Antoine Verdon

ENTREPRENEUR ET INVESTISSEUR, ZURICH

Antoine Verdon crée sa première société, Sandbox SA, après des études de droit à Fribourg et à Saint-Gall, puis dirige un fonds d'investissement basé à Zurich, actif dans les fintechs. Il conseille actuellement plusieurs banques en matière de digitalisation et lance un nouveau projet à l'intersection de la technologie et du secteur juridique. En 2010, il est nommé par le magazine L'Hebdo parmi les « 100 personnalités qui font la Suisse romande ».

Vous n'aimez pas Uber? Attendez 10 ans...

Alors que les taxis français brûlent des voitures pour défendre leur statut, le Chef de la police lausannoise annonce vendredi avoir commencé à dénoncer les chauffeurs UberPOP qui circuleraient encore à Lausanne. 
 
Cette décision est choquante et démontre une incompréhension totale des autorités lausannoises envers les défis posés par l’économie partagée.
 
Dans l’émission Forum du 9 juin, Marc Vuilleumier, municipal en charge de la sécurité publique, déclarait que l’interdiction prononcée était justifiée et dans l’intérêt des usagers. En tant qu’utilisateur régulier du service à Zurich, Lausanne et en déplacement à l’étranger, je me propose de lui répondre brièvement point par point.
 
Sécurité
 
Uber ne serait pas sûr. Pourtant, chaque trajet Uber est enregistré. Les chauffeurs sont munis d’un GPS qui comble leurs éventuelles lacunes de connaissances géographiques. Les usagers reçoivent un email avec le trajet imprimé à la fin de la course. Si le chauffeur a fait un détour important, un simple commentaire à Uber suffit pour obtenir un remboursement. Les chauffeurs sont également notés afin d’être certain qu’ils correspondent à un standard professionnel défini par Uber. On est ainsi certains d’avoir toujours un service efficace, sûr et honnête. 
 
Qualité des véhicules
 
A prix équivalent, les véhicules proposés par Uber sont généralement plus récents et plus confortables. Uber ne pourrait jouer sa réputation avec des véhicules dangereux ou mal entretenus. 
 
Fiscalité
 
Au contraire des chauffeurs de taxis qui reçoivent la plupart de leurs paiements en liquide, chaque course Uber est enregistrée et les paiements sont effectués par carte de crédit. En cas de doute, il ne serait donc pas difficile d’effectuer un contrôle pour vérifier que toutes les sommes gagnées ont bien été déclarées par les chauffeurs. 
 
Concurrence
 
UberPop est un service différent, avec des voitures moins luxueuses que les taxis traditionnels et pour un prix réduit. J’ai personnellement voyagé 167 fois avec Uber au cours des 12 derniers mois et au prix des taxis lausannois, j’aurais sans aucun doute effectué 95% de ces trajets en transports publics. Je pense qu’au contraire, UberPop crée un nouveau marché, même si je reconnais que c’est un point sur lequel on peut discuter. Mais je pense que, de toute façon, le rôle de l’Etat n’est pas d’empêcher la concurrence entre les entreprises... 
 
Précarisation 
 
Les deux derniers chauffeurs UberPop que j’ai rencontrés avaient des profils intéressants pour répondre à cette question: le premier était ouvrier au chômage technique et profitait de son temps libre pour accroître son revenu. Le deuxième, retraité, s’était inscrit comme chauffeur pour avoir de la compagnie. Il ne s’agit pas de gens dans la précarité, mais de personnes qui profitent d’une situation personnelle ou professionnelle flexible, et ne font pas ce travail à plein temps.
 
Dans 10 ans, il n'y aura plus chauffeurs de taxis
 
En conclusion, je ne comprends pas pourquoi un règlement particulier serait nécessaire autour de cette activité - laissez les clients choisir librement le service qui leur convient le mieux!
 
La question dont les politiciens devraient se préoccuper aujourd’hui est plutôt: que se passera-t-il dans 10 ans quand, après l’arrivée des voitures autonomes, il n’y aura plus besoin de chauffeurs de taxis? C’est là la vraie révolution, qui aura un impact profond et durable sur le marché du travail et pour laquelle des solutions devront être trouvées. Mais de cette question, personne ne semble encore s’en préoccuper. 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."