Bilan

50 start-up de Bilan : 3rd-eyes, Protagoras, Nomoko

Chaque semaine, Bilan vous propose trois start-up pour investir ou s’inspirer issues de sa sélection 2017.
  • Rodrigo Amandi (de g. à d.), Stephanie Feigt et Markus Schiffers ont fondé 3rd-eyes pour démocratiser les instruments de gestion réservés jusque-là aux institutionnels.

    Crédits: DR
  • Protagoras construit une solution informatique qui définit le niveau réel de tolérance au risque d’un client. 

    Crédits: DR
  • L’équipe de Nomoko a développé une technologie permettant la création de modèles 3D photo-réalistes en particulier pour les voitures autonomes.

    Crédits: DR

Pour la cinquième année consécutive, Bilan a dévoilé le 1er mars dernier dans son édition papier sa sélection des 50 start-up suisses dans lesquelles investir. Avec 156 start-up candidates présélectionnées par la rédaction de Bilan et nos partenaires ( BioAlps, CleantechAlps, AlpICT, CIMARK , Lift, Fintech Fusion, Innovaud, MassChallenge, KickstartAccelarator, la CTI et Startupticker)  contre 131 l’an dernier (et 78 il y a 5 ans), cette croissance reflète le dynamisme entrepreneurial de la Suisse.

Face à cet afflux d’opportunités d’investissement, il a fallu aussi spécialisé et renforcé notre jury. Il comprend désormais: Patrick Aebischer (Président émérite de l’EPFL) et Frédéric Paulsen  (Président de Ferring) pour les sciences de la vie, Raphaël Domjan (Fondateur de Solarstratos) et François Randin (CEO de GreenMotion) pour les cleantechs, Sigurd Solheim (co-Fondateur d’ EOC Partners) et Carlos Moreira (CEO de Wisekey) pour les technologies de l’information, Abir Oreibi (présidente de Lift) et Dominik Grolimund (Fondateur de Wuala et Refind) pour le web, Veronica Lange (CTO Global, UBS) et Sean Park (fondateur d’Anthemis Group) pour les fintechs et Guy Sémon (CEO de Tag Heuer) et Olivier Brourhant (CEO d’Amaris) pour l’ingénierie. Bonne découverte.

3rd-eyes

Montant recherché : 2 million de francs

Vendu en marque blanche et comme logiciel en tant que service, 3rd-eyes démocratise des instruments de gestion réservés aux institutionnels (Asset Liability Management). Sur la base des objectifs du client, d’une vue holistique de sa fortune et de ses valeurs (pro environnement et contre l’armement par exemple), son modèle est capable de calculer jusqu’à 125 millions de résultats différents en fonction des choix de placements pour conseiller la meilleure allocation. L’entreprise vient de décrocher un premier client et négocie avec plusieurs banques en Allemagne.

Contact : markus.schiffers@3rd-eyes.com

Sean Park recommande cette start-up

 

Protagoras

Montant recherché : 100 000 francs

Pour les banques privées et les gérants indépendants, Protagoras construit une solution informatique qui définit le niveau réel de tolérance au risque d’un client avec des simulateurs basés sur la finance comportementale ainsi qu’un outil d’automatisation de l’impact fiscal de telles ou telles décisions de placement pour 15 pays. Accéléré par MassChallenge Switzerland, ce projet vise aussi à aider les gérants à mieux s’adapter aux règles de protection des investisseurs contenues dans MIFID II ou dans sa version suisse LSFin. L’entreprise finalise actuellement sa  version française.

Contact : Jonas Richiardi, info@protagoras.ch

 

Nomoko

Montant recherché : 5 millions de francs

Nomoko développe une solution pour créer une «réalité artificielle» («Artificial Reality») soit des modèles 3D photo-réalistes intégrant des métadonnées telles que la reconnaissance d’objets, des matériaux et des conditions de luminosité. Ce modèle est produit par la combinaison d’un système de caméra compacte d’une résolution supérieure à 1.500 megapixels et d’un logiciel 3D propriétaire. La modélisation de villes entières en 3D créera des produits d'environnements de jeux vidéo et de films mais aussi de simulation pour la planification urbaine ou les voitures autonomes.

Contact : Nilson Kufus, nilson@nomoko.camera

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."