Bilan

50 start-up de Bilan : Unibuddy, Minebox, MachIQ

Chaque semaine Bilan vous propose trois start-up pour investir ou s’inspirer issues de sa sélection 2017.
  • Les trois co-fondateurs d’Unibuddy, Maxence Dussart (de g. à d.), Diego Fanara et Kimeshan Naidoo facilitent l’orientation et le recrutement des étudiants. 

    Crédits: DR
  • Le stockage coopératif sur la base d’une blockchain de Minebox a été retenu par Hewlett Packard pour sa conférence mondiale Discover. 

    Crédits: DR
  • Avec sa solution d’Industie 4.0, MachIQ a fait partie des six premières sociétés primées par l’accélérateur MassChallenge Switzerland. 

    Crédits: DR

Pour la cinquième année consécutive Bilan a dévoilé au printemps dernier dans son édition papier sa sélection des 50 start-up suisses dans lesquelles investir. Avec 156 start-up candidates présélectionnées par la rédaction de Bilan et nos partenaires ( BioAlps, CleantechAlps, AlpICT, CIMARK , Lift, Fintech Fusion, Innovaud, MassChallenge, KickstartAccelarator, la CTI et Startupticker)  contre 131 l’an dernier (et 78 il y a 5 ans), cette croissance reflète le dynamisme entrepreneurial de la Suisse.

Face à cet afflux d’opportunités d’investissement, il a fallu aussi spécialisé et renforcé notre jury. Il comprend désormais: Patrick Aebischer (Président émérite de l’EPFL) et Frédéric Paulsen  (Président de Ferring) pour les sciences de la vie, Raphaël Domjan (Fondateur de Solarstratos) et François Randin (CEO de GreenMotion) pour les cleantechs, Sigurd Solheim (co-Fondateur d’ EOC Partners) et Carlos Moreira (CEO de Wisekey) pour les technologies de l’information, Abir Oreibi (présidente de Lift) et Dominik Grolimund (Fondateur de Wuala et Refind) pour le web, Veronica Lange (CTO Global, UBS) et Sean Park (fondateur d’Anthemis Group) pour les fintechs et Guy Sémon (CEO de Tag Heuer) et Olivier Brourhant (CEO d’Amaris) pour l’ingénierie. Bonne découverte.

Unibuddy

Montant recherché : 500 000 francs

Unibuddy est la réponse d’entrepreneurs tout juste sortis de leurs études à un problème qui hante de nombreux étudiants: leur orientation. A l’origine, Diego Fanara se destinait à la finance. Mais une conversation avec son mentor Daniel Borel va le faire changer d’avis pour se lancer dans l’entreprenariat. Avec  Maxence Dussart et David Hodara, il développe une plateforme qui met en relation les candidats à une université avec des étudiants déjà sur place. Après avoir recruté des étudiants dans 50 universités, ce réseau social est devenu plus un logiciel en tant que service (SaaS) pour les universités elles-mêmes afin de communiquer sur leurs programmes et de recruter leurs candidats. Sur dix universités contactées depuis décembre dernier sept – comme l’Ecole Hôtelière de Lausanne - ont déjà signé.

Démo

Contact : Diego Fanara, diego@unibuddy.co

 

Minebox

Montant recherché : 600 000 francs

Minebox est un périphérique de stockage de données relié à un nuage informatique pair-à-pair encrypté. L’espace resté libre chez les utilisateurs peut ainsi être loué à d’autres. Dis autrement c’est l’équivalent d’un Dropbox sur un disque dur externe dont les capacités libres sont échangeables via la technologie blockchain. L’idée de ses fondateurs est d’éviter ainsi la surveillance de masse et d’optimiser l’usage de la mémoire informatique pour devenir à terme une place de marché du stockage de données.

Démo

Contact: Vlado Petrushev, vlado@minebox.io

MachIQ

Montant recherché : 750 000 francs

La valeur des pièces détachées qui dorment oubliées dans les stocks des entreprises est estimée à 1000 milliards dans le monde. Les sociétés manufacturières sont forcées de les avoir à disposition parce qu’en cas de panne les coûts peuvent monter à 1,2 millions d’euros de l’heure pour l’arrêt d’une ligne de production dans l’automobile. Mais quand ces machines sont remplacées, ces pièces deviennent aussi obsolètes. Pas pour tout le monde. MachIQ allie le « machine learning » pour identifier facilement ces pièces et place de marché en mode SaaS pour les mettre à disposition des producteurs qui en ont encore besoin, par exemple en Asie. Orientée sur l'industrie 4.0 avec sa plate-forme neutre et cyber-sécurisée pour la gestion des actifs industriels, MachIQ offre aux fabricants de machines une gamme complète de services après-vente, comprenant d’un côté le e-commerce de pièces de rechange, le support technique, les services sur le terrain, le remote monitoring et les alertes de maintenance prédictive à leurs clients.

De l'autre côté de la plate-forme, MachIQ offre une solution complète de gestion d'actifs industriels aux usines, ce qui leur permet non seulement de gérer et de maintenir leur équipement de production, mais aussi de collaborer facilement avec leurs fournisseurs pour acheter des pièces de rechange et des services. En tant que plate-forme neutre, MachIQ s'intègre avec d'autres applications IoT que de nombreux constructeurs de machines construisent pour aider les gestionnaires de maintenance à comprendre ce qui se passe dans les usines, sans avoir à investir dans l'intégration de toutes ces solutions par elles-mêmes. Avec une liste croissante de grands clients, dont Siemens et GEA, MachIQ lève des fonds pour développer ses activités commerciales et d'ingénieries.

Contact: :  Roy Chikballapur, roy@machiq.com

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."