compte en banque de l’utilisateur, elles facilitent l’achat de biens et services mis à disposition directement sur la plateforme.

Si on peut penser que Facebook a tout intérêt à intégrer ses acquisitions pour créer à son tour une galaxie toute-puissante, il doit plutôt rester prudent. Instagram, deux ans après son rachat, demeure très largement indépendant. Il ne faut pas faire fuir des usagers qui pourraient se sentir encerclés et condamnés à livrer leur vie privée en pâture.

Le réseau bleu a souvent été montré du doigt pour son éthique douteuse quant à la vie privée de ses membres. Les applications mobiles comme WhatsApp, Kakao ou WeChat montrent que l’on n’a pas forcément besoin de franchir la ligne rouge pour gagner de l’argent.  

* www.200ideas.com 

Tiffany Büsser

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Les MOOCs changent de public cible
Vos amis virtuels deviennent réels

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."