Bilan

Bons résultats pour Facebook malgré le coût d'un litige juridique

Facebook continue à attirer en masse les utilisateurs et affiche une bonne santé financière, malgré le règlement d'un litige juridique concernant l'une des multiples polémiques auxquelles le groupe fait face sur le respect de la vie privée notamment.

Le groupe a fait fi des critiques et confirmé qu'il ne censurera que très exceptionnellement les publicités politiques, même mensongères.

Crédits: AFP

Le réseau social a accepté de payer 550 millions de dollars (presque autant en francs) pour mettre fin à ce litige dans l'Illinois sur des abus dans l'utilisation de la reconnaissance faciale, a indiqué mercredi son directeur financier David Wehner.

"Nous avons décidé de rechercher un accord dans le meilleur intérêt de notre communauté et de nos actionnaires pour évacuer ce problème", ajoute Facebook, cité par l'agence Bloomberg.

Attaques multiples

Attaqué de toutes parts, sur la gestion des données privées de ses membres ou de la parole des responsables politiques par exemple, le géant des réseaux sociaux a cependant vu le nombre d'utilisateurs mensuels actifs sur Facebook augmenter au quatrième trimestre de 8% sur un an pour atteindre 2,5 milliards fin 2019.

Le nombre de membres utilisant au moins une fois par mois le réseau social ou les applications Instagram, WhatsApp et Messenger, a de son côté grimpé de 9%, à 2,89 milliards.

Côté financier, les voyants sont aussi au vert: le groupe a gagné 7,3 milliards de dollars d'octobre à décembre, une somme en hausse de 7% sur un an, et a vu son chiffre d'affaires bondir de 25% à 21,1 milliards de dollars entre octobre et décembre.

Le modèle économique de Facebook reposant sur l'exploitation des données personnelles de ses membres, qu'il collecte et compile pour proposer aux annonceurs de cibler au mieux les consommateurs, cette progression continue est importante.

Cette croissance est toutefois un peu moins importante qu'au cours des précédents trimestres. Et Facebook anticipe pour le premier trimestre un nouveau ralentissement de l'ordre de 1% à 5%.

L'entreprise atteint un certain seuil de maturité ne permettant plus de prolonger indéfiniment la croissance frénétique des dernières années, a souligné le directeur financier David Wehner, lors d'une conférence téléphonique. Elle subit aussi "l'impact grandissant des diverses réglementations sur la vie privée dans le monde" ainsi que "d'autres obstacles au ciblage des publicités".

«En retard en 2016»

Le montant des dépenses du réseau social s'est parallèlement envolé, de 34% à 12,2 milliards de dollars au quatrième trimestre, de 51% à 46,7 milliards de dollars sur l'année, faisant pression sur les marges de l'entreprise.

Facebook a lourdement investi depuis 2018 pour rétablir la confiance, depuis des scandales de fuites de données et de campagnes de désinformation menées sur ses plateformes.

Le nombre de ses employés a encore augmenté, le groupe employant 44'942 personnes fin 2019, soit 26% de plus que l'an passé.

"Le fait que le chiffre d'affaires et le bénéfice par action n'aient dépassé que de peu les prévisions a pu décevoir des investisseurs habitués à des performances plus flamboyantes", avance Colin Sebastian du cabinet Baird.

Pourtant, avec ses derniers chiffres trimestriels, "l'entreprise démontre qu'elle résiste à la critique permanente de ses pratiques tout en continuant à faire croître ses revenus et sa base d'utilisateurs", remarque Debra Aho Williamson, analyste chez eMarketer.

Cette tendance ne faiblira pas en 2020, anticipe le cabinet qui prévoit une nouvelle croissance des dépenses publicitaires de 22% sur Facebook et Instagram.

Le groupe de Menlo Park enchaîne pourtant les controverses, de son projet de monnaie numérique Libra qui a suscité une large hostilité, aux questions de respect de la vie privée en passant par des accusations de pratiques anti-concurrentielles et de désinformation.

Censures politiques

Le groupe a encore, début janvier, fait fi des critiques et confirmé qu'il ne censurera que très exceptionnellement les publicités politiques, même mensongères.

A l'approche de l'élection présidentielle américaine en novembre, M. Zuckerberg a répété mercredi que les entreprises privées ne devaient pas, à ses yeux, décider seules "quels contenus sont nuisibles".

"Nous étions en retard en 2016", a-t-il reconnu. "Mais après avoir travaillé sur la protection d'élections à travers le monde, de l'Union européenne, à l'Inde en passant par le Mexique et les élections législatives de mi-mandat aux Etats-Unis, nous pensons que nos systèmes sont maintenant les plus avancés", a affirmé le milliardaire.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."