Bilan

50 start-up de Bilan: Biowatch, Mimedis, Plair

Chaque semaine, Bilan vous propose trois start-up pour investir ou s’inspirer issues de sa sélection 2016.
  • La start-up baloise Mimedis imprime en 3D des implants en titane pour la chirurgie faciale et développe des logiciels pour que les médecins puissent personnaliser leurs implants. 

  • A Martigny, Biowatch transforme n’importe quelle montre en un dispositif de contrôle d’accès inséré dans le bracelet et basé sur la reconnaissance des veines. 

  • Fondée en 2014 à Genève par le Dr. Denis Kiselev et le Dr. Svetlana Afonina, Plair a débuté la commercialisation de ses détecteurs de particules aérosols comme les pollens. 

Pour la quatrième année consécutive, Bilan a dévoilé le 3 février dernier sa sélection de 50 start-up suisses pour investir ou s’inspirer. Avec 131 start-up présélectionnées par la rédaction de Bilan et nos partenaires (Venturelab/Venture Kick, BioAlps, CleantechAlps, AlpICT, la FONGIT et CIMARK)  contre 97 l’an dernier, le jury d’entrepreneurs et de managers réunis par Bilan a eu une tâche difficile pour parvenir à une sélection 2016 particulièrement relevée.

Composé de Jacques Essinger (CEO de Symetis) et de Laurent Farinelli (CEO de Fasteris) pour leurs expériences dans les sciences de la vie, de Veronica Lange (Head of innovation, global CTO d’UBS) et de Pascal Allot (Regional manager d’IBM) pour les technologies de l’information, d’Abir Oreibi (présidente de LiftConference) et de Dominik Grolimund (CEO de Refind) pour le Web et le mobile, de Raphaël Domjan (écoaventurier) et de Pierre-Alain Graf (ex-CEO de Swissgrid) pour les cleantechs et de Jean-Luc Favre (CEO d’ABB Secheron) et de Fabrice Delaye (journaliste à Bilan) pour l’électronique et la robotique nos jurés dévoilent aussi leurs coups de cœur.

 

Biowatch

Montant recherché: 1,2 million de francs

Spécialiste de la biométrie, Matthias Vanoni est tombé durant son doctorat à l’EPFL et à l’IDIAP de Martigny sur un brevet de 1985 décrivant un dispositif de reconnaissance de la disposition des veines, propre, comme les empreintes à chaque individu. Eurêka! C’est la solution d’authentification pour les wearables, en particulier les montres connectées. Avec l’inventeur de cette technique, Joe Rice, il lance Biowatch afin de remplacer mots de passe et autres codes PIN par un dispositif connecté inclus dans la boucle de son bracelet de montre. L’entreprise est sur le point de conclure un accord avec un spécialiste suisse de l’accès biométrique et rencontre un gros intérêt des horlogers mais aussi de l’automobile et des fintechs. Elle a été récemment sélectionnée pour rejoindre l’accélérateur zurichois Kickstart.

Contact: matthias@biowatch.ch

Pascal Allot recommande cette start-up

Mimedis

Montant recherché: 1 million de francs

Créée à Bâle mi-2013, Mimedis propose aux médecins de personnaliser leurs implants orthopédiques ou de reconstruction du visage en les imprimant en 3D. Sa solution associe une plateforme de design en ligne avec un service d’impression 3D en titane opéré par des sous-traitants. L’entreprise a démontré son concept avec 10 implants chez des patients et développe son propre logiciel avant d’avoir ses propres imprimantes 3D et d’élargir son offre à d’autres matériaux biocompatibles.

Contact: ralf.schumacher@mimedis.com

Laurent Farinelli recommande cette start-up

 

Plair

Montant recherché: 500 000 francs

L’analyse des particules fines telles qu’allergènes et polluantes s’effectue encore aujourd’hui par un échantillonnage puis une analyse en laboratoire. La start-up genevoise Plair a développé des ministations qui font ces analyses en temps réel afin d’améliorer les modèles de prévision. L’entreprise a livré ses premières machines à MétéoSuisse l’an dernier et vient de remporter un appel d’offres à Barcelone.

Contact: Svetlana Afonina, safonina@plair.ch

Fabrice Delaye recommande cette start-up

 

 

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."