Bilan

Bitcoin le krach ? Ah non... Ah oui... Ah non...

Journée de folie sur les bourses d’échange de la monnaie virtuelle qui passe de 900 dollars à 500 avant de revenir à 700.
Monnaie virtuelle, le bitcoin a vu son cours faire des montagnes russes aujourd'hui. Le mot "bulle" est sur toutes les lèves.

Si vous n’aimez pas les montagnes russes, ne lisez pas cet article. La monnaie virtuelle bitcoin (btc) vient de connaitre sa journée la plus folle. Après un pic dans la nuit à 900 dollars sur la plateforme japonaise MtGox, elle a plongé ce matin pour descendre jusqu’à  500 avant de remonter à 700 pour repartir vers ? Dieu ou le diable seuls le savent. Le bitcoin a passé la barre des 400 dollars il y a seulement six jours après s’être longtemps traîné vers 100 dollars depuis son krach d’avril dernier (de 260 à 80 dollars). Il s’échange à l’heure ou nous écrivons ces lignes entre 60 et 70 fois plus qu’au premier janvier 2013.

Est-ce le signe d’une nouvelle phase de stabilisation sachant que la plupart des acquéreurs ou des mineurs de bitcoin (la monnaie peut-être créée via des programmes informatiques à condition d’être bon en maths) thésaurisent cette étrange monnaie? Le mot de bulle était sur toutes les lèvres. Comment le bitcoin qui a commencé à kracher ce matin a pu finalement rebondir en fin d’après-midi?

La réponse tient en partie dans la rareté. Je ne sais pas si vous avez essayé mais c’est très difficile d’obtenir ne serait-ce qu’un bitcoin. A dix dollars on se disait que c’est bien compliqué. A 500 et plus, ça devient bien cher et risqué.

Top et flop en fonction des fuseaux horaires

Une chose est sûre. Le bitcoin évolue en fonction des fuseaux horaires. Il tend plutôt à s’apprécier quand la Californie et la Chine sont éveillées et à être corrigé quand c’est l’Europe qui est debout. Une sorte de tour du monde de l’enthousiasme et du scepticisme économique. Sur les forums du  vieux continent les sages rappellent en permanence la bulle de tulipes en oubliant celle d’internet (finalement internet a triomphé non ?). Revient aussi l’avertissement d’Alan Greenspan, alors patron de la banque centrale américaine (Fed), sur l’exubérance irrationnelle des marchés. L’abominable schéma de Ponzi est aussi souvent cité. Sur quoi d’autre reposent le dollar et l’euro, appuyés à des dettes abyssales... 

Que faire ? Il n’y a pas de réponse facile sinon que celui qui ne risque rien n’a rien mais qu’en matière financière le mieux est de ne risquer que ce que l’on peut perdre sans que cela soit essentiel. Le site Business Insider a proposé une comparaison intéressante. A 966 dollars le btc, la valeur des 12 millions de bitcoins en circulation est équivalente à celle de Western Union, la banque qui prospère grâce aux commissions outrecuidantes sur les transferts de fonds. Or le transfert de fond via bitcoin est quasi gratuit.

A un cours de 1918 dollars le btc, tous les bitcoins du monde atteindraient la valeur en bourse de la principale plateforme de paiements sur internet Paypal. Quand les grands sites de e-commerce vont-ils accepter le bitcoin ? A ce point c’est la bonne question mais - « sorry guys » - la réponse est purement spéculative. Elle ne l’est cependant pas moins que de savoir pourquoi dans une économie qui patine les bourses sont au plus haut historique ? La petite bulle du bitcoin en cache une autre beaucoup plus grosse…

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."