Bilan

BNP Paribas joue les start-up

La banque privée veut améliorer l’expérience client. Elle a ouvert des incubateurs pour trouver et lancer des solutions digitales personnalisées.

Ambiance inspirée de la Silicon Valley à la BIG Factory BNP Paribas de Genève.

Crédits: Dr

Des post-it de toutes les couleurs collés au mur, des employés sans cravate, des bouteilles d’eau qui traînent un peu partout: c’est la nouvelle BIG Factory de BNP Paribas Wealth Management qui se base sur le principe des start-up américaines. Son but? Améliorer l’expérience client en lançant des services digitaux personnalisés et repousser les limites des méthodes de travail traditionnelles. 

«Tous nos clients ont des smartphones et des tablettes. Il y a environ dix-huit mois, nous leur avons demandé comment améliorer nos services, explique Jean-Michel Nahra, responsable de la Factory à Genève. Ces derniers ont répondu qu’ils souhaitent surtout gagner du temps, être plus autonomes et plus connectés.» 

BNP Paribas a ainsi lancé dix nouveaux produits, dont certains développés avec des fintechs, pour répondre au mieux aux besoins de ses clients. Toutes ces initiatives sont destinées à être pleinement intégrées dans la vie des clients et leur donnent le pouvoir de gérer la relation bancaire comme ils le souhaitent.

Des «ateliers d’innovation de rupture»

Sur la base du volontariat, des collaborateurs du secteur Wealth Management de BNP Paribas se retrouvent ainsi durant quatre mois dans l’une des trois BIG Factory situées à Genève, au Luxembourg et à Singapour. Auparavant, les employés de la banque privée rencontrent une centaine de clients à travers le monde, souvent des entrepreneurs, qui font part de leurs souhaits en termes de solutions digitales. 

Puis, «ces ateliers d’innovation de rupture» se transforment en accélérateurs de stratégies avec des «pizzas teams» à la Jeff Bezos, fondateur d’Amazon, qui vont brainstormer, utiliser leur créativité, pitcher des projets pour ensuite les développer. Sur la base des méthodes agiles, les groupes pilotent ainsi des projets de A à Z dans des «camps de base». «Il s’agit de courses de fond en mode sprint», commente Jean-Michel Nahra. 

A ce jour, dix prototypes sont encore dans le pipeline et verront le jour cette année. En mars, la première initiative est née: myAdvisory fournit directement au client un ensemble de nouveaux services accessibles via son smartphone, tels que des conseils financiers personnalisés, des articles provenant de plus de 100 sources d’information en adéquation avec le portefeuille du client ou encore des fonctions de trading direct et de discussion avec des spécialistes de l’investissement.

D’autres initiatives devraient aboutir prochainement. Comme MyBioPass, une application biométrique qui permet d’accéder à ses services de banque privée et de valider ses transactions sans identifiant ni mot de passe, mais grâce à la reconnaissance faciale, une empreinte digitale et à la reconnaissance vocale. Ou MySafePlace, un coffre-fort électronique à usage personnel et bancaire. On peut ainsi y stocker des contrats, des assurances, voire son testament, en toute sécurité.

Ou encore Odyssée, une application qui offre au client de rester en contact avec de futurs partenaires de travail ou de les rencontrer lors d’événements privés. Sans oublier NextGenClub, un réseau social pour les enfants des clients de BNP Paribas Wealth Management, qui propose également des conseils pour monter une entreprise ou éventuellement reprendre la boîte familiale. 

Le prochain rendez-vous est prévu fin avril dans les trois Factory de BNP Paribas afin de lancer de nouvelles initiatives. De quoi satisfaire la clientèle connectée?

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."