Bilan

ArtTech fait converger technologies et cultures

Lors d’un forum à l’EPFL, la fondation ArtTech a inauguré ses activités par des présentations époustouflantes du potentiel de la convergence entre nouvelles technologies et arts. Y compris pour une nouvelle vague de start-up.
  • La start-up britannique Smartify a développé le shazam de l’art. Son application reconnait tableaux et sculptures dans les musées et les galeries pour les enrichir d’informations.

    Crédits: DR
  • Vainqueur de la compétition de start-up, Gwendoline Knybühler de Smartify a reçu le prix du premier forum ArtTech à l’issue du vote du public.

  • Spin-off de l’EPFL, Rayform a developpé une technologie de redirection du verre qui permet de projeter une image à travers un verre translucide.

  • Le studio lyonnais Theoriz déploie des technologies de réalité mixte pour créer un nouveau type de spectacle immersif. 

  • La start-up britannique Voclea a développé un nouveau micro et des logiciels qui transforment une musique chantonné par l’utilisateur comme si elle était interprétée par un instrument. 

  • L’entreprise franco-allemande Panthea a créé des lunettes de réalité augmentée qui sous-titre en direct une pièce de théatre dans la langue des spectateurs étrangers. 

  • A Zurich Nicolas Kunz, Romana Müller et Stephane Müller ont développé l’application Iazzu qui permet d’augmenter l’image de son intérieur avec l’image d’une œuvre d’art pour en apprécier le rendu. 

  • Classeek est un service en ligne qui permet de découvrir et de réserver des musiciens.

  • Les genevois d’Apelab démocratisent les outils de la réalité virtuelle et augmentée pour les créateurs d’histoires interactives.

    Crédits: François Wavre

Des drones pour cartographier des sites archéologiques menacés de destruction par les guerres comme à Palmyre. Des caméras 3D pour saisir les mouvements des derniers grands maitres du kungfu. De l’ADN pour conserver pour l’éternité les enregistrements numériques des concerts du Montreux Jazz Festival… Telles étaient parmi d’autres les thèmes de quelques-unes des présentations extraordinaires de technologies appliquées au monde de l’art et de la culture auxquelles ont pu assister une centaine de privilégiés lors du premier forum ArtTech qui s’est tenu il y a quelques jours au Rolex Learning Center de l’EPFL.

Lire aussi: L'ArtLab de l'EPFL présente !Mediengruppe Bitnik

Lancée par des personnalités de Crans-Montana comme le neuroscientifique Pierre Magistretti et son frère Philippe, qui dirige les remontées mécaniques de la station, ainsi que par le président émérite de l’EPFL Patrick Aebischer, la fondation ArtTech a pour ambition de faciliter les collaborations entre technologies et culture. Elle creuse ainsi le sillon ouvert par le campus Lausannois avec la création du Collège des Humanités Digitales et son projet de Venise Time Machine puis avec celle de l’ArtLab. La vision de Patrick Aebischer dans ce domaine est qu’après le commerce et peut-être aujourd’hui la santé dominée par les géants du big data américains et chinois, la culture est encore une base pour le développement de technologies et d’entreprises européennes. Ce qui n’empêche pas les collaborations internationales.

Les archives digitalisées du Montreux Jazz Festival

Convaincus que les nouvelles technologies sont de nature à contribuer aussi bien à la préservation et à la valorisation du patrimoine culturel qu’à la création artistique, les initiateurs de la fondation ArtTech sont ainsi à l’origine d’une collaboration entre la société de biologie de synthèse Twist Biosciences, Microsoft, l’Université de Washington, l’EPFL et la fondation Claude Nobs. Comme preuve de concept, deux morceaux (Smoke on the water de Deep Purple et Tutu de Miles Davis) issus des archives digitalisées du Montreux Jazz ont ainsi été encodées sous forme d’ADN synthétisé par Twist.

Lire aussi: Quand la danse fait appel à la réalité virtuelle

Les séquences ACGT répliquent ainsi les séries numériques de 0 et de 1. L’avantage est que comme en témoigne l’ADN retrouvé dans des fossiles, l’information peut ainsi être stockée à très long terme avec très peu d’énergie et sur très peu d’espace. Dans le portrait que nous consacrons à Patrick Aebischer dans notre édition actuellement en kiosque, la CEO de Twist, Emily Leproust évoque «tout l’ADN dans une boite à chaussure». Un séquenceur d’ADN comme en utilise les labos de génomique décode ensuite l’information pour diffuser la musique sans la moindre perte. Cette première va permettre désormais de stocker sur de l’ADN une partie des archives «Memory of the World» de l’UNESCO.

Prochain forum en 2018

Après sélection par un jury comprenant des personnalités comme Peter Brabeck ou bien encore le directeur de Swissnex Christian Simm, huit start-up développant des technologies pour la culture se sont aussi présentées au public (voir la galerie ci-dessus). Et, ce dernier a choisi Smartify pour emporter le premier prix ArtTech. Actives aussi bien dans la musique que le spectacle vivant ou la réalité virtuelle, ces jeunes pousses suisses et internationales démontrent le potentiel de la culture comme champ d’application de l’innovation. La fondation ArtTech prévoit un prochain forum en 2018 pour présenter d’autres travaux spectaculaires dans ce secteur émergent et particulièrement propice pour la Suisse et l’Europe compte tenu de la profondeur et de la richesse de notre patrimoine culturel.

Lire aussi: Tombooks signe un partenariat avec Deutsche Grammophon

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."