Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

ZURICH/Un dépôt très attendu et un don majeur pour le Kunsthaus

Crédits: Kunsthaus, Zurich 2018

Je vous ai parlé l'autre jour de l'exposition Robert Delaunay à Zurich. Ce petit voyage m'a permis de voir que l'extension du Kunsthaus construite par David Chipperfield prenait forme sur le Heimplatz. L'inauguration reste prévue pour 2021, avec des transvasages et des accroissements de collection. Il en est question dans le dernier bulletin de l'institution, avec un éditorial du directeur Christoph Becker. 

La première nouvelle est connue. On en parle depuis des années. Werner et Gabriele Merzbacher vont déposer une partie de leur collection dans le musée agrandi. «Une chose qui n'allait pas de soi», précise Becker. «Connaissance des arts» abordait déjà la question en mai. Tout doit être aujourd'hui signé. L'article officialise en quelque sorte l'affaire. Il y aura en tout 60 tableaux. Ce sont des classiques modernes. Le lot offrira des Kandinsky de l'époque de Murnau, un grand Picasso bleu, un célèbre Matisse fauve, des Derain de la bonne époque, mais aussi des Miró, des Nolde, des Modigliani, des Braque ou des Kirchner. Le dépôt est garanti pour vingt ans, avec un renouvellement possible. Cela dit, Werner et Gabriele célèbrent tous deux leur 90 ans en 2018. Il est clair que cet ensemble complète bien la collection plus classique d'Emil Georg Bührle et celle résolument contemporaine d'Hubert Looser, qui seront également en pension dans le futur Kunthaus. Cela fait beaucoup de dépôts, je sais. Une chose qui semble impensable pour les Français, si jacobins.

Dix-huit tableaux de Christian Dahl 

Un autre enrichissement se présente en revanche sous forme de donation. L'homme d'affaires Christen Sveaas, né en 1956, a offert à l'institution dix-huit toiles de Christian Dahl (1788-1857). Il s'agit d'un maître de l'âge d'or danois. Dahl a cependant surtout travaillé à Dresde, dans la mouvance de Friedrich avec qui il était lié. L'artiste tendait cependant moins à la stylisation. Les Dahl sont des paysages de petite taille, très composés, dont certains remontent à son séjour italien. Il y a au Kunsthaus Naples, le Vésuve et Ischia. L'homme reste peu représenté hors des pays nordiques. Je précise tout de même qu'on le retrouve dans la Fondation Oskar Reinhart de Winterthour, précisément en tandem avec Friedrich. Ce somptueux cadeau du Norvégien Sveaas est présenté depuis le 7 septembre dans une salle spéciale. Le musée en profite pour dire qu'il a dans ses réserves deux paysages de Knud Andreassen Baades (1808-1879), acquis dès les années 1850. Le Norvégien Baades a été l'élève de Dahl à Dresde dans les années 1830. Ce sera l'occasion de ressortir ces toiles des limbes. 

Photo (Kunsthaus, Zurich 2018): Un des Kandinsky de l'époque de Murnau, détail.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."