Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

YVERDON/Elisabeth Llach se veut "Totchic" entre mode, peinture et dessin

Crédits: DR/Centre d'art contemporain d'Yverdon

Ce n'est pas la première fois que le Centre d'art contemporain d'Yverdon (CACY de son petit nom) accueille un seul artiste. Directrice depuis l'ouverture, il y a trois ans, Karine Tissot avait déjà confié ses murs à Karim Noureldin. Au propre. Le Zurichois les avaient entièrement repeints en bleu, blanc rouge, à la grande terreur des conservateurs du patrimoine. Tout a depuis été remis en l'état au rez-ce-chaussée voûté de l'hôtel de ville. 

Noureldin est une petite vedette. Il occupait, il y a quelques jours encore, un stand avec ses dessins à «Drawing Now», le salon parisien du Carreau du Temple. Il n'en va pas de même pour Elisabeth Llach, née en 1970 à Neuchâtel. Une quasi inconnue quadragénaire. Le public l'a en fait souvent vue, mais comme en passant. Cette fois, elle tient la vedette. «Totchic», ou «d'une élégance mortelle», remplit les lieux. Notons cependant qu'Elisabeth n'est pas responsable (ou coupable, c'est selon) de tout. Il y a aussi là une installation minimaliste faite avec de vieux socles d'exposition, installés à la manière de plots noirs et blancs. Elle émane d'Anne Hildbrand. J'avoue que je m'en serais assez volontiers passé.

Avec le Musée suisse de la mode 

L'univers d'Elisabeth Llach, entre féminisme, féminité et féminitude, repose pour sa part sur la mode. Autant dire qu'il possède quelque chose de froufroutant. Certains murs se voient du reste tapissés de bouillonnés de tissu blanc, un peu comme on garnissait jadis l'intérieur des écrins. L'artiste a cette fois travaillé en collaboration avec le Musée suisse de la mode. Une institution qui n'en finit pas de vouloir naître à Yverdon. Il y a là des collections magnifiques (notamment tout un fonds dédié au couturier Robert Piguet, né dans la cité vaudoise), dont des éléments ont été montrés il y a quelques années lors d'un Salon des antiquaires de Lausanne. Manque le lieu d'exposition permanente. Une salle au Château de temps en temps ne suffit pas. 

Elisabeth a donc prélevé quelques pièces de ce stock dormant. Il y a un éventail en plumes d'autruche noires. Une coiffe rose bonbon. Des souliers d'enfant. Un chapeau rond avec une voilette. Ces quelques accessoires ont trouvé leur place au milieu de tableaux noirs et blancs et surtout de dessins. Elisabeth les produit par séries, d'un trait fin. Elle orne même ainsi des assiettes de porcelaine. Des souvenirs de modes s'y mêlent aux têtes de mort et à quelques réminiscences surréalistes. Tout cela confère en ce moment au CACY une petite allure mortifère. Avec des artifices de théâtre. L'exposition se voit du reste éclairée par des projecteurs.

Un aspect de soufflé 

Y a-t-il là de quoi publier un livre, organiser des lectures «autour du désir» ou refaire l'histoire du féminisme dans un cycle de «conférences du mercredi»? Sans doute pas. «Totchic» reste tout de même assez léger. L'exposition possède finalement ce côté soufflé, ou meringué, des bouillonnements de tissu blanc. L'artiste se voit parfois «comme une sorcière préparant une potion magique». Karine Tissot parle à son propos d'esprit caustique. Moi, je veux bien. L'ensemble n'en demeure pas moins très bien élevé.

Pratique

«Totchic, Elisabeth Llach, avec une intervention d'Anne Hildbrand», Centre d'art contemporain d'Yverdon-les-Bains, place Pestalozzi, jusqu'au 29 mai. Tél. 024 423 63 80, site www.centre-art-yverdon.ch Ouvert du mercredi au dimanche de 12h à 18h. 

Phot (DR): Un tableau et un dessin d'Elisabeth Llach.

Prochaine chronique le lundi 18 avril. Museomix s'attaquera cette année en Suisse à Nyon et à Bâle.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."