Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

«Pour être gagnante, une start-up suisse doit être internationale»

Sean Park: «Les modèles commerciaux et les approches qui ont réussi historiquement sont voués à l’obsolescence.»
1 / 3

Anthemis s’est récemment associée au groupe d’assurances Bâloise pour investir jusqu’à 50 millions de francs. Quelle est la raison de cet accord? - -

Vous avez levé 285 millions de francs pour investir dans les fintechs l’année dernière. Comment avez-vous l’intention de déployer ces capitaux? - -

Plus généralement, observez-vous plus d’implication des grandes entreprises dans les fintechs? - -

Est-ce que le rachat des fintechs par ces grandes entreprises est l’issue normale ou croyez-vous que de nouveaux géants des services financiers puissent émerger à partir de ces start-up? - -

Quelles sont les évolutions les plus frappantes que vous ayez observées depuis la création d’Anthemis en 2010? - -

Comment voyez-vous l’évolution du paysage des investissements pour les fintechs en Suisse? - -