Strobinofabrice

ANALYSTE CHEZ ANALYSES & DÉVELOPPEMENTS IMMOBILIERS

Diplômé de l'Institut d'études immobilières (IEI), Fabrice Strobino est architecte universitaire et chef de projets immobiliers chez Analyses & Développements Immobiliers depuis 2003. Il a en outre suivi le cursus de l'AZEK pour les gérants de fortune. Fort d'une expérience de plus de 4000 expertises pour de grandes banques, il est membre de l'Association des promoteurs et constructeurs genevois (APGC) et membre de la Chambre suisse des experts immobiliers (CEI).

Zéro pointé pour les aménagements urbains à Genève

L'extension du bâtiment de l'aéroport est combattue par un obscur groupuscule. Il a tout compris! Il n'y aura pas de pistes supplémentaires, mais un bâtiment plus fonctionnel. Continuons à avancer dans un bâtiment conçu dans les années soixante et dont l'obsolescence est reconnue par tous, ou presque...

Parallèlement, « l’aménagement » de la Place Longemalle a coûté plus de six millions de francs. C’est cher, très cher, pour un passage auto qui existait déjà, un parking à scooters, des bancs où il est impossible de s’adosser et des pavés (encore !) qui ne permettent pas aux personnes à mobilité restreinte de s’y mouvoir ! On se dit que ces travaux qui ont duré deux ans sont le fruit de longues années d’études et de réflexions. Qui croit encore cela !

Essayons de trouver un aménagement réussi. La Place Bel-Air ? Un bel exemple de suicide collectif qui ne satisfait personne, sauf peut-être ceux qui ont été au buffet d’inauguration. La Place Cornavin et sa sortie de parking qui aurait pu être devant les cinémas à côté? Un vrai capharnaüm des plus dangereux, pout tous les usagers, sans exception. La Plaine de Plainpalais ? Mieux vaut ne pas demander combien cela a coûté pour reconstruire à peu près la même chose, mais pour un coût d’entretien qui a désormais explosé. Heureusement que le skate parc est salué par tous.

Les bords du Rhône à la Jonction ? Probablement le plus beau parc à dealers de Genève, une fois les crottes de chiens enlevées. La place des Nations ? Les bords du Lac avec la potentielle plage publique ? Nan ! Certains de nos élus - mais faut-il vraiment voter pour eux encore - pensent que la situation actuelle est satisfaisante et que l’accès au Lac par les cailloux est aisé. On a tous oublié les Ferrazinettes et « la Frite » de la Petite Fusterie ?!

Arrêtons là une trop longue liste de ratés et penchons-nous sur le futur. On parle d’une passerelle pour vélos qui ne permettrait plus aux bateaux de la CGN de tourner dans la rade, alors que le pont des Bergues sert déjà à cela, et qu’il suffirait de dédier un trottoir sur deux du Pont aux vélos. Et cela a fait l’objet d’un concours. Heureusement qu’il y a eu un règlement, sinon, nous aurions peut-être enfin une traversée de la rade au Bouveret !

Après toutes ces démonstrations de nos incompétences répétées, essayons de discerner une percée, comme ces nouveaux rayons de soleil du printemps. Barcelone a réussi une transformation exceptionnelle de son bord de mer qui est devenu un vrai lieu de délassement. Chez nous, il faut aller loin dans la campagne genevoise pour trouver des exemples réussis : la plaine de l’Aire ou encore la réserve naturelle de la Seymaz. Est-ce que cela veut dire qu’il est impossible en milieu urbain de réussir un aménagement ?

A qui la faute ? Comme dans le processus de construction, la faute est partagée et il serait peut-être temps que chacun y mette du sien : assouplissons les lois et règlements, soyons plus participatifs, créatifs même (on peut rêver), et moins opposés systématiquement à tout projet et encore plus à toute bonne idée !

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."