Bilan

50 start-up de Bilan : EBA-Med

Deux fois par semaine Bilan vous propose le portrait d’une start-up pour investir ou s’inspirer issues de sa sélection 2018. Aujourd’hui EBA-Med et les nouvelles radiothérapies.
  • Grâce à un faisceau de particules guidé à l'intérieur d'une IRM, la protonthérapie permet d'éliminer des tissus malades avec une précision à la cellule près. 

    Crédits: DR
  • Adriano Garonna, physicien au CERN et Giovanni Leo, co-fondateur d’Endosense ont créé une application cardio-vasculaire à la protonthérapie pour réparer le coeur en mouvement. 

    Crédits: DR

Pour la sixième année consécutive Bilan a dévoilé le 1er mars dernier sa sélection de 50 start-up suisses pour investir ou s’inspirer. Avec 141 start-up présélectionnées par la rédaction de Bilan et nos partenaires ( BioAlps, CleantechAlps, AlpICT, la FONGIT et CIMARK,  InnoSuisse, InnoVaud, MassChallenge, Neode, Kickstart Accelerator ainsi que Startupticker),  le cru 2018 aboutit à un renouvellement à 98% des jeunes pousses choisies. Place donc à la découverte et à la qualité.

Composé de Patrick Aebischer (Président émérite de l’EPFL) et de  Jurgi Camblong (CEO de Sophia Genetics) pour la catégorie sciences de la vie, de Raphaël Domjan (Fondateur de Solarstratos) et de François Randin (CEO de GreenMotion)pour les cleantechs , d’Olivier Brourhant (CEO d’Amaris) et de Laurent Sciboz  (Directeur de l’Institut Icare) pour l’informatique B2B , d’Abir Oreibi (présidente de Lift) et de Jari Ovaskainen  (fondateur de Preon Capital) pour le web et le mobile, de Veronica Lange  (CTO Global, UBS) et de Sean Park (fondateur d’Anthemis Group) pour les fintechs, d’Aude Pugin (CEO d’APCO Tech) et de Jean-Christophe Zufferey (fondateur de SenseFly) pour l’ingénierie, notre jury dévoile aussi ses coups de cœur.

EBA-Med

Montant recherché : 1 million de francs

La radiothérapie classique utilise des faisceaux d’électrons ou de photons pour irradier plus ou moins en profondeur des tissus que l’on cherche à détruire comme les cancers. Malgré leurs progrès ces radiothérapies n’empêchent pas la dispersion du faisceau en particulier avant et après la cible si bien que des tissus sains sont aussi détruits. La protonthérapie qui consiste en un faisceau de protons  (de simples atomes d’hydrogène portant une charge positive) s’est développée ces dernières années grâce à une particularité de la physique, le pic de Bragg découvert par le physicien éponyme.

Grace à des accélérateurs de particules, la protonthérapie exploite cette particularité pour irradier des tissus malades avec une précision exceptionnelle, à la cellule près (voir ici la vidéo explicative de l’Hôpital de Cleveland). Ces systèmes très efficaces pour traiter certains cancers comme ceux des yeux ou du cerveau ont commencé à se répandre avec 64 centres en opération dans le monde et 43 en construction. Tout juste créée à Genève, EBA-Med s’apprête à exploiter cette infrastructure grandissante grâce à une technologie qui ouvre le champ des applications cardio-vasculaires, y compris dans le cœur en mouvement.

Les chercheurs à l’origine de l’entreprise (Giovanni Leo, co-fondateur d’Endosense  et Adriano Garonna, physicien au CERN) ont, en effet, développé une protonthérapie capable de traiter sélectivement les tissus responsables des arythmies du cœur. Cette maladie touche plus que 2% de la population soit 15 millions de personnes en Europe et Amérique du Nord. Et la tendance est malheureusement à la hausse.

Plus que 400 000 traitements chirurgicaux par cathéters sont ainsi effectués en Europe et en Amérique du Nord chaque année, avec une augmentation de 10% par an. Mais ces traitements par cathéters sont limités en efficacité pour certains types d’arythmies alors que les faisceaux de protons ont le potentiel de contrecarrer ces limitations, voire de les remplacer. Non invasive, effectuée en une fois en ambulatoire et sans anesthésie, cette procédure est en plus « 5 fois plus rapide et 3 fois moins onéreuse par rapport aux cathéters », selon Adriano Garonna.

Après des tests sur les animaux démontrant que ces faisceaux ont le même effet final sur les tissus du cœur qu’une opération par cathéter et des études cliniques pilotes qui ont montré l’ efficacité potentielle des radiations pour le traitement de certaines arythmies cardiaques, l’entreprise lève des fonds pour développer son prototype de «cardio-kit », qui se connecte à la salle de traitement de protonthérapie afin de visualiser le mouvement cardiaque et de contrôler l’irradiation.

Contact : adriano.garonna@eba-med.com

Patrick Aebischer, Jurgi Camblong et Fabrice Delaye recommandent cette start-up

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."