Bilan

50 start-up de Bilan : DomoSafety, Intento, Morphotonix

Chaque semaine Bilan vous propose trois start-up pour investir ou s’inspirer issues de sa sélection 2016.
  • Co-fondateur de DomoSafety, Edouard Goupy met les technologies de maison intelligente au service du maintien à domicile des personnes âgées.

    Crédits: Image: DR
  • Etudiants à l’EPFL, Andrea Maesani (à gauche) et Andrea Biasiucci ont développé une technologie de stimulation pour accélérer la réhabilitation des 17 millions de personnes frappées par un AVC chaque année dans le monde.

    Crédits: Image: DR
  • Fondatrices de Morphotonix et physiciennes, Veronica Savu (à droite) et Vaida Auzelyte s’attaquent à la contrefaçon via les nanotechnologies.

    Crédits: Image: DR

Pour la quatrième années consécutive Bilan a dévoilé le 3 février dernier sa sélection de 50 start-up suisses pour investir ou s’inspirer. Avec 131 start-up présélectionnées par la rédaction de Bilan et nos partenaires (Venturelab/Venture Kick, BioAlps, CleantechAlps, AlpICT, la FONGIT et CIMARK) contre 97 l’an dernier, le jury d’entrepreneurs et de managers réunis par Bilan a eu une tâche difficile pour parvenir à une sélection 2016 particulièrement relevée.

Composé de Jacques Essinger (CEO de Symetis) et de Laurent Farinelli (CEO de Fasteris) pour leurs expériences dans les sciences de la vie, de Veronica Lange (Head of innovation, global CTO d’UBS) et de Pascal Allot (Regional manager d’IBM) pour les technologies de l’information, d’Abir Oreibi (présidente de LiftConference) et de Dominik Grolimund (CEO de Refind) pour le Web et le mobile, de Raphaël Domjan (écoaventurier) et de Pierre-Alain Graf (ex-CEO de Swissgrid) pour les cleantechs et de Jean-Luc Favre (CEO d’ABB Secheron) et de Fabrice Delaye (journaliste à Bilan) pour l’électronique et la robotique nos jurés dévoilent aussi leurs coups de cœur.

 

DomoSafety

Montant recherché: 5  millions de francs

Avec déjà une dizaine de distributeurs, le service de maison intelligente de DomoSafety permet, via des capteurs et des logiciels, de sécuriser la vie des personnes âgées en les maintenant chez elles. L’entreprise a doublé son chiffre d’affaires l’an dernier et va installer sa solution sur 16 000 mètres carré de logements adaptés aux personnes âgés à Estavayer-le-lac. Basé sur un paiement à l’installation puis un versement mensuel par ses clients B2B tels que régies, réseaux de soins, etc., sa solution a aussi séduit un premier client à Cologne en Allemagne en collaboration avec Caritas et est évaluée en Italie, en Autriche et en Belgique. Un premier accord de licence a été signé avec un partenaire coréen.

 Contact:  guillaume.dupasquier@domo-safety.com

Jacques Essinger recommande cette start-up

 

Intento

Montant recherché: 900'000  francs

Intento développe des solutions «wearable» pour la réhabilitation des personnes frappées par un AVC (17 millions par an dans le monde, dont un tiers souffrent
ensuite de paralysie). La start-up a développé un tissu incluant des stimulateurs musculaires. Faites de polymères conducteurs, ces électrodes peuvent être dessinées par le médecin via une application afin de personnaliser l’électrostimulation de chaque patient. L’entreprise vient d’achever un essai clinique particulièrement prometteur au CHUV et prépare son autorisation de mise sur le marché. 

Contact: andrea.maesani@intento.ch

Laurent Farinelli recommande cette start-up

 

Morphotonix

Montant recherché: 1  million de francs

La contrefaçon ne touche plus seulement les produits de luxe. La start-up vaudoise Morphotonix a développé une technologie de nanogravure pour les moules d’injection plastique. Sans aucun additif, cela permet de produire en série des hologrammes visibles ou non dans les produits ou les emballages pour les distinguer. Ses premiers produits sécurisés pour un client dans l’éclairage en France sont sortis en mars. L’entreprise allemande Kisico va inclure sa solution sur des capsules de flacons. Avec une marge brute de 70%, l’entreprise prévoit la rentabilité d’ici à trois ans. 

Contact: veronica.savu@morphotonix.com

Abir Oreibi recommande cette start-up

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."