Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

ZURICH/Le Kunsthaus reçoit en dépôt 65 tableaux des Merzbacher

Crédits: DR/Collection Merzbacher/Kunsthaus Zurich 2018

Les négociations ont dû se révéler rudes. A côté, l'avenir du Moyen-Orient se discute en quelques phrases. Après avoir convaincu la Fondation Bührle de devenir partie prenante du nouveau Kunsthaus, après avoir attiré la collection contemporaine américaine d'Herbert Looser, le musée zurichois a réussi à mettre la main sur la Fondation Merzbacher. Oh pas tout à fait, ni en entier! L'accord signé déclare que 65 de ses tableaux, librement choisis par l'institution sur environ 200 (1), se trouveraient pour au moins vingt ans au Kunsthaus. Un beau pari sur l'avenir pour Werner Merzbacher, le roi de la fourrure! Ce dernier fête ses 90 ans en 2018. 

Je ne vous raconterai pas une nouvelle fois en détails l'histoire de la collection, qui s'est faite sur deux générations. La base remonte au père de Gabriele Mayer, qui devait plus tard épouser Werner Merzbacher, arrivé comme enfant réfugié d'Allemagne en 1939. Le fondateur de la firme Mayer avait acheté Renoir comme Picasso. Des coups de cœur. La suite s'était faite au retour d'Amérique de Gabriele et Werner. La base en a été le fauvisme et son pendant germanique, l'expressionnisme. L'ensemble de Kandinsky ou de Jawlensky apparaît aussi éblouissant que celui des Derain et des Vlaminck. Ce fut une révélation lorsque la Fondation Gianadda les a montrés en première suisse (après Israël) il y a maintenant bien des années.

Picasso, Kandinsky, Matisse... 

Le Kunsthaus avait consacré une exposition entière aux Merzbacher en 2006. Il se trouvait là d'autres choses fabuleuses. Il apparaissait cependant patent, le parcours étant chronologique, que les contemporains n'étaient pas au niveau des modernes. La tension baissait au fil des salles.

Le détail du choix n'a pas encore été communiqué par le Kunsthaus, qui n'affiche pour l'instant rien sur son site. Il y a juste des noms d'artistes: Picasso, Cézanne, Kandinsky, Matisse, Tinguely. Avec ce nouvel ensemble, qui se joint aux autres dépôts que j'ai cités, le musée zurichois espère devenir l'un des plus importants d'Europe en matière d'art du XXe siècle, ses collections propres n'étant pas négligeables (2). La seule chose qui tranchera, par rapport au Centre Pompidou, c'est la pleine propriété qui n'existe pas ici. Une chose que les Français, très étatiques et pour tout dire très jacobins, ne sauraient admettre. 

(1) Les Merzbacher achètent et vendent. La collection fluctue.
(2) L'inauguration de la nouvelle aile est prévue pour 2020.

Photo (DR): L'un des Kandinsky de 1908 qui ferait (conditionnel) partie de l'accord.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."