Bilan

50 start-up de Bilan : Artmyn, Haelixa, Selmod

Chaque semaine Bilan vous propose trois start-up pour investir ou s’inspirer issues de sa sélection 2017.
  • Les fondateurs d’Artmyn (de g. à d.) Matthieu Rudelle, Julien Lalande, Loïc Baboulaz, Alexandre Catsicas révolutionnent la numérisation des œuvres d’art. 

    Crédits: DR
  • Les ADN encapsulés développées par Michela Puddu d'Haelixa servent à caractériser des formations géologiques souterraines comme les puits de pétrole.

    Crédits: DR
  • CEO de Selmod, Philipp Knecht s’attaque à la résistance aux antibiotiques. 

    Crédits: Alain Herzog

Pour la cinquième année consécutive, Bilan a dévoilé le 1er mars dernier dans son édition papier sa sélection des 50 start-up suisses dans lesquelles investir. Avec 156 start-up candidates présélectionnées par la rédaction de Bilan et nos partenaires ( BioAlps, CleantechAlps, AlpICT, CIMARK , Lift, Fintech Fusion, Innovaud, MassChallenge, KickstartAccelarator, la CTI et Startupticker)  contre 131 l’an dernier (et 78 il y a 5 ans), cette croissance reflète le dynamisme entrepreneurial de la Suisse.

Face à cet afflux d’opportunités d’investissement, il a fallu aussi spécialisé et renforcé notre jury. Il comprend désormais: Patrick Aebischer (Président émérite de l’EPFL) et Frédéric Paulsen (Président de Ferring) pour les sciences de la vie, Raphaël Domjan (Fondateur de Solarstratos) et François Randin (CEO de GreenMotion) pour les cleantechs, Sigurd Solheim (co-Fondateur d’ EOC Partners) et Carlos Moreira (CEO de Wisekey) pour les technologies de l’information, Abir Oreibi (présidente de Lift) et Dominik Grolimund (Fondateur de Wuala et Refind) pour le web, Veronica Lange (CTO Global, UBS) et Sean Park (fondateur d’Anthemis Group) pour les fintechs et Guy Sémon (CEO de Tag Heuer) et Olivier Brourhant (CEO d’Amaris) pour l’ingénierie. Bonne découverte.

Artmyn

Montant recherché: 10 millions de francs

Grâce à sa technologie de scanner et à ses algorithmes développés à l’EPFL, Artmyn fait de la numérisation des œuvres d’art un exercice d’une précision sans précédent. Cela ouvre à l’entreprise trois marchés: celui des musées pour diffuser leurs collections, celui des assureurs et celui des maisons d’enchères. La jeune pousse, qui a levé 1,2 millions et passé des contrats avec Sotheby’s et Axa veut maintenant faire croitre rapidement ce véhicule nouveau de monétisation de l’art, d’authentification et d’émotion augmentée grâce au rendu 5D et à l’interactivité. B2B aujourd’hui son modèle d’affaires a un potentiel B2C quand un client voudra redécorer ses cadres interactifs par exemple uniquement avec les œuvres de la période bleu de Picasso. Une sorte de Spotify de l’art graphique en somme.  

Démo

Contact: Alexandre Catsicas, a.catsicas@artmyn.com

Abir Oreibi recommande cette start-up

Haelixa

Montant recherché: 700 000 francs

La connaissance détaillée des réservoirs d’hydrocarbures (ou d’eau chaude dans le cas de la géothermie) est la clé du contrôle des coûts et de la productivité de leur extraction. Sur la base de recherches menées à l’ETHZürich, Michela Puddu a développé une technologie d’ADN encapsulés pour remplacer les traceurs radioactifs ou chimiques actuels. Injectés à un bout du réservoir, un milligramme suffit pour analyser le comportement des fluides, la température etc. d’un million de litres après récupération des traceurs. Haelixa a besoin de fonds pour achever la validation de cette technique 100 fois plus précise et non toxique pour l’environnement et conquérir un marché de 400 millions de dollars rien que dans le pétrole.

Démo

Contact : m.puddu@haelixa.com 

François Randin recommande cette start-up

Selmod

Montant recherché: 3 millions de francs

La résistance aux antibiotiques est un problème croissant pour la médecine avec la perspective de 10 millions de décès par an à l’horizon 2050. Les infections d’origine fongique comptent à elles seules 1 à 2 millions de cas par an avec une mortalité de 50%. Selmod développe une nouvelle génération de médicaments contre ces maladies. Le médicament AB-284 dérivé d’une plante de l’entreprise bâloise devrait entrer en essai clinique d’ici 3 ans et intéresse la grande pharma qui n’a pratiquement aucun candidat dans ce domaine.

Démo

Contact : philipp.knechtle@selmod.com

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."