Bennaim Yves

FONDATEUR DU THINK TANK 2B4CH

Yves Bennaïm est un pionnier du web actif en ligne depuis 1992. Affichant 25 ans d'expérience dans les technologies digitales, le Genevois se profile aussi comme un expert en cryptomonnaies. Il est chef de la délégation d'experts pour la Suisse au comité ISO de standardisation des technologies blockchain et grands livres distribués. Ce geek de la première heure est encore fondateur du think tank 2B4CH pour la promotion des technologies de Bitcoin et sa Blockchain en Suisse. À suivre sur Twitter: @ZLOK

Monnaies numériques privées, une fausse bonne idée

Après les banques centrales et leur CBDC, et si des entreprises multinationales créaient elles-aussi leur propre monnaies numériques? Ça avait commencé avec Libra, rebaptisé Diem, le projet de Facebook. Dernière rumeur en date, Amazon plancherait aujourd'hui sur un tel projet.

On en reparle à chaque fois que le cours du Bitcoin monte, et que tout le monde veut surfer la vague de "la monnaie du futur".

Mais, comme souvent, ce qui est annoncé comme une révolution n'est en réalité pas nouveau du tout.

Les cartes prépayées et bons cadeaux Amazon qu'on achète en ligne ou à la poste sont bien établis dans les mœurs et fonctionnent déjà comme de la monnaie dématérialisée. Pas besoin de réinventer la roue, à part pour les effets d'annonces marketing évidemment.

En réalité, c'est même déjà pire qu'il n'y paraît: ces cartes sont l'équivalents de prêts à taux zéro % accordés par vous au commerçant. Pour le consommateur c'est quasiment identique à un paiement conventionnel, sauf que sans les caractéristiques d'interopérabilité et d'universalité du cash, l'utilisateur de cette pseudo-monnaie est prisonnier de ce marchand et se retrouve à faire quasiment du troc, avec des jetons propriétaires.

C'est justement pour sortir de ce système que celui de la monnaie fut inventé il y a des millénaires.

En quoi ce système de jetons virtuels est-il utile à l'entreprise?

Pour commencer, "miles", points fidélité, et bons cadeaux ne sont pas de la monnaie et donc pas soumis aux mêmes régulations, taxations etc. par exemple.

Mais aussi, ils permettent à l'entreprise marchande d'éviter les frais liés aux paiement par cartes de crédit ou Paypal par exemple, habituellement utilisés pour le commerce en ligne.

Et surtout, elles lient le client potentiel à l'entreprise qui émet le jeton car celui-ci a déjà été payé au comptant, avant même l'achat de marchandise. (Et le comble c'est quand ces cartes ont une date d'expiration après laquelle elles perdent leur valeur.)

Avec ces nouvelles monnaies, est-ce que ça pourrait aller plus loin?

On le sait, cartes de débit Maestro, Postcard, Twint, la monnaie que nous utilisons sur Internet et dans la vie de tout les jours est déjà en grande partie numérique et dématérialisée. Et ces flux électroniques sont le gagne-pain de certains.

En se positionnant comme "l'Internet de la monnaie", Bitcoin n'a pas uniquement remis en question le monopole des banques centrales nationales et le status du dollar US comme monnaie de réserve mondiale, mais aussi le monopole des flux de paiements détenu en grande partie par Visa et Mastercard, et désormais leur partenaires inévitables Apple Pay et Google Pay, entre autres.

Ce que veulent réellement aujourd'hui ces grosses entreprises, Amazon, les autres GAFAM, et bien d'autres, c'est justement de s'emparer d'une partie des flux de paiement, et des données personnelles statistiques immenses et frais de commissions qu'ils représentent.

Jusqu'à présent, avec du cash on pouvait acheter n'importe quoi n'importe où. Avec une carte de crédit aussi, à la différence que le marchand paie une commission a Visa ou Mastercard à chaque transaction.

Avec Apple ou Google Pay on peut toujours acheter tout et n'importe où, mais les géants des cartes de crédit reversent désormais une partie de leurs commissions aux géants des téléphones. Et ils se partagent (avec votre banque) vos données statistiques personnelles.

En revanche, avec une carte prépayée Amazon, on ne peut aujourd'hui acheter que sur Amazon, qui ne peut pas voir le reste de vos achats hors de son réseau.

La course au paiement et à la réserve monétaire à commencé et tout le monde veut devenir votre banque et votre carte de débit, les GAFAM et d'autres entreprises qui jusqu'ici subissaient les flux, peuvent aujourd'hui s'en emparer en brandissant la carte magique "cryptomonnaie"...

Tout le monde se compare à Bitcoin et pense tout se permettre.

En final, on prend les mêmes et on recommence la même chose: à travers la centralisation extrême d'un système fermé propriétaire, la perte encore plus grande et définitive du contrôle de ses données personnelles, et de la souveraineté de ses finances, en échange d'un peu de confort.

Ironiquement, c'est précisément pour combattre ce danger que Bitcoin fut inventé.


Commentaires? Questions?
J'attends vos messages sur Twitter @ZLOK.


À lire aussi:



Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."