Bilan

Après la France, Medialab Session veut bousculer les médias romands

48 heures pour créer un nouveau média: c’est ce que propose l’association Medialab Session aux journalistes, technologistes et entrepreneurs en mal d’innovation. Cet incubateur de projets médiatiques posera ses valises à Lausanne pour un évènement le 15 avril.
Crédits: Sylvia Fredriksson

Le 11 mars, dans une salle un peu morne du Centre de Formation au Journalisme et aux Médias à Lausanne, Yann Heurtaux détonne avec son ordinateur tapissé de stickers colorés. Devant les étudiants peu nombreux mais prêts à boire ses paroles, le consultant en dynamiques communautaires prêche avec entrain pour l’association de jeunes entrepreneurs qu’il a rejointe à l’été 2013 et qu’il souhaite aujourd’hui faire connaitre en Suisse: Medialab Session, ou comment repenser l’innovation dans l’industrie des médias. 

Un week-end dédié aux idées

Dans son format «Playground», une Medialab Session dure 48 heures. Y participent en vrac, journalistes, développeurs, designers et entrepreneurs dans le domaine des médias. Ils ne se connaissent pas; mais lorsque la session démarre, chacun doit imaginer un projet média innovant, et le pitcher en quelques formules éloquentes pour convaincre d’autres collègues de former un groupe de travail.

A chaque équipe ensuite d’utiliser son temps à bon escient pour donner forme à son média et déjà, pourquoi pas, avancer dans sa réalisation. Des mentors veillent à ce que les groupes ne tournent pas en rond. A Paris en mars 2013, pour la première édition, ils étaient environ 70 à se triturer les neurones. A la clé, sept projets dont «Chambre froide», mini-site d'analyse des tweets parlementaires, ou encore «Bloggers without borders», agence de presse multimédia coopérative.

«Culture start-up»

Un jury examine les projets. Mais la session a surtout une finalité: mettre son cerveau en ébullition, et s’amuser. «C’est un terrain de jeu», précise Yann Heurtaux. Romain Saillet, fondateur français de Medialab Session, va même plus loin: «il faut que ce soit un moment perturbant, inspirant. Le résultat n’a finalement pas d’importance».

L’intérêt est avant tout d’inculquer aux professionnels des médias une «culture numérique» leur permettant de voir plus loin que les business models actuel. «C’est un moyen ludique de faire entrer la culture start-up au sein des médias, qui manquent souvent d’agilité et de flexibilité dans leur structure juridique et financière», précise Romain Saillet.

Premiers pas à Lausanne

Après Paris, Bruxelles, Nantes, Montpellier et même Londres - où le concept s’est exporté par l’intermédiaire d’une «UK Connector», Neila Romdane - c’est à Lausanne que les deux amis veulent développer une communauté Medialab Session. Ici pas de marathon intellectuel sur deux jours, mais un format «Stage», plus light, pour tâter le terrain.

Au programme le 15 avril, à l’espace de co-working G-60: deux courtes présentations de projets locaux, et une scène ouverte à quiconque voudrait parler de son idée. Le tout devant une chope, pour«réunir les gens sans pression». Et initier une dynamique autour de l’innovation média en Suisse romande: «dans ce pays petit, on rencontre vite tous les acteurs d’un secteur, ajoute Eric Butticaz, co-organisateur de l’évènement. Cette communauté potentielle est un agrégateur de connaissances très puissant.»

Si l’accueil à Lausanne est positif - Yann Heurtaux exhorte d’ailleurs les étudiants du CFJM à participer - une Medialab Session «Playground» devrait être organisée à l’automne.

 

Rens.: www.medialabsession.org

 

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."