Bilan

A San Francisco, la Suisse fait ses jeux

Pro Helvetia emmène en Californie les perles du gaming helvétique. Un domaine méconnu d'excellence helvétique.
  • Avec le jeu Drei, le studio Etter fait une démonstration des compétences helvétiques dans le gaming.

  • IDNA, le jeu du studio genevois apelab.

Vous ne connaissez pas «Drei», le petit jeu de dextérité tout chou? Ni «IDNA», l'histoire animée qui se déplace quand vous bougez? Non, vraiment? Tous les deux sont suisses (zurichois pour le premier, genevois pour le second), tous les deux cartonnent dans cette catégorie du gaming que l'on appelle design interactif et tous les deux vont créer l'événement à la Game Developers Conference de San Francisco le 17 mars. La GDC, autant dire la Chapelle Sixtine de tous les développeurs, là où se réunissent les principaux acteurs de l'industrie numérique des loisirs. Et là où il faut se faire connaître. Absolument.

Ces studios helvétiques qui cartonnent, c'est Pro Helvetia qui va les emmener dans ses bagages outre-Atlantique. Dans le cadre de son programme «Mobile. In Touch with Digital Creation» et avec le soutien du cluster Alp-ICT, de la Swiss Game Developers Association (SGDA) et de swissnex San Francisco, la Fondation suisse pour la culture présentera et encouragera du même coup ces nouveaux talents à l’occasion de la GDC. «Les plateformes mobiles ont ouvert un nouveau marché de consommation et de création qui a l'avantage de permettre le développement de productions multimédia avec des budgets limités. Et dans ce domaine, les Suisses se défendent extrêmement bien», explique Sylvain Gardel, responsable des programmes d’impulsion à Pro Helvetia. «La meilleure preuve, ce sont toutes ces nominations de studios de notre pays à ce genre de manifestation de portée internationale.» Car la Suisse ne voyage pas seulement pour montrer son savoir-faire. Elle va aussi en Californie pour décrocher des prix. «Apelab dont on a pas mal parlé du projet «IDNA» vient tout juste de recevoir un Award Best in Play,  un prix remis à huit jeux sélectionnés avant la conférence. Et «Drei», du studio Etter, est finaliste dans la catégorie Excellence in Visual Art au 16e festival des jeux vidéo indépendants.»

C'est la troisième fois de suite qu'une équipe suisse arrive à ce niveau de la compétition. Mais qu'est-ce qui explique un tel succès dans un pays où la production multimédia, qui reste encore relativement discrète, fait surtout le buzz dans les médias spécialisés (Wired, Creative Applications)? «Les écoles jouent bien entendu un rôle capital. Depuis quelques années, elles ont fortement développé l'enseignement de l'Interactive Design. Ces efforts liés à la participation à de grandes compétitions incitent à une amélioration de la qualité année après année», poursuit Sylvain Gardel. «On constate d'ailleurs que ces derniers temps la Suisse romande tire son épingle du jeu. Trois des sept projets, soutenus dans le cadre de notre dernier appel à projets viennent de Romandie. C'est  plus que lors des éditions précédentes.» Le financement de ce domaine reste toutefois complexe. Apelab lancera samedi 8 mars 2014 une campagne sur le site kickstarter.com afin d’assurer la production de sa série de narration spatiale «IDNA».

 

 

Emmanuel Grandjean

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Technosophie
4 créatrices qui habillent les garçons

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."