Bilan

50 start-up de Bilan: Pristem, Goodwall, Orbiwise

Chaque semaine, Bilan vous propose trois start-up pour investir ou s’inspirer issues de sa sélection 2016.
  • Klaus Schönenberger (à g.) et Bertrand Klaiber ont développé un appareil de radiographie bon marché,  robuste et simple d’entretien adapté aux pays en voie de développement.

  • Le réseau social genevois permet aux gymnasiens de collaborer pour toutes sortes de projets qui augmentent leurs chances d’entrer dans les meilleures universités.

  • Avec l’explosion attendue de l’internet des objet, Orbiwise a développé une solution pour gérer les réseaux à faible coût de type LoRa. 

Pour la quatrième année consécutive, Bilan a dévoilé le 3 février dernier sa sélection de 50 start-up suisses pour investir ou s’inspirer. Avec 131 start-up présélectionnées par la rédaction de Bilan et nos partenaires (Venturelab/Venture Kick, BioAlps, CleantechAlps, AlpICT, la FONGIT et CIMARK)  contre 97 l’an dernier, le jury d’entrepreneurs et de managers réunis par Bilan a eu une tâche difficile pour parvenir à une sélection 2016 particulièrement relevée.

Composé de Jacques Essinger (CEO de Symetis) et de Laurent Farinelli (CEO de Fasteris) pour leurs expériences dans les sciences de la vie, de Veronica Lange (Head of innovation, global CTO d’UBS) et de Pascal Allot (Regional manager d’IBM) pour les technologies de l’information, d’Abir Oreibi (présidente de LiftConference) et de Dominik Grolimund (CEO de Refind) pour le Web et le mobile, de Raphaël Domjan (écoaventurier) et de Pierre-Alain Graf (ex-CEO de Swissgrid) pour les cleantechs et de Jean-Luc Favre (CEO d’ABB Secheron) et de Fabrice Delaye (journaliste à Bilan) pour l’électronique et la robotique nos jurés dévoilent aussi leurs coups de cœur.

 

Pristem

Montant recherché: 13  millions de francs

Deux tiers de l’humanité n’ont pas accès à une procédure aussi basique pour le diagnostic que la radiologie. Les appareils donnés par les pays du Nord n’étant pas adaptés à ceux du Sud, ils sont systématiquement en panne. Pristem a développé un appareil à rayons X robuste et bon marché. Sa technologie divise par dix les coûts d’acquisition et de maintenance d’un tel dispositif.

L’entreprise, qui a déjà remporté plusieurs distinctions, s’est associé à deux partenaires industriels pour la fabrication de l’appareil.  Ses partenaires de recherche ont obtenu un financement d’un million et demi de francs pour continuer à développer une technologie de radiologie digitale adaptée aux contextes les plus difficiles. Son CEO est invité par le gouvernement américain au Global Entrepreneurship Summit en Californie. Pristem lève des fonds sur cinq ans. Elle vise la profitabilité pour être durable, mais aussi son impact social avec un objectif de 6000 systèmes installés après sept ans et 50 millions de patients diagnostiqués.

Contact: Bertrand Klaiber, bkl@pristem.com

 

Goodwall

Montant recherché: 5  millions de francs

Affichant plus de 550 000 utilisateurs, le réseau social genevois Goodwall, destiné à s’orienter pour ses études, vient d’achever une levée de fonds et en prépare une autre pour fin 2016. Ses services d’abonnement aux universités et écoles (30 000) pour attirer les étudiants, son offre freemium pour les parents (afin de choisir des activités qui aideront leurs enfants à être sélectionnés) ainsi que pour les fournisseurs de services aux universités génèrent des revenus.

Goodwall est présente sur IOS et Androïd et va annoncer un partenariat stratégique important. Comme tous les réseaux sociaux sur un marché global, la start-up a besoin d’investir en marketing pour consolider son leadership.

Contact: Taha Bawa, taha@goodwall.org

  

OrbiWise

Montant recherché: 3  millions de francs

Les plus de 20 milliards d’objets prévus être connectés par l’internet des objets à l’horizon 2020 ont besoin d’une infrastructure réseau dédiée et moins chère que la 3G ou la 4G. OrbiWise a développé des logiciels pour opérer ces technologies qui s’imposent actuellement à cause de leurs faibles coûts d’infrastructures, en particulier LoRa.

En réduisant les coûts d’opération de ces réseaux, la start-up a déjà trouvé la clientèle de de Genève, du principal opérateur d’aéroports en France ainsi que d’une grande université en Irlande. Sa solution a aussi été sélectionnée par le groupe Tata pour le déploiement d’un réseau LoRa couvrant 400 millions d’habitants en Inde dans sa première phase. 

Contact: didier.helal@orbiwise.com

Veronica Lange recommande cette start-up

 

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."