Bilan

Amazon envisagerait de construire des magasins d'alimentation

Et si les achats via Amazon pouvaient être réalisés ou retirés dans des magasins réels et non en ligne et par les livraisons? C'est l'hypothèse qui prend forme avec l'achat d'une surface commerciale importante en Californie par la plateforme d'e-commerce.
  • Selon plusieurs sources liées au dossier, cette surface commerciale en projet à Sunnyvale pourrait être liée à Amazon qui ouvrirait ainsi son premier supermarché.

    Crédits: Image: Oppidan
  • Selon l'hypothèse la plus probable, le site serait dévolu principalement aux produits alimentaires et pourrait venir compléter l'offre Amazon dans ce domaine explorée avec AmazonFresh.

    Crédits: Image: DR

Faire ses courses sur Amazon est simple: se connecter à la plateforme, choisir son article, régler la note, et attendre la livraison. Une expérience devenue commune pour des dizaines de millions d'utilisateurs depuis des années. Mais une expérience qui pourrait changer prochainement. Après avoir envisagé le recours aux drones dans un avenir proche, et testé la livraison par coursier à vélo à New York, la firme de Jeff Bezos pourrait se lancer dans une nouvelle aventure. Mais en reprenant les codes du commerce traditionnel: ouvrir un point de vente physique, sous la forme d'un supermarché où les clients pourraient retirer leurs achats.

L'information vient du Silicon Valley Business Journal qui avance que le géant du commerce en ligne aurait engagé un projet de surface commerciale de près de 1100m2 à Sunnyvale, l'une des principales localités de la Silicon Valley. Pour la plateforme d'e-commerce, ce serait une première à destination du grand public, même si des points de vente ou de retrait des commandes ont déjà été ouverts voici quelques mois à destination d'étudiants sur des campus (comme à la Purdue University dans l'Indiana). L'ouverture d'une boutique en plein coeur de Manhattan à New York avait également été envisagée fin 2014, mais le projet n'a pas encore été réalisé à ce jour.

Silence d'Amazon et des architectes

En Californie, la firme de Jeff Bezos n'a pas répondu aux sollicitations des reporters du Silicon Valley Business Journal. Ceux-ci ont donc enquêté pour savoir quelle était la destination du projet situé au 777 Sunnyvale Saratoga Road. Pas davantage de communication du côté du cabinet d'architectes ayant travaillé sur le sujet, Oppidan Investment co., spécialiste des surfaces commerciales et malls. Les autorités locales se sont bornées quant à elles à répondre qu'elles ne pouvaient confirmer l'identité de l'entreprise derrière le projet. Le journaliste en charge de l'immobilier au sein du journal, Nathan Donato-Weinstein, a fait jouer ses réseaux et obtenu des indiscrétions sur lesquelles il se montre sûr de lui: le projet est bien porté par Amazon pour un magasin ou un centre de retrait des achats en ligne.

Et il semblerait que ce point de vente s'oriente vers des achats alimentaires. Un concept qui serait alors expérimentà à Sunnyvale avant d'être potentiellement répliqué rapidement sur d'autres sites en Californie, voire à plus large échelle. Amazon complèterait ainsi son offre dans le domaine alimentaire, un secteur déjà exploré avec AmazonFresh, qui permet aux particuliers de se faire livrer à domicile des produits d'épicerie mais aussi des plats issus de restaurants situés à proximité. En ouvrant son propre point de vente physique, Amazon s'attaquerait aux commerces pour lesquels le site était jusqu'à présent un partenaire capable d'élargir la clientèle par ses livraisons.

Epicerie et autres produits

Cette hypothèse est étayée par des documents que Nathan Donato-Weinstein a pu consulter dans le dossier transmis par Oppidan aux autorités de Sunnyvale et qui décrivent le projet: «Une expérience mixte de shopping, qui s'appuie à la fois sur une plateforme d'achat en ligne et sur un passage traditionnel dans un magasin physique». Une description précisée par la mention d'achats «d'épicerie mais également d'autres produits». Le document décrit même la procédure: le client, après avoir validé son achat en ligne, choisirait une «fenêtre de tir de 15mn à deux heures pour venir récupérer leur commande».

Il ne s'agirait donc a priori pas d'un supermarché traditionnel où les clients pourraient flâner et faire leur shopping: le plan ne prévoit d'emplacements de stationnement que pour huit véhicules. Soit juste le temps de retirer des achats commandés à l'avance et de les charger dans sa voiture. Le document prévoit également des accès et aménagements pour les clients qui viendraient à pied ou en vélo.

Approuvé début juillet par les autorités locales, le projet devrait sortir de terre au cours des mois à venir. Et dévoiler ainsi le nom du commanditaire, confirmant ou infirmant la nouvelle orientation d'Amazon. La localisation pourrait cependant se révéler judicieuse: le géant du e-commerce, basé aujourd'hui à Seattle, dispose d'un important centre de R&D à Sunnyvale.

«»

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."