Bilan

Après Pokemon Go, Niantic veut envahir nos rues avec Harry Potter

Niantic, le concepteur de Pokemon Go, vient de lever 200 millions auprès de plusieurs investisseurs. Projet phare: le lancement en 2018 d’un nouveau jeu en réalité augmentée autour de Harry Potter.

Avec «Harry Potter: wizards unite», Niantic espère renouveler le succès planétaire de Pokemon Go

Crédits: Warner Bros

Après l’engouement planétaire début 2016 pour Pokemon go, l’éditeur Niantic espère faire basculer le monde dans une chasse d’un nouveau genre, toujours avec pour seule arme un smartphone. Exit les petits monstres colorés, Niantic promet cette fois-ci une immersion dans l’univers ésotérique du plus célèbre des sorciers, via le projet «Harry Potter: wizards unite». Au programme pour 2018 donc, comme expliqué sur le site du concepteur, «apprendre à jeter des sorts, trouver et combattre des bêtes légendaire, et constituer des équipes pour terrasser de puissants ennemis.

Lire aussi: Le phénomène Pokémon Go ressuscite Nintendo

La base technologique de Pokemon Go, association de la réalité augmentée avec la géolocalisation, sera conservée. En revanche l’éditeur dispose de moyens plus conséquents pour mener à bout l’initiative. D’une part, Niantic co-développera le jeu avec Warner Bros Interactive. D’autre part, la société vient de lever 200 millions de dollars, selon le Wall Street Journal, lors d’un tour de table mené par Spark Capital et incluant notamment Meritech et Founders Fund. De plus, Niantic s’est également porté acquéreur au printemps 2017 d’Evertoon, une app qui permet de personnaliser son avatar et ainsi optimiser l’expérience utilisateur.

Un succès économique, mais des accidents coûteux

Avec Harry Potter, Niantic fait son retour en s’appropriant une icône de la génération 12-35, cœur de cible des app de jeux, avec pour objectif de rééditer le coup de 2016, quand Pokemon Go avait fait exploser les statistiques du gaming sur mobile: plus de 650 millions de téléchargements, le milliard de dollars de revenus atteint au bout de seulement sept mois, plus rapide que Candy Crush Saga et Puzzles & Dragons. Le 21 juillet 2016, pic de la folie Pokemon Go, 45 millions d’êtres humains ont chassé le Pokemon dans le monde.

Reste la face accidentogène de l’immersion ludique dans la réalité augmentée sur la place publique, évoquée à plusieurs reprises l’an passé. Mara Faccio et John McConnell, deux économistes de l'Université de Purdue située à West Lafayette dans l'Indiana, ont publié une étude sur 148 jours dans l’Etat, qui montre qu’aux abords des pokéstops, 134 accidents de la route ayant occasionnés deux morts et 31 blessés peuvent être imputés au jeu. Les deux chercheurs par extrapolation estiment le coût de Pokemon Go pour la société entre 2 et 7,3 milliards sur le seul territoire américain. 

Lire aussi: Le Romand qui concurrence Pokémon Go

Joan Plancade
Joan Plancade

JOURNALISTE

Lui écrire

Diplômé du master en management de l’Ecole supérieure de Commerce de Nantes, Joan a exercé pendant sept ans dans le domaine du recrutement, auprès de plusieurs agences de placement en France et En Suisse romande. Aujourd’hui journaliste indépendant, Il travaille en particulier sur des sujets liés à l’entreprise, l’innovation et l’actualité économique.

Du même auteur:

Les sociétés de conseil rivalisent avec l’IMD
Comment la sécurité se déploie aux frontières entre la France et la Suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."