Bilan

Astrocast lance la première constellation de satellites suisses

Deux fois par semaine Bilan vous propose le portrait d’une start-up suisse pour investir issues de sa sélection 2018. Aujourd’hui, Astrocast et sa constellation de 80 nano-satellites pour étendre l’internet des objets aux zones non couvertes par les réseaux terrestres.
  • Mi-novembre, une fusée Falcon 9 de Space X est prévue décoller de la base Vandenberg  de l’Air Force pour placer 71 mini-satellites en orbite dont le premier du spin-off de l’EPFL : Astrocast.

    Crédits: DR
  • Fondée fin 2014 par par Fabien Jordan, Federico Belloni, Julian Harris, Bertil Chapuis, Nicholas Petrig et Jean-Michel Jordan, Astrocast emploie plus de 35 personnes.

    Crédits: DR

Pour la sixième année consécutive Bilan a dévoilé sa sélection de 50 start-up suisses pour investir ou s’inspirer. Avec 141 start-up présélectionnées par la rédaction de Bilan et nos partenaires (BioAlps, CleantechAlps, AlpICT, la FONGIT et CIMARKInnoSuisse, InnoVaud, MassChallenge, Neode, Kickstart Accelerator ainsi que Startupticker), le cru 2018 aboutit à un renouvellement à 98% des jeunes pousses choisies par le jury (voir sa composition ci-dessous). Place donc à la découverte et à la qualité.

Astrocast

Montant recherché: 15 millions de francs

En s’inspirant du savoir-faire du nano-satellite SwissCube développé au Centre spatial suisse de l’EPFL, Astrocast va déployer une constellation de 80 nano-satellites répartis sur 8 orbites polaires basses pour connecter les 90% de la surface terrestre qui ne seront pas couverts par les nouveaux réseaux de télécommunications terrestres dédiés à l’Internet des objets comme LoRa et SigFox (voir la vidéo explicative ici).

Cet ambitieux projet vise à faire d’Astrocast un opérateur télécoms spécialisé. Il mise sur sa compétitivité avec un système dont le coût total en capital avoisinera les 50 millions de francs loin des milliards nécessaires aux constellations de satellites classiques comme Iridium ou Globalstar. L’entreprise a signé trois partenariats avec des ténors de l’industrie :  Thuraya, l’Agence Spatiale Européenne et Airbus dont le fonds de capital-risque a participé à une première levée de fonds de 4 millions.

Le premier tir sur une fusée Falcon 9 de Space X est prévu pour la mi-novembre via l’intégrateur SpaceFlight. La mise en orbite d’un deuxième satellite de démonstration sur une fusée indienne PSLV est prévue pour la fin décembre via SpaceFlight également. Astrocast a aussi signé les deux lancements suivants en 2019, à savoir: 10 satellites sur PSLV au troisième trimestre 2019 pour son premier plan orbital qui marquera le début de ses activités commerciales puis 10 autres satellites sur la fusée VEGA via l’intégrateur italien D-Orbit.

Contact: Fabien Jordan, fjordan@astrocast.net

Aude Pugin et Jean-Christophe Zufferey recommandent cette start-up

Le jury des 50 start-up

Composé de Patrick Aebischer (Président émérite de l’EPFL) et de  Jurgi Camblong (CEO de Sophia Genetics) pour la catégorie sciences de la vie, de Raphaël Domjan (Fondateur de Solarstratos) et de François Randin (CEO de GreenMotion)pour les cleantechs , d’Olivier Brourhant (CEO d’Amaris) et de Laurent Sciboz  (Directeur de l’Institut Icare) pour l’informatique B2B , d’Abir Oreibi (présidente de Lift) et de Jari Ovaskainen  (fondateur de Preon Capital) pour le web et le mobile, de Veronica Lange  (CTO Global, UBS) et de Sean Park (fondateur d’Anthemis Group) pour les fintechs, d’Aude Pugin (CEO d’APCO Tech) et de Jean-Christophe Zufferey (fondateur de SenseFly) pour l’ingénierie, notre jury dévoile aussi ses coups de cœur.

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."